Venez festoyer, guerroyer ou ... comploter en Orcanie !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Remis sur pied

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marie-Anne d'Orcanie
Princesse consort d'Orcanie
avatar

Nombre de messages : 232
Age : 28
Camp : Mordred
Classe sociale : Princesse consort d'Orcanie et maman a plein temps
Terre : Orcanie
Date d'inscription : 12/01/2009

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Princesse Consort d'Orcanie

MessageSujet: Remis sur pied   Lun 12 Avr - 16:37

Marie-Anne avait vu que sa dame de compagnie aimais l'homme a l'armure qui n'était point connu en ses terres de bretagne.L'autre fois journée elle était malade et avais entendu la requête du chevalier La princesse était près à lui accorder cette entrevue avec un membre de la famille royal.Marie-Anne fis convoquer sa dame de compagnie et son supposer prince charmant.Entre temps elle avais demander si son beau-frere le roi avait un instant a lui accorder pour qu'un homme venu de quelque part qui demandais un entretien avec le roi Mordred.Il viendrais sûrement plus tard au cours de la discussion entre sa dame de compagnie et son ami..

-Bonjour à vos deux.Désoler pour l'autre jour de point vous avoir reçu comme il le fallait.Bref votre infusion était vraiment le remède qu'il me fallait.

Marie-Anne regarda le sir et lui demanda:

-J'aimerais savoir la première des choses au vous venez Sir Nicolai et qui son vos parents.J'ai demander à sa majesté de bien venir cet fois mais je ne vous garanti rien car la famille royale est en très grande anxiété car toute les dames a par moi et la reine Blanche ont été capturé par des traites de Gaures qui veule encore venger leurs défunt roi.
Revenir en haut Aller en bas
http://http://www.lesterresdondeval.com/
Nicolaï KalonErc'h

avatar

Nombre de messages : 89
Age : 26
Camp : A voir
Classe sociale : Chevalier de l'Epée
Terre : Florissant
Date d'inscription : 27/12/2009

Feuille de personnage
Religion:
Statut Social: Chevalier de l'Epée

MessageSujet: Re: Remis sur pied   Lun 12 Avr - 18:06

Nicolaï regardait Sudhamayi plus amoureusement que jamais. Elle l’avait accepté et elle l’aimait. Plein et entier, même cette partie sombre de son être. Cette partie qui l’avait toujours empêché de vivre vraiment heureux. L’Autre comme Nicolaï l’appelait tout le temps. Cela ne lui faisait pas peur. La jeune indienne l’aimait même avec cela. Nicolaï ne s’était jamais sentit aussi heureux de sa vie. Lorsqu’on vint les informer que la princesse Marie-Anne était à nouveau en état de les recevoir, Nicolaï en fut heureux. De toute façon, rien aujourd’hui ne pouvait entamer sa bonne humeur. Il était avec Sudhamayi. Cela suffisait amplement à son bonheur.

Nicolaï avait revêtu à nouveau son armure. Elle lui avait parut beaucoup moins lourde. Peut-être parce qu’il était sur un petit nuage ? Peut-être parce que ses blessures n’étaient plus que de l’histoire ancienne. Dans tout les cas, elle lui parut moins lourde.

Sa Faneras au côté, il parcourut en compagnie de la jeune indienne les couloirs qui séparaient les appartements de la princesse. Nicolaï ne prêta pas la moindre attention au chemin qu’ils empruntaient. Il le connaissait déjà. Non, se qui l’intéressait, c’était Sudhamayi. Elle paraissait plus rayonnante qu’avant. On aurait presque put l’accrocher dans le ciel si jamais le soleil venait à s’éteindre. Et alors là, lunette de soleil obligatoire et bronzage garantit naturel et pas longs. A vu de nez, trente secondes et vous aviez les coups de soleil du siècles.

Une dernière étreinte et ils entrèrent dans la fameuse chambre de la princesse. Pour une raison qu’il ignorait, Nicolaï eu l’impression qu’il allait la voir avec un pot de chambre à la main. Mais se ne fut pas le cas. La princesse Marie-Anne Dyefed était assise dans un grand fauteuil, revêtue d’une magnifique robe bleue. Elle était très belle ainsi (moins que Sudhamayi bien entendu). Mais assez belle. En tout cas, par rapport à l’image d’une femme rendant son dernier repas. Oui, Marie-Anne avait une attitude tout à fait digne et royale. Tout se qu’on attendait d’un membre de la famille régnante.

Nicolaï se fit furtivement la remarque qu’elle ressemblait assez à Elina KalonErc’h, la première épouse de son père adoptif. Elle avait un peut le même profil altier et fier sur le portrait qui ornait l’un des murs de la Citadelle.


« Princesse, salut Nicolaï en inclinant le buste devant elle. »

-Bonjour à vos deux.Désoler pour l'autre jour de point vous avoir reçu comme il le fallait.Bref votre infusion était vraiment le remède qu'il me fallait.

Nicolaï ne dit rien. Il n’y avait rien à dire ni à répondre à cela. Il serait plus aisé pour commencer à discuter s’ils oubliaient de mentionner cet « incident de parcours ». La diplomatie n’était peut être pas la matière dans laquelle Nicolaï excellait le plus, mais c’était en tout cas celle ou il était capable de faire des étincelles si il se concentrait un peut sur se qu’il faisait.

-J'aimerais savoir la première des choses au vous venez Sir Nicolai et qui son vos parents.J'ai demander à sa majesté de bien venir cet fois mais je ne vous garanti rien car la famille royale est en très grande anxiété car toute les dames a par moi et la reine Blanche ont été capturé par des traites de Gaures qui veule encore venger leurs défunt roi.

Tien ? La situation de ce pays semblait bien particulier. Il faudrait vraiment qu’il se renseigne un peut sur se qui se passait ici. Il n’avait jamais entendu parlé de Gaures. Mais dans tout les cas, il lui fallait ranger ces informations dans un coin de son esprit pour les ressortir un jour.

Mais pour le moment, Marie-Anne attendait une réponse à ses questions. Elle le regardait, un peut méfiante. Après tout, il ne lui avait pas donné la moindre raison de ne pas se méfier de lui. Mais sans imaginer que Sudhamayi puisse lui servir de save-conduit, Nicolaï pensait que la princesse ferait un peut plus confiance au jugement de sa dame de compagnie.


« Mon pays est très éloigné. Plus loin encore que celui de Sudhamayi (il jeta un doux regard à la jeune femme). On l’appel le Royaume du Cygne. C’est une fédération de douze duché. Mon duché d’origine est le duché de Florissant. »

Nicolaï marqua une pose à l’idée d’évoquer ses parents. Il ne savait pas qui ils étaient. Bien entendu, cela faisait longtemps qu’il considérait Gwutha comme son père. Mais ses véritables géniteurs restaient inconnu. C’était assez dérangeant. Ils détenaient sans doute la clef du mystère sur l’Autre et la soif de sang qui animait parfois Nicolaï.

« Je ne connais pas mes vrai parents. J’ai été adopté à neuf ans par le seigneur Gwutha KalonErc’h, duc de Florissant (elle allait très certainement tilter aux derniers mots qu’il avait prononcé). Nous avons il y a peut trouvé une route très rapide pour passer de notre royaume au votre. Avec plusieurs compagnons, j’ai été envoyé pour établir les bases d’accords entre nos deux nations. »

Nicolaï retira la grosse chevalière d’argent ornée du dragon de saphir qui était à sa main et la tendit à Marie-Anne.

« Ce bijou me désigne dans mon royaume comme le futur duc de Florissant et l’héritier de la couronne d’Estaroth ainsi que du trône de Kiraë. »

Nicolaï attendit patiemment la réponse de la princesse. De toute façon, il avait répondu à toute les question qu’elle lui avait posé. A elle de faire bouger les choses.


Dernière édition par Nicolaï KalonErc'h le Mar 13 Avr - 9:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.leroyaumeducygne.forumactif.fr
Sudhamayi
Dame de compagnie
avatar

Nombre de messages : 100
Age : 26
Camp : Aucun
Classe sociale : Asiatique
Terre : Orcanie
Date d'inscription : 26/11/2009

Feuille de personnage
Religion: Païen
Statut Social: Asiatique

MessageSujet: Re: Remis sur pied   Mar 13 Avr - 6:14

Amour est un sentiment fort, plus puissant qu'on ne le croit. Aussi nuisible que la Haine on a trop tendance à les comparer jusqu'à dire qu'ils sont jumeaux. Imparfaits, certes, mais jumeaux quand même. Le coeur en-grossit de l'allégresse de l'amour et l'esprit occupé par un seul être, l'indienne faisait le chemin presque à l'aveuglette. Un bandeau invisible cachait ses yeux de jade.

Il y a peu pourtant, elle avait eu peur. Très peur, jusqu'à ne plus pouvoir voir Nicolaï, plus précisément ne plus pouvoir voir sa sombre moitié. Elle avait quand même faillit mourir, rester auprès de lui impliquait tant du plaisir que prendre des risques. Le Destin seul sait que nous réserve l'avenir, Sudhamayi remit sa confiance en lui et Nicolaï. La seule chose qu'elle pouvait craindre à présent était la réception de Marie-Anne. La fois précédente elle avait été conviviale par convention uniquement, seulement la façon dont elle s'était exprimée à l'indienne permettait de déceler sa méfiance à l'égard du chevalier étranger et son léger courroux envers la devadasi.

Le fait que le couple "bizarroïde" attire moins l'attention que les autres jours étaient nettement visibles. Les soucis actuels d'Orcanie et des terres alentours, l'habitude de voir des choses étranges concourraient à ce changement. C'était plus agréable pour circuler dans les couloirs.

Aux côtés de Nicolaï, la jeune femme se sentait quand même fière. L'allure qu'il arborait dans sa marche, son beau visage doux et dur en même temps, son caractère si aimable envers elle. . . tout cela la rendait fière de l'aimer et d'être aimée par lui. Il avait ses défauts, comme tout un chacun, mais il avait aussi de grandes qualités qu'il avait montrer sans embêtement à Sudhamayi.
En ce jour, elle avait encore une fois préféré la discrétion. Il n'y a qu'en Inde, lors des cérémonies importantes, qu'elle mettait ses saris brodés d'or et d'argent, des bijoux composés uniquement de matières précieuses très lourds. En dehors, comme aujourd'hui, elle s'habillait simplement. La robe rouge foncée n'avait pour ornement que de fines dentelles noires aux bords de ses manches, le bas de sa robes était également ourlé de noir. Son bustier simple, à peine décolleté, n'était pas décoré, quand à ses cheveux ils étaient tressés et enroulés en un épais chignon piqué d'une seule broche en or surmonté d'un rubis, le reste de "la boule" couvert de dentelle. Si jamais elle devait revêtir une toilette plus belle et plus riche, elle ne le ferait plus qu'en présence de Nicolaï, car seuls son attention compte. Ils arrivaient maintenant devant la chambre de Marie-Anne sans y entrer de suite. Ils s'enlacèrent d'abord.


** Faites que ce ne soit pas la dernière fois. **

Reconnaissante envers ses dieux, elle ne manquait pourtant pas de faire une prière, leur rappelant qu'elle aime le chevalier cygnac et qu'elle voulait plus que tout l'aimer jusqu'au dernier moment de sa vie, quitte à en souffrir grandement.
Quand ils entrèrent, la princesse Marie-Anne était cette fois-ci plus préparée à les recevoir. Assise avec un port digne, parée comme se doit de l'être une représentante royale envers un ambassadeur étranger ( sûrement moins piètre qu'une certaine dame Razz ), son regard fier mais pas orgueilleux se portait sur le jeune couple amoureux. Nicolaï la salua en premier, suivit de près par Sudhamayi qui s'inclina les mains jointes.


« Bonjour à vos deux. Désolée pour l'autre jour de point vous avoir reçu comme il le fallait. Bref votre infusion était vraiment le remède qu'il me fallait.
- Heureuse de vous voir en bonne santé, répondit Sudhamayi. »


Puis elle commença à se renseigner sur le chevalier, non sans dévoiler quelques soucis royaux :

« J'aimerais savoir la première des choses au vous venez Sir Nicolai et qui son vos parents.J'ai demander à sa majesté de bien venir cet fois mais je ne vous garanti rien car la famille royale est en très grande anxiété car toute les dames a par moi et la reine Blanche ont été capturé par des traites de Gaures qui veule encore venger leurs défunt roi. »

Révéler ainsi les problèmes à un étranger paraissait étrange. La princesse faisait-elle suffisamment confiance à Sudhamayi pour se confier avec tant de précisions à un de ses amis ? Ou alors c'était que la rumeur avait réussit à se glisser en dehors des murs du château et qu'il était inutile de le cacher.
Nicolaï répondit aussi, décrivant son statut et le Royaume du Cygne assez simplement. Sans montrer ses sentiments il avait aussi parlé de sa place au sein de la famille ducale de Florissant. Pour appuyer ses dires il retira
sa riche chevalière pour que la princesse puisse l'analyser. Certainement ne connaissait-elle pas ces symboles. Désormais Nicolaï et Sudhamayi attendaient la réaction de la jeune princesse. Elle devait être intriguée par ce chevalier, mais tant de terres restaient inconnues que tout ce qu'il avait dit tenait plutôt bien.
Revenir en haut Aller en bas
http://egyptian-fantasy.forums-rpg.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Remis sur pied   

Revenir en haut Aller en bas
 
Remis sur pied
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trouver chaussure à son pied...
» Une épine dans le pied [ Asmodé Barenthon, Balthazar Bel ]
» Avez-vous le pied marin...
» remis de tes émotions ? ? mardi 24 janvier, 16h32
» Je suis un homme au pied du mur (17/12 - 18h00)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: † Hors-jeu † :: Archives-
Sauter vers: