Venez festoyer, guerroyer ou ... comploter en Orcanie !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Départ d'Ophélia, par une nuit brumeuse...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amaryllis

avatar

Nombre de messages : 1847
Age : 27
Camp : Son clan
Classe sociale : Noblesse
Terre : Irlande (Dal Riada)
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Fille d'un chef scots

MessageSujet: Départ d'Ophélia, par une nuit brumeuse...   Jeu 9 Aoû - 23:51

La reine pointa son nez à l'exterrieur. Une goutte de pluie vint s'y écraser, lui dérobant un sourire mi-espiègle, mi-joyeux, malgré la tristesse qui lui nouait les tripes.

Ophélia n'aimait guère ce petit bout de pays qu'elle gouvernait ou plutôt... assistait auprès du roi, son époux. Elle n'appréciait pas non plus ses habitants froids, austères et révoltés.

Cependant, ces lieux regorgaient d'agréables souvenirs, qui rendaient ses yeux qui reflètaient la pureté des eaux douces trempés de chagrin dût à son déchirement.

En posant son regard d'émeraude sur la petite chapelle, située à l'autre extrémité de la cour, son coeur se ressera. C'était à cet endroit qu'elle avait échangé son premier baisé avec son amant.

Et ce chêne... là-bas, dans le jardin. Combien de fois avait-elle sentit la chaleur gagner ses joues, devenant aussi rouge qu'un bouquet de roses, détournant pudiquement le regard, se remémorant ce repas qu'elle avait partagé avec son époux... et de la passion et de l'amour de leur ébat qui avait suivit, sous l'oeil réprobateur des coquins nocturnes? Elle entendait encore au loin la chouette hululer, lui adressant un dernier adieu.

Il y avait encore cette cour vide qui un jour, fut bondé à souhait. Il s'agissait d'un jour de marché... une centaine de marchands s'y étaient installés, étalant et vantant leur marchandise. Combien de fois y était-elle allé, accompagné de sa défunte suivante, la demoiselle Càmélia?

Ophélia sortit de sa cachette enfantine, plongeant dans la nuit brumeuse de la cour. Elle observa rapidement une dernière fois les murs du château.
À chaque fenêtre, elle vit briller la flamme d'une chandelle. Il s'agissait d'un adieu que les habitants du château adressait à leur reine... Valets, servantes, suivantes, nobles... Chacun y avait mis son grin de sel.
Celui lui fit chaud au coeur... Ainsi, on tenait à elle, malgré l'intêret malsain qu'on lui avait jusqu'alors porté.

De forme vaporeuse, gracieuse et pâle, la timide Ophélia glissa sur le sol, marchant d'un pas léger. Elle ne prêta aucun intêret aux hommes qui allaient et venaient, chargeant et déchargeant sa litière.

À mi-chemin, elle fit volteface, une dernière fois. Elle fit un signe de la main, enjoignant deux de ses dames de compagnie à la rejoindre.
Mordred lui avait accordé cette faveur, car sa douce promise serait bien morte de solitude et de chagrin en cours de route... Le voyage était long et pénible. La reine ne serait pas au couvent avant au moins une semaine entière (et cela, c'était si le temps s'y prêtait!)

L'Émeraude de Warminster ressemblait à ces êtres mystérieux qui habitent les profondeur des eaux froides des lacs les plus isolés, jouant de la harpe et y accueillant les noyés qu'elles initient à la torpeur des eaux dormantes. Evanescentes et troublantes, il n'était pas difficile de croire que cette elfe de lumière était né d'un baiser de lune sur l'eau sombre d'une marre et non pas de l'union charnelle et impure d'un homme et d'une femme.

Ophélia caressa son époux du regard. Elle déposa un baiser sur sa joue, ne pouvant s'empêcher de verser quelques larmes salées.

- Ne m'oubliez pas, mon tendre aimé. Je me languirai de vous... et prierai pour vous. Ah! Mon cher Mordred!

La souveraine se jeta dans ses bras, l'étreignant entre ses bras et contre son ventre enflé qui la gênait.

- Viendrez-vous m'assister lorsque je metterai au monde notre premier fils, l'hériter de votre royaume? Serez-vous présent, à mes côtés, lorsque peut-être je rendrai l'âme? Ou serez-vous, guerroyant, couvert de sang et drapé du noir tissus de la haine... sur un champs de bataille, loin de moi... loin de nous... oubliant jusqu'à même notre amour tant vous serez aveuglé par vos désirs de conquête?
Revenir en haut Aller en bas
Mordred d'Orcanie
Membre fondateur/administrateur en chef
avatar

Nombre de messages : 5040
Age : 1529
Camp : Orcanie!
Classe sociale : Tyran d'Orcanie et Dieu ( démon ? ) vivant !
Terre : l'enfer sur terre !
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Noblesse et Dieu incarné !

MessageSujet: Re: Départ d'Ophélia, par une nuit brumeuse...   Dim 12 Aoû - 12:50

Ce matin, l'humeur de Mordred était parfaitement à l'image du climat : sombre et morose ...
Il était accablé par le départ de son épouse, bien que l'ayant décidé, pour son bien et ... celui du royaume ...
Non seulement pour garantir que la fin de la grossesse et la naissance de l'enfant se déroulerait bien mais aussi ... afin que cette retraite soit également une forme d'expiation pour Ophélia ...
Peu de personnes étaient présentes pour assister au départ de la Reine pour ce monastère, ce couvent, proche de la frontière avec la Cornouailles ...
Quelques servants et plusieurs gardes ...
Certains d'entre eux partiront avec Ophélia, ils formeront son escorte et demeuront au couvent pour veiller sur leur maîtresse ...
Avant de s'instaler sur sa litière de voyage, la Reine fît ses "adieux" à son époux ...
Celui ci, aussi ému que sa chère amie, ne réagit que mollement à son chaste baiser et à ses quelques larmes ...
Et ne répondit que par un hochement de tête à ses premières paroles ... Puis Ophélia l'étreignit et Mordred cessa de réprimer sa tristesse et son affection, tout en rassurant sa tendre épouse :


- Mon amour ! ...

Je ne vous abandonnerais point ! ...
Je ... Je refuse de partir en guerre avant la naissance de notre enfant ! ...
Mes officiers et nos alliés conduiront la campagne ...
Le jour dit, je serais à vos côtés ! ...
N'en doutez pas !

Après avoir déposé un tendre baiser sur les merveilleuses lèvres d' Ophélia, Mordred ouvrit quelque peu le haut de sa tunique, pour découvrir le fameux pendentif ...
Il était un peu ébréché mais toujours là, au cou de son propriétaire ...
Le Roi fît un sourire complice à sa reine :


- En ce jour, le plus pénible de mon existence, je repense au plus beau ! ...
Vous savez ? ...
Tant que je porterais ce talisman je serais à vous et ... avec vous ! ...
Après votre retour, les nuages auront été chassés et ... le soleil inondera de nouveau les plaines d'Orcanie ! ...
Et ce jour là, vos sujets accueilleront le retour de leur reine et ... de notre héritier ! ...


Un page s'approcha du couple royal et déclara :

- Votre litière est apprétée majesté et ... votre escorte vous attend ...

Mordred foudroya le serviteur du regard, qui recula, et il eu un sourire mélancolique pour Ophélia :

- Je ne sais que dire, ma douce ...

Une étrange lumière éclaira soudain les yeux du Roi ...

- Oh ...
Sachez que ...
McKeith sera bientôt relaché ! ...
Je fais ceci uniquement pour vous ...
Pour vous être agréable ...
Pour vous prouvez mon amour ! ...

Content de lui, Mordred attendit fébrilement la réaction de sa chère Ophélia ...
Revenir en haut Aller en bas
http://legendofcamelot.forum2jeux.com/portal.htm
Amaryllis

avatar

Nombre de messages : 1847
Age : 27
Camp : Son clan
Classe sociale : Noblesse
Terre : Irlande (Dal Riada)
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Fille d'un chef scots

MessageSujet: Re: Départ d'Ophélia, par une nuit brumeuse...   Jeu 16 Aoû - 21:07

Contre toute attente, une ombre passa sur le radieux visage baigné de larmes de l'Émeraude d'Orcanie. Non... Son cher Mordred ne pouvait pas avoir commis cette reprochable action? Cela était impossible! Pas après ce qu’il s’était déroulé, sous ses yeux tirés par la fatigue et le stresse… pas après la traîtrise que son épouse et l’un de ses proches.

Ophélia scruta le visage de son époux afin d’y déceler un quelconque mensonge. Mais celui-ci semblait si fébrile que son doute s’évanouit aussitôt. Il l’avait fait… Vohan était libre.

Ses paupières s'abaissèrent sur son regard désolé. L’écossais tenterait-il de retrouver la reine? Et s’il y parvenait… lui demanderait-il de le suivre? Et pour aller où? En Écosse, dans une famille? Fuirait-elle, comme une traîtresse? Devrait-elle supporter les troupes de l’ennemi de son époux? Béléagant perdrait cette guerre, cela était évident. La fin était prévisible depuis le levé du rideau de cette pièce sanglante, boucherie immonde occasionnée par la soif de pouvoir de deux démons. Et qu’adviendrait-il d’elle, de ses enfants et du laird écossais lorsqu’enfin, la fin approcherait? Seraient-ils exécutés publiquement? Le roi aurait-il pitié de l’enfant de celle qu’il devait chérir jusqu’à sa mort? Croirait-il que celui-ci était bien le sien? Et s’il en faisant son héritier… Lui raconterait-on, à ce petit être qui jamais n’aurait vraiment connu celle qui l’avait porté en son sein, que sa mère n’était qu’une catin au double visage, ayant pour amant un disciple du seigneur félon?

Quel acte horrible le seigneur Pendragon venait-il de commettre? … Que venait-il donc de faire? Avait-il conscience des conséquences que son geste irréfléchi entrainerait? Ophélia trouverait-elle la force de lutter contre le désir de suivre celui pour qui son cœur continuait de battre à chaque instant? Oui, elle résisterait. Sire Mckeith n’était qu’une aventure et elle avait tiré ses leçons de sa mésaventure. Elle aimait Mordred… depuis toujours. Elle ne le trahirait pas. Elle ne supporterait pas de sentir une nouvelle distance, froide et cruelle, s’installer entre eux. Elle désirait pouvoir lui faire face à nouveau, lui sourire… et savoir que celui qu’elle chérissait ouvertement était fier de son aimée.

Ses lèvres délicieusement rosées s’étirèrent en un doux sourire. La délicate attention du roi lui faisait certes plaisir, malgré ses craintes. Peut-être était-ce un défi que lui lançait le roi? Résister à la tentation… Elle y parviendrait.

Ophélia se hissa sur la pointe de ses petits pieds enveloppés de fins souliers en soie rouge, brodés de véritables perles d’un blanc pur. Elle déposa un baiser à la fois tendre et passionné sur l’exquise bouche de son mari.

- Je vous remercie…

Elle plaça un doigt là sur le talisman qu’elle avait autrefois offert à Mordred… Et une nouvelle rivière de chagrin se déversa de ses yeux limpides.

- Je vous aime tant, … Et je connais l’ampleur de vos sentiments. Vous n’aviez point besoin de commettre cet acte pour me prouver votre amour. Mais je vous remercie…

Elle déposa un dernier baiser trempé sur ses lèvres.

- J’en ai tant dans mon cœur pour vous, Mordred, que par moments j’en ressens le poids comme un délicieux fardeau. Écrivez-moi chaque fois que vous le pourrez… et indiquez-y que vous êtes heureux. …
Du couvent où je serai, je prierai pour vous… pour nous. Peut-être y entendra-t-il mes prières? Peut-être m’épargnera-t-il de vouloir m’infliger quelques mal si je vous perd…
Revenir en haut Aller en bas
Erwana
Membre Fondateur/Comtesse de Metz
avatar

Nombre de messages : 774
Age : 26
Classe sociale : Comtesse de Metz, femme de Nathan de Metz
Terre : Comté de Metz
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Vicomtesse de Metz

MessageSujet: Re: Départ d'Ophélia, par une nuit brumeuse...   Jeu 16 Aoû - 21:43

Après s'être fin préparée pour le voyage et s'être occupée des derniers préparatifs de dernière minutes, Erwana se présenta devant les souverains.

La mission qu'elle avait recu ne lui chantait guère, mais elle était obligée de se plier aux ordres qu'elle recevait. Peut-être serait-il le bon moment de parvenir à ses fins avec Ophélia.

La jeune geurrière ayant promis à la reine Morgause d'éloigner Ophélia de la couronne d'orcanie. Tout comme la reine Morgause, Erwana méprisait la Rein Ophélia, mais elle ne le laissait pas paraitre.


" Sir, tout est fin prêt pour entreprendre la voyage. "

Elle avait entendu un minime partie de la converstion des souverains, assez pour savoir que Mckeith serait relaché.

Surement qu'il poursuiverait Ophélia, alors c'était le bon moment pour tendre un piege à Vohan et se servir de lui comme appat pour que la trahison d'ophélia envers Mordred resurgisse...
Revenir en haut Aller en bas
Mordred d'Orcanie
Membre fondateur/administrateur en chef
avatar

Nombre de messages : 5040
Age : 1529
Camp : Orcanie!
Classe sociale : Tyran d'Orcanie et Dieu ( démon ? ) vivant !
Terre : l'enfer sur terre !
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Noblesse et Dieu incarné !

MessageSujet: Re: Départ d'Ophélia, par une nuit brumeuse...   Ven 17 Aoû - 21:55

Ophélia embrassa de nouveau son roi et lui fît part de ses remerciements ...
Mordred aurait bien étranglé le picte après lui avoir fait subir les pires tortures et humiliations, mais ... cela aurait sans doute indisposé son épouse ... ( Razz )
Alors vaille que vaille et que le diable emporte le félon, le bonheur d'Ophélia importait plus que tout ...
Enfin surtout si celle ci lui donne un héritier et se résoud a lui être fidèle, et ... a le chérir, que dis je le chérir, le vénérer ! ...
L'affection de Mordred n'était point gratis et il aimait être hissé sur un pièdestal ...
D'ailleurs ne disait on pas à la cour que le jour des "festivités" en l'arène de Warminster, prélude à l'entrée officielle en guerre de l'Orcanie, une statue du Roi serait inaugurée et un éloge au souverain serait lut par ... Amone Berem ( hj : si il est dac Rolling Eyes ) ...

Mais pour l'heure, les deux souverains se faisaient leurs "adieux", étreints l'un et l'autre par l'émotion ...


- Mais vos désirs ont toujours été des ordres pour moi, très chère ! ...

Mordred esquissa un demi sourire ironique et poursuivit, plus sérieusement :

- Je vous fait confiance, Ophélia, je sais que vous ne referez point les mêmes erreurs ! ...

La Reine exposa ensuite l'étendu de son amour pour son époux et lui fît également part de ses inquiétudes ...
Mordred l'embrassa, puis lui adressant un sourire apaisant, chassa délicatement les larmes de ses paupières avec un doigt ...
Ensuite il ne résista pas a l'envie de lui déposer un léger baiser sur le nez ...
Il lui caressa enfin la joue, se forçant a paraitre guielleret ...


- Ne vous tourmentez pas pour moi, en rien, ma douce ! ...
Vous avez assez a vous souciez de vous même et ... de notre enfant ! ...
Je vous écrirais très souvent et prierai également pour votre salut ...
Le jour de la naissance, je me tiendrai à vos côtés ! ...

Le Roi se tourna vers Erwana et acquiésca en réponse à ses propos ...
Puis fît le baise main protocolaire à Ophélia ...
Et l'incita ensuite a suivre les pages la conduisant à sa litière de voyage ...


- Bon voyage mon amour et ... dites vous que nous nous reverrons très vite ! ...

Alors que la Reine s'éloignait, Mordred lança à Erwana :

- J'espère que le sergent Roach est avec vous ? ...
C'est un imbécile, mais il est très fiable ! ...

Et surtout, capitaine ...

Le Roi adressa une oeillade presque menaçante à la jeune femme, tout en affichant un rictus un peu crispé ...

- Si il devait arriver la moindre chose à sa majesté la reine, croyez moi, vous vous en repentiriez ! ...
Vous ne m'avez jamais déçue, soyez digne de ma confiance ! ...

Mordred finit par offrir un sourire des plus avenant et bienveillant à la guerrière, puis, salua Ophélia de la main, en guise d'au revoir ...
Revenir en haut Aller en bas
http://legendofcamelot.forum2jeux.com/portal.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Départ d'Ophélia, par une nuit brumeuse...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Départ d'Ophélia, par une nuit brumeuse...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dans une nuit Brumeuse
» Une Patte Brisée ...
» La nuit du renouveau.
» Vraie Raison du Départ de Batista
» Dans la nuit noire (Pollo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: † Hors-jeu † :: Archives-
Sauter vers: