Venez festoyer, guerroyer ou ... comploter en Orcanie !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un signe du ciel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blanche d'Orcanie
Membre fondateur/reyne d'Orcanie
avatar

Nombre de messages : 1591
Age : 26
Camp : Mordred !
Classe sociale : Souveraine d'Orcanie
Terre : Orcanie !
Date d'inscription : 19/06/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Souveraine d'Orcanie

MessageSujet: Un signe du ciel   Lun 10 Jan - 1:18

Dans un matin froid de l'hiver orcanien, des pas faisaient craquer la neige qui tombait toujours et répandait son étoffe glacée sur la lande d'un pays couvert de gloire, mais aussi de grands remouds. Bien que mené par un Roy ferme à l'ambition grandiose, l'Orcanie vivrait probablement ses jours les plus sombres.
Les pas s'approchèrent de la porte de la chapelle de Warminster. Trois silhouettes encapuchonnées y pénétrèrent sous le regard curieux d'un bedeau à qui on avait confié la tâche de nettoyer le parvis.

Une fois les lourdes portes refermées, la première silhouette se découvrit...dévoilant la blondeur dorée de la chevelure de Blanche d'Orcanie. La Reyne avait contourné les recommandations des médecins de son époux et avait quitté le confort, maintenant trop lourd, de ses appartements pour rejoindre ce lieu de culte ou elle espérait trouver du réconfort.

Son état physique semblait ni pire, ni meilleur, depuis que la troublante comtesse de Reims l'avait remise sur pied...mais son esprit s'enlisait dans la dépression. Même la naissance d'un fils, qu'elle chérissait tout autant que ses autres enfants, n'avait pas réussi à emplir son coeur de bonheur, de quiétude. La colombe n'était plus femme à se battre depuis bien trop longtemps. C'était ce que croyait tout ceux qui l'entourait...Blanche avait saisi une de ces conversation qu'on croit à l'abri de tout, lorsque l'on oublie que les murs ont des oreilles...

" Faut pas chercher! La Reyne a jeté la serviette depuis un bout d'temps déjà!"

" Ouais! mais tu sais, elle a toujours été plus une parure qu'autre chose ici! Si elle a été importante, là-bas, en bretagne...ici, elle n'a fait qu'embellir le bras du Roy hin! "


Ces affirmations eurent l'effet d'un coup de fouet. Elle avait épousé Mordred, et été couronnée, parce qu'elle désirait plus que tout pouvoir vivre aux côtés de son amour...L'Orcanie étant ce qu'elle est, Blanche avait peu à peu oublié cette passion qui l'avait animée, quelques années auparavant. Elle était devenu pâle, presque inexistante, sauf pour ceux qui aurait voulu voir la couronne d'Orcanie périr. Elle avait un devoir. C'était Dieu qui avait voulu qu'elle soit couronnée. C'était Lui qui avait mit entre ses mains tout le pouvoir que pouvait posséder une Reyne. Ainsi, elle était nécessairement vouée à un destin plus grand que celui de mourir au bout de son chagrin, délaissée de son époux et oubliée du peuple.

Poussée par cette nouvelle volonté, la Reyne se réfugia au coeur de la chapelle, deux de ses dames l'accompagnant, pour prier le Seigneur. Elle avait tant besoin d'être dirigée. Agenouillée devant l'autel, Blanche pria de toute ses forces pour qu'on lui envoie un signe. Les mains jointes, les yeux levés vers l'immense croix sculptée en reconnaissance du sacrifice du Christ, la Régente eut le signe qu'elle avait demandé.

Dans la timide lumière matinale, filtrée par de magnifiques vitraux, une colombe descendit d'une poutre pour venir se poser sur un banc...juste à côté d'une des dames d'honneur de Blanche...la gouvernante de l'héritier du trône, Valéria. Elle descendait, porteuse d'un message, et fixa son regard sur la jeune égarée...avant de reprendre son envol et disparaître entre deux pierres.

- Les colombes ne partent-elles pas, en hiver?... Murmura la jeune femme d'une voix presque inaudible, pour elle-même.

Elle reposa ses yeux magnifiques sur la croix, puis sur Valéria. Cette femme était la concubines de celui qui l'avait appelée "sa colombe" pour la première fois...Gauvain...elle l'avait oublié dans le tumulte de sa propre vie, trop tourmentée. Était-ce cela? Devait-elle faire appel à son fidèle ami? Si elle devait faire confiance à quelqu'un...il était certain que c'était Gauvain. Peut-être aurait-elle besoin de lui, alors que sa propre voix s'était presque éteinte et ne rejoignait plus le commun des mortels...L'entendrait-il, lui? Son oreille lui serait-elle accordée? Elle qui l'avait oublié?

Elle se détourna encore une fois, joignant de nouveau ses mains et priant devant la croix pour que cela fut bien un signe. Si tel était le cas, elle renaîtrait peut-être de ses propres cendres...

_________________

Spoiler:
 


" Sur mon honneur je jure fidélité et loyauté à mon époux, seigneur et maître Mordred !
Car mon amour pour lui est aussi intense que sa puissance est grandissante !
Que notre passion puisse durer et perdurer pour l'éternité !
Gloire à l'Orcanie ! "
Revenir en haut Aller en bas
Sir Gauvain
Ex-prince Orcanien & Chevalier de Table Ronde
avatar

Nombre de messages : 224
Age : 818
Camp : Camelot
Classe sociale : Chevalier
Date d'inscription : 17/06/2008

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Ex-prince orcanien, père et Chevalier de Table Ronde.

MessageSujet: Re: Un signe du ciel   Lun 10 Jan - 12:04

Gauvain, comme chaque matin, voyait partir Gwenaelle, sa jolie petite princesse, à la chapelle de Warminster pour qu’elle puisse rejoindre le Père Agravain qui lui donnait ses enseignement.

Ce matin-là, le jeune demoiselle avait fait la grasse matinée et était en retard pour sa classe avec son oncle. Gauvain l’avait pressée et n’avait pas trouvé Valéria pour qu’elle puisse mener sa petite princesse. Probablement qu’elle était déjà occupée avec ses tâche auprès de la Reyne.

Il devait donc le faire seul.

Gauvain n’avait pas mis les pieds dans cette chapelle depuis un bon bout, mais il commençait à croire qu’il devait lui aussi remercier le Seigneur. Il lui avait ramené sa fille saine et sauve et ça n’avait pas de prix dans le cœur du chevalier.

La main de sa fille dans la sienne, il entra dans la chapelle et la première chose qu’il vit fut la Reyne et ses deux dames dont Valeria.
Il se pencha vers sa fillette puis lui dit :


- Ton oncle t’attend, Gwen. Vas-y et sois sage.

Alors que la peste d’Orcanie allait rejoindre le prêtre dans l’arrière-chapelle, Gauvain s’avança doucement de la Reyne et se plaça à côté d’elle.

- C’est un réel plaisir de vous voir, Majesté. Il y a longtemps …
Je suis heureux de voir que vous vous porter mieux …
Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Orcanie
Membre fondateur/reyne d'Orcanie
avatar

Nombre de messages : 1591
Age : 26
Camp : Mordred !
Classe sociale : Souveraine d'Orcanie
Terre : Orcanie !
Date d'inscription : 19/06/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Souveraine d'Orcanie

MessageSujet: Re: Un signe du ciel   Lun 10 Jan - 17:21

Les yeux clos, les lèvres agitées par une sourde prière, Blanche ne sentit pas la présence de Gauvain à ses côtés.

Citation :

- C’est un réel plaisir de vous voir, Majesté. Il y a longtemps …
Je suis heureux de voir que vous vous porter mieux

La voix retentit comme dans un rêve. La jeune Reyne pouvait à peine croire ce qu'elle entendait. Elle était maintenant convaincue. Le ciel lui avait envoyé un signe, puis il lui avait envoyé Gauvain. La chose était trop surprenante pour n'être qu'une simple coïncidence!...Mais si son esprit lui jouait un tour? Et si la voix n'était qu'un rêve...Un songe éveillé provoqué par son âme fatiguée et un désir un peu fou qui la hantait?...Il lui fallait ouvrir les yeux et constater par elle-même...

Elle effectua un signe de croix d'une main fébrile puis souleva ses paupières, hésitante. La crainte qu'elle ait rêvé la rendait nerveuse.

Blanche fut d'abord éblouie par la lumière du jour qui pénétrait maintenant plus abondamment dans la chapelle. Puis elle le vit. Sa silouhette si familière, baignée de lumière. Elle se releva et lui fit face.

- Gauvain.

Comme pour s'assurer qu'il n'était pas une vision, Blanche posa délicatement sa main sur la manche du chevalier. Le contact du tissu sur sa peau la réconforta immédiatement et ses traits se déformèrent dans une expression émotive et soulagée.

- Mon cher ami. Vous ignorez à quel point votre présence me réconforte!

La main de la Reyne glissa de sur la manche de Gauvain et Blanche la porta à son visage pour essuyer la toute petite larme qui perlait au coin de son oeil. Elle leva ensuite le visage vers celui de son ami, usé par le temps et l'anxiété qu'il avait vécue lors de l'absence de sa fille. Il n'en était pas moins beau et rassurant.

Reprenant ses esprits, Blanche prit un ton plus déterminé:


- Je dois impérativement m'entretenir avec vous, Gauvain. Si votre coeur arrive à me pardonner, j'aurai bien besoin de votre aide...


La frêle colombe commençait sa transformation pour devenir le flamboyant Phénix, renaissant du feu qui l'avait consumé.

_________________

Spoiler:
 


" Sur mon honneur je jure fidélité et loyauté à mon époux, seigneur et maître Mordred !
Car mon amour pour lui est aussi intense que sa puissance est grandissante !
Que notre passion puisse durer et perdurer pour l'éternité !
Gloire à l'Orcanie ! "
Revenir en haut Aller en bas
Sir Gauvain
Ex-prince Orcanien & Chevalier de Table Ronde
avatar

Nombre de messages : 224
Age : 818
Camp : Camelot
Classe sociale : Chevalier
Date d'inscription : 17/06/2008

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Ex-prince orcanien, père et Chevalier de Table Ronde.

MessageSujet: Re: Un signe du ciel   Lun 10 Jan - 18:00

Gauvain eut un petit sourire quand elle lui dit que sa présence lui apportait du réconfort. Après tout, ils étaient restés de bons amis, même si Gauvain avait eu, quelques années auparavant, il avait eu des sentiments pour la Reyne.

Il n’avait pas voulu se quereller à son frère pour une femme, même si cette dernière était spéciale, alors le chevalier s’était rendu à l’évidence qu’il ne pourrait pas l’avoir et avait tiré un trait sur cette histoire.

Gauvain lui sourit et ne comprit pas trop pourquoi elle semblait si émotive à sa vue. Il aurait bien aimé s’entretenir plus intimement avec la Reyne, mais il ne le pouvait pas. Serait-il capable de résister ? Oui, parce qu’il aimait désormais Valeria, et c’était sincère.

D’ailleurs, il tourna la tête quelques secondes pour sourire à cette dernière et posa le regard sur la main de Blanche sur sa manche. Gauvain savait la Reyne vulnérable. La douce colombe d’Orcanie n’avait jamais, malheureusement, su prendre le plein contrôle et avait laissé souvent ses émotions prendre le dessus sur ses décisions, ce qui n’avait pas toujours plu à Mordred …

Gauvain remarqua le changement de ton dans la voix de la souveraine et il en fut un peu étonné. Comme si elle était passée de la douce colombe inoffensive à la femme qui voulait se battre pour son honneur et sa dignité.
Le chevalier eut un charmant sourire, content de voir qu’il y avait de l’espoir pour que Blanche soit plus impliquée dans son royaume …


- Ma Dame, j’ai eu tort de vous en vouloir et mon cœur ne fut jamais aussi bien.
Je suis un homme de parole et un homme loyal et vous savez que je serai toujours prêt à vous aider quoique ce soit.


Le chevalier plaqua son poing sur son cœur pour lui donner sa parole.

- Dites-moi en quoi je peux vous être utile et il me fera un plaisir de vous servir comme un fidèle serviteur .

Gauvain serait le meilleur serviteur et ferait vraiment n’importe quoi pour que sa Reyne reprenne la confiance qui lui était dû.
Gauvain avait de bonnes raisons de croire que Blanche ne serait plus jamais comme avant et c’était une idée qu’il aimait …
Revenir en haut Aller en bas
Blanche d'Orcanie
Membre fondateur/reyne d'Orcanie
avatar

Nombre de messages : 1591
Age : 26
Camp : Mordred !
Classe sociale : Souveraine d'Orcanie
Terre : Orcanie !
Date d'inscription : 19/06/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Souveraine d'Orcanie

MessageSujet: Re: Un signe du ciel   Lun 10 Jan - 23:30

Citation :
- Ma Dame, j’ai eu tort de vous en vouloir et mon cœur ne fut jamais aussi bien.
Je suis un homme de parole et un homme loyal et vous savez que je serai toujours prêt à vous aider quoique ce soit.

Blanche sourit. Voilà qu'il lui parlait comme s'ils ne s'étaient jamais quittés. Comme si le temps avait, entre eux deux, arrêté sa course folle le temps de préserver cette complicité salvatrice qui apportait tant de joie à son coeur. Gauvain porta solennellement son poing à son coeur et affirma, d'un ton dévoué:

Citation :
- Dites-moi en quoi je peux vous être utile et il me fera un plaisir de vous servir comme un fidèle serviteur .

Un serviteur, mais surtout, un fidèle ami. Blanche n'aurait pu espérer mieux. Ses prières avait bel et bien été entendues. Le Seigneur voulait donc que la Reyne d'Orcanie reprenne les rennes de sa vie. Elle sourit puis inspira profondément.

- Gauvain, ma maladie m'a ouvert les yeux. Je suis la Reyne d'Orcanie, il est temps que j'agisse comme tel...sinon, j'ai bien peur de ne jamais trouver le bonheur.

Blanche déglutit. Il était libérateur pour elle de prononcer ces mots, même si elle avait l'impression qu'ils lui brûlaient la gorge. Le choc de la réalité...

- J'ai besoin de m'investir dans cette tâche et de trouver un but à mon existence. J'ai une merveilleuse famille, un mari de j'aime profondément...mais je ne suis que l'ombre de ce que j'étais et de ce que j'aurais pu devenir.

La Reyne jeta un autre regard vers la croix comme pour se donner du courage.


- Je suis venue prier ici ce matin dans l'espoir de recevoir un signe...qu'on me montre le chemin à emprunter...Et c'est vous que le ciel m'a envoyer, Gauvain! Plus j'y pense, plus je me dit que c'est logique! Il ne pouvait en être autrement. Si je puis faire confiance à quelqu'un, cela ne peut être que vous!


Son visage s'illumina d'un sourire radieux, dépeignant tout le bonheur que cette révélation provoquait en elle.

- Plus concrètement...Si je veux prendre la place qui me revient, je dois gagner la confiance du peuple et celle de la cour, ainsi que du conseil. Je dois obtenir plus de crédibilité auprès d'eux. Croyez-vous que cela soit possible?

Bien qu'elle ait été pleine de détermination et d'espoir, Blanche se questionnait réellement sur l'issue de sa quête naissante. Toute la volonté du monde ne suffirait peut-être pas à influencer l'opinion publique et celle de la cour d'Orcanie. C'était pourquoi elle se devait de s'entourer de manière appropriée. Elle avait besoin de ses propres conseillers. Gauvain serait le premier et le plus cher à ses yeux. Il était comme un frère qui veillerait sur elle et sur ses intérêts.


_________________

Spoiler:
 


" Sur mon honneur je jure fidélité et loyauté à mon époux, seigneur et maître Mordred !
Car mon amour pour lui est aussi intense que sa puissance est grandissante !
Que notre passion puisse durer et perdurer pour l'éternité !
Gloire à l'Orcanie ! "
Revenir en haut Aller en bas
Sir Gauvain
Ex-prince Orcanien & Chevalier de Table Ronde
avatar

Nombre de messages : 224
Age : 818
Camp : Camelot
Classe sociale : Chevalier
Date d'inscription : 17/06/2008

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Ex-prince orcanien, père et Chevalier de Table Ronde.

MessageSujet: Re: Un signe du ciel   Mar 11 Jan - 1:12

Gauvain était vraiment sidéré par les paroles de Blanche. Jamais il n'aurait cru entendre tout cela de la bouche de la souveraine. Il était vraiment content que la Reyne se ressaisisse enfin et était optimiste en l'avenir.

Jamais il n'avait senti la reyne aussi confiante et aussi déterminée à prendre les choses en main et il était fin prêt à l'aider à gagner ce pouvoir qui lui revenait.

Les derniers temps avaient été durs pour elle et le peuple n'avait certes plus confiance en une Reyne aussi faible. Aujourd'hui, en cette matinée, il voyait une femme différente. Une femme qui croyait en elle et qui croyait fortement en ses compétences et c'est ça qu'il fallait pour être Reyne.

Le chevalier ne pouvait que sourire devant cette attitude nouvelle. Il était fière de sa Reyne, mais aussi, de sa grande amie. Ils se connaissaient depuis trop longtemps pour ne pas avouer cette complicité plus forte que tout au monde.


Citation :
- Je suis venue prier ici ce matin dans l'espoir de recevoir un signe...qu'on me montre le chemin à emprunter...Et c'est vous que le ciel m'a envoyer, Gauvain! Plus j'y pense, plus je me dit que c'est logique! Il ne pouvait en être autrement. Si je puis faire confiance à quelqu'un, cela ne peut être que vous!

Il était profondément touché par cette grande marque d'affection, cela le touchait au plus haut point. Gauvain eut un léger rire parce que la Reyne le considérait comme un signe de Dieu, mais c'était très flatteur. En fait, il avait été là au bon moment. C'était ça de bon amis ...

Citation :
- Plus concrètement...Si je veux prendre la place qui me revient, je dois gagner la confiance du peuple et celle de la cour, ainsi que du conseil. Je dois obtenir plus de crédibilité auprès d'eux. Croyez-vous que cela soit possible?

- Tout est possible, Blanche ...
Il suffit de foncer la tête haute et ne pas regarder en arrière. Et je serais même prêt à vous épauler dans cette démarche.

Après tout, j'ai eu le feu vert du Roy Arthur pour rester auprès de ma fille quelque temps, alors je peux aussi bien rester près de vous et vous aider à regagner la confiance du peuple et votre notoriété.
Il est tant que le peuple voit la femme que vous êtes, sur un nouveau jour.
Revenir en haut Aller en bas
Modératrice
Princesse d'Austrasie
avatar

Nombre de messages : 786
Age : 36
Camp : staff Orcanien
Classe sociale : aucune
Terre : aucune
Date d'inscription : 08/09/2007

Feuille de personnage
Religion: Athé
Statut Social:

MessageSujet: Re: Un signe du ciel   Mer 12 Jan - 10:36

Alicia était d'humeur massacrante. Pour commencer elle avait le coeur gros de voir repartir son fils à Blaye alors qu'elle devait rester en Orcanie pour Dieux sait combien de temps! Alexandre allait bientôt rentrer à l'académie militaire et elle ne pourrait pas l'accompagner dans cette étape si cruciale de la vie d'un noble Austrasien. La santé de son frère et son vieillissement prématuré lui causaient également du soucis. Si il n'avait pas été roi de leur pays, il aurait pu prendre le temps de se remettre mais là...quelle image allait-il pouvoir offrir ? Et quelles suites à donner ? Marth n'avait jamais été à l'aise dans son rôle et ça ne pouvait pas aller en s'arrangeant. Elle en était à se demander si il ne fallait pas qu'il abdique tout simplement. Mais en faveur de qui ? L'idée des rapaces qui se dépêcheraient de prendre le pouvoir malgré leur incompétence avérée lui soulevait le coeur. Mais elle était pieds et poings liés en attendant que le sort de l'Austrasie soit décidé. Et cela la mettait en rage! Bref, pour soulager (temporairement) ses nerfs la Dame avait prévu de partir en chasse. C'est donc avec une escorte, un arc, une tenue appropriée et des chiens qu'elle se rendait en forêt.

Toutefois elle devait accomplir un petit rituel avant d'arriver à destination. Aussi elle fit un crochet rapide par la chapelle du château. Ses bottes résonnèrent sur le pavais du lieu sacré tandis qu'elle s'approchait des cierges pour en enflammer un. Elle fit une rapide demande à Dieu pour qu'il protège son fils sur le chemin qui le ramenait en ses terres.


- Tout est possible, Blanche ...
Il suffit de foncer la tête haute et ne pas regarder en arrière. Et je serais même prêt à vous épauler dans cette démarche. Après tout, j'ai eu le feu vert du Roy Arthur pour rester auprès de ma fille quelque temps, alors je peux aussi bien rester près de vous et vous aider à regagner la confiance du peuple et votre notoriété. Il est tant que le peuple voit la femme que vous êtes, sur un nouveau jour.




Alicia n'ayant jamais eu l'âme d'une dévote tellement absorbée par ses prières qu'elle en oubliait le reste avait entendu la voix du Sire Gauvain. Elle se retourna et l'aperçut en compagnie de Blanche. La surprise était bonne. Depuis leur correspondance pendant le sauvetage de la petite Gwenaëlle elles n'avaient pas eu l'occasion de s'entretenir. Et Gauvain avait toute son estime. N'était il pas un chevalier du Grand roi Arthur ? Alicia ne voulait pas les interrompre mais elle ne pouvait pas se cacher non plus. Aussi elle sortit de l'ombre avec un sourire et en plongeant dans une gracieuse révérence.

- Reine Blanche, Sire Gauvain! Je suis ravie de tomber sur vous et espère ne pas vous déranger. Comment vous portez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Sir Gauvain
Ex-prince Orcanien & Chevalier de Table Ronde
avatar

Nombre de messages : 224
Age : 818
Camp : Camelot
Classe sociale : Chevalier
Date d'inscription : 17/06/2008

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Ex-prince orcanien, père et Chevalier de Table Ronde.

MessageSujet: Re: Un signe du ciel   Lun 17 Jan - 0:26

[ On ne t'a pas oubliée chouette ! :p]

Gauvain avait les projets de la Reyne à coeur, mais personne ne devait savoir ce qu'elle tentait de faire. Si quelqu'un l'apprenait, il pourrait tout faire pour faire échouer ses plans.

C'est pour cela que le chevalier murmura un peu plus lorsqu'il entendit les pas dans la chapelle. Il ne s'était cependant pas retourné, plongé dans sa conversation avec Blanche.

Seulement, le chevalier de Camelot avait l'ouïe très fine et arrivait à entendre les petits murmures de cet inconnu arrivée. Cette vois lui était familière et comprit qui c'était. C'était la comtesse de Blaye.

Comme pour vérifier si son instinct était toujours bon, il s'était retourné. Il avait misé juste.
De plus, la comtesse venait vers eux.

Gauvain se releva et gratifia la jeune dame d'un baisemain protocolaire. Gauvain, après Lancelot bien sûr, était sûrement le chevalier le plus courtois
.

- Vous ne nous dérangez point, Comtesse. Et merci de vous souciez de nous. En mon cas, je peux vous assurer que je prends du mieux depuis que ma chère fille est revenue.

En effet, la mésaventure de sa fille lui avait laissé quelque cernes au visage et surtout l'avait abattu moralement. Il avait perdu sa femme, il ne voulait pas perdre ce qui lui restait de plus précieux au monde.

La comtesse devait comprendre.
Après tout, elle aussi avait perdu son époux et devait prendre soin de son fils.

Et vous, ma très chère Alicia, comment allez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un signe du ciel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un signe du ciel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» Septième ciel
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]
» [Ciel] Le Messager du Ciel
» Les 4 sacrés du ciel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: † Hors-jeu † :: Personnages :: Archives-
Sauter vers: