Venez festoyer, guerroyer ou ... comploter en Orcanie !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les Créatures du Folklore Breton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anna
Princesse des Orcades
Princesse des Orcades
avatar

Nombre de messages : 1330
Age : 26
Camp : peu importe
Classe sociale : Princesse des Orcades
Terre : Orcades
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Princesse orcadienne.

MessageSujet: Les Créatures   Sam 8 Sep - 16:10

Les Dragons


Symbole de vie et de puissance en Chine, protecteur en Indonésie, gardien des sabres au Japon, maléfique et ravisseur de princesses en Europe médiévale.


Le dragon est une créature mythique. A lui seul il représente les 4 éléments de la Tradition occidentale ; l’eau, l’air, la terre et le feu. L’Air par ses ailes d’oiseaux, la Terre car il vit dans les entrailles de la terre, le Feu car il est doté de poumons crachant du feu et enfin l’Eau par les écailles qui le recouvre.
Il est considéré comme un animal aquatique, terrestre -voire souterrain - et céleste à la fois !
Il n’est ni bon ni mauvais en lui-même, il représente le Bien ou le Mal. Ainsi suivant les traditions il peut avoir plusieurs rôles.
On retrouve souvent l’image de 2 dragons enlacés ou encore un dragon à 2 têtes, symbole du Bien et du Mal.

Au moyen age…..

Au moyen age, sa légende était celle d’un gardien d’une caverne où se trouvait un trésor, (C’est en Occident le gardien de la Toison d'Or et du Jardin des Hespérides; en Chine, dans un conte des T'ang, celui de la Perle; La légende de Siegfried confirme que le trésor gardé par le dragon n'est autre que l'immortalité.), ou une femme vierge qu’il gardait jalousement

Dans la légende arthuriennes

On retrouve d'ailleurs cette assimilation du dragon à la toute-puissance du Chef en Bretagne, avec le Roi Uther (père d'Arthur) surnommé « Pendragon », ou « tête de dragon ».

Restons en Bretagne un instant, pour évoquer Merlin l'Enchanteur, dont la sagesse était légendaire dès l'enfance. Le tyran Vortigern, celui-là même qui avait exilé Uther Pendragon et ses frères, pour usurper leur trône, voulait bâtir une forteresse imprenable. Or, malgré tous les efforts de ses ouvriers, et les invocations de ses mages, l'édifice s'écroulait à peine sortie de terre, et de ses fondations s'élevait une clameur terrifiante. Un sacrifice humain s'imposait pour conjurer les mauvais esprits, et Vortigern allait condamner le jeune Merlin, que sa naissance illégitime désignait comme victime idéale, lorsque celui-ci lui donna la solution : « il y a dessous le sol, juste au point où la construction doit prendre appui, deux dragons énormes. Lorsqu'ils commencent à éprouver sur eux le poids de la bâtisse, ils s'agitent, et les murs s'écroulent. » Le tyran fit creuser plus profond, et l'on découvrit deux dragons, l'un rouge et l'autre blanc, qui, sitôt mis à jour, s'affrontèrent en un terrible combat, que gagna finalement le Dragon Rouge. Merlin donna alors la signification de ce combat : « Roi, je te dirai que ces dragons représentent, le rouge, la nation Bretonne, le blanc, toi, Vortigern. Ce pays, tu le possèdes indûment. Mais le Dragon rouge est en route, malheur au Dragon blanc, car il court sa perte. »

Nous retrouvons ces dragons habitant la terre dans les légendes concernant Mélusine, et, plus généralement, la Vouivre. La terre, elle-même, a longtemps été comparée à un dragon, et les anciens nommaient Veines du Dragon ces courants telluriques qu'ils essayaient de concentrer en y élevant pierres levées et monuments.


En occident….

En occident la représentation de cette créature est plutôt associée au Mal, à Satan…symbole de la destruction et du chaos (Le patriarche zen Houei-nêng fait également des dragons le symbole de la haine et du mal.).

En extrême orient…..

L’extrême Orient, lui voit le dragon comme le symbole du Bien. Il est censé apporter le breuvage de l’immortalité, appelée le soma, boisson divine.

Dans la civilisation Chinoise, le dragon représente le yang (le Bien), il est souvent utilisé comme motif décoratif pour chasser les démons, ainsi que sur des vêtements. Il est aussi présent dans leur astrologie. Le deuxième jour du deuxième mois ils célèbrent la fête du dragon.
Au Japon il est le Dieu de la pluie.
En Mésopotamie, les dragons représentent les Sirrouch de la Porte d'Ishtar.

Autres légendes :

En Germanie, l'Or du Rhin est gardé par un dragon.
En France, sous le Mont-Saint-Michel, il y en aurait un.
En Chine, un texte du VI ème siècle dit : "Un serpent d'eau qui veut devenir dragon.


D’autres symbolisations….

Il fait aussi office d’emblème de l’empereur par sa puissance et ses fonctions royales qu’il impose telles que la fertilité (il amène la foudre symbolisant la pluie fertilisant la terre), le rythme de vie (les 4 éléments). Le dragon rouge est l’emblème du Pays de Galle.
La légende veut qu’un dragon rouge et un dragon blanc on combattus et se soit mis K.O. tous les deux, ils sont maintenant enfermés dans un coffre à Oxford, et tant qu’il n’est pas ouvert le pays est protégé contre les invasions.

Le dragon blanc signifie la mort et le rouge la colère. Le faite qu’il soit enterré ensemble signifie la fusion des 2 destins.

Le dragon médiéval lui représente la magie.
Dans les contes fantastiques, vaincre un dragon était une épreuve que les héros devaient entreprendre afin de conquérir un trésor ou une bien aimée.

Dans certaines traditions, les peuples dansaient la danse du dragon afin de faire venir la pluie ou la bénédiction du ciel suivant la couleur du dragon.


Le dragon :

Physionomie

Le dragon (drago drago) est un reptile à sang chaud et sa température est contrôlée à l’intérieur de son corps. Cette caractéristique lui permet de s'adapter aux différents climats de son vaste habitat et de maintenir ses activités la nuit comme le jour durant l'année entière, ce qui ne le pousse pas à être dépendant de la chaleur du soleil comme la plupart des reptiles. Le dragon a généralement des ailes et ses os sont creux, pour la légèreté. Cependant, les rares survivants ont de petites pattes mais pas d'ailes; ils sont intelligents et agressifs.


Psychologie du dragon :

Le dragon adulte est rusé, puissant et sûr de sa force. Son astuce l'aide à échapper aux pièges des hommes avec un esprit que l'on pourrait qualifier de "sportif". Il est habituellement avare et insolent, pour prouver quelque peu ses capacités physiques. Les dragons sont vraiment amoureux des bijoux et des pierres précieuses, et ils amassent avidement leur trésor. Parfait connaisseur, ils peuvent évaluer la valeur d'un de ces pierres et ce n'est certes pas facile de les tromper sur ce sujet. Ils adorent aussi les énigmes et parfois promettent de laisser libre leurs victimes à condition qu'ils trouvent la réponse à une devinette. Habituellement fiers, rien ne les exaspère plus qu'être ridiculisé par les hommes. C'est une chose dont nous devons tenir compte quand nous sommes en relation avec un dragon. Quand on l’embarrasse, il se réfugie dans son antre, honteux, et refusera de nous reparler.

Mais si nous lui adressons la parole avec circonspection et que nous nous montrons capable de garder ses secrets, nous gagnerons sa confiance et aurons une grande influence sur lui. Le dragon est vraiment expert en magie et connaît les pouvoirs qui y sont associés. Son plus grand secret reste son vrai nom. Celui-ci est la synthèse de sa personnalité et de son histoire. Il indique ses origines, tout ce que le dragon fera dans sa vie, ses aspirations, son savoir et son niveau de maîtrise de la magie. Son nom est d’habitude donné par son père à la naissance mais se modifie au court du temps. Ce secret est gardé si jalousement que le vrai nom du dragon n'est sut que par lui-même et son père... Il possède aussi un ou plusieurs pseudonymes sous lequel il est connu.



[À venir d'autres créature]

_________________
Y desataste un huracan. Fuego y furia de un volcan



Dernière édition par le Sam 8 Sep - 16:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://englandkingdom.forumactif.info
Anna
Princesse des Orcades
Princesse des Orcades
avatar

Nombre de messages : 1330
Age : 26
Camp : peu importe
Classe sociale : Princesse des Orcades
Terre : Orcades
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Princesse orcadienne.

MessageSujet: Re: Les Créatures du Folklore Breton   Sam 8 Sep - 16:11

[Suite]

Les familles de Dragons:

Terre:


Le grand dragon de terre
(Drago rex Cristatus
)

Il est le plus abondant et le plus commun des dragons. Ils sont de grandes créatures ailés ayant une taille phénoménale. Ils peuvent atteindre de 15 à 30 mètres de longueur et leurs ailes déployées peuvent atteindre 30 mètres. Leur coloration varie entre le brun et le vert. Plusieurs dragons de terre crachent le feu mais les flammes ne sont pas aussi puissantes que celles du dragons de feu. Le dragon de terre est un expert en vol plané. Dû à sa taille, son envol se fait maladroitement mais après il plane sur le vent et ce sur de longues distances s’il le désire. Le Draco rex est de nature réservée et introvertie. Il n’aime pas être entouré des siens sauf en période de rut mais même là, que très peu de temps. Quand il devient âgé, il n’est pas rare de le voir accompagné d’un jeune dragon pour lui enseigner ses savoirs. Le dragon de terre ne s’accouple qu’en période de pluie, quand les déserts de l’Afrique et de l’Asie sont couverts de fleurs. Le dragon séduit la femelle en exécutant un ballet aérien. Le plus agile sera choisi.


Les bébés

Les oeufs des dragons ont la même taille que celui d’une autruche, tachetés de vert et de gris. C’est le père qui s’occupe de l’œuf. Le bébé dragon mesure 60 cm. Après 8-9 mois il atteint les dimensions d’un gros chien et devient aussi féroce qu’un loup affamé. Il chasse et mange le renard et la chèvre mais prudemment pour ne pas se faire découvrir par l’homme. Le comportement est instinctif chez le jeune dragon et son intelligence est peu développée. Il est laissé à lui-même vers sa période d’adolescence c’est-à-dire à partir de 2 ans. À ses 4 ans, il vole vers la cour du Père Dragon où il vit quelques années, y apprend les coutumes sociales et est initié à la magie. Après cette période il reçoit son nom si secrètement gardé.

D'eau

Le dragon d’eau
(Drago Splendens)




Ce type de dragon est plus rare que le dragon commun. On peut le retrouver autant dans la mer que dans les rivières ou dans les lacs, bien qu’il préfère ces derniers. Magnifiquement coloré, il se meut dans l’eau avec grande vitesse et agilité. Bien que ces pattes de devant se terminent avec des griffes acérées, celles de derrière ce sont transformées en nageoires, ce qui gênent ses mouvements rendu sur terre. Sa capacité pulmonaire est énorme : il peut emmagasiner de l’oxygène dans son estomac et transférer le tout dans ses poumons quand il en ressent le besoin. Parce qu’il vit dans l’eau, il a partiellement perdu l’habitude de voler et ne fait que quelques vols planés.

Le dragon d’eau a des habitudes alimentaires bien spécifiques, surtout l’adulte, ce qui peut expliquer en partie le danger de l’extinction de l’espèce. Apparemment, il mange seulement ce qui est considéré comme «vierge». Si cette exigence n’est pas satisfaite, l’animal souffre d’une indigestion insupportable qui peut l’amener aux portes de la Mort. Le seul remède considéré comme efficace consiste en des doses massives d’huile d’olive vierge ou un mélange de fleurs d’orange et de pétales de magnolia.

Le dragon d’eau est physiquement plus beau et plus gracieux que le dragon de terre. Il possède une voix douce, mélodieuse et chérit sa beauté. Il est poète inspiré et peut rester des heures à se contempler, dans une pose narcissique ou devant un coucher de soleil. Il est une créature amoureuse et il arrive en certaines occasions que sa victime destinée à son dîner devienne la reine de son cœur. Il est un brave adversaire et s’il est appelé à combattre, il se défendra férocement. Cependant il est timide et rare sont ceux qui ont pu voir plus que l’ombre de cet animal. Il se conduit toujours avec élégance, même quand il capture sa nourriture. La seule chose qu’il est incapable de supporter est une chaîne autour de son cou, la méthode de l’antiquité pour le capturer


La demeure du dragon d’eau

La demeure habituelle du dragon d’eau est une cave ou une grotte avec une entrée submergée. Curieusement, cette cave est toujours sèche et le plancher est recouvert de sable emmené de la plage par le dragon lui-même. Les caves complexes sont plus grandes et décorées de perles de corail et de pierres précieuses, collectionnées à travers les ans. Les stalactites et les stalagmites font partie aussi du décor de la cave. Ce n’est pas inhabituel que l’on trouve un courant subterranéen dévalant dans ces caves. Le dragons y nage, ses esclaves boivent de cette eau et y prennent leur bain.

L'entourage du dragon d’eau est petite mais choisie avec soin. On peut y retrouver des créatures marines jusqu’à de basses classes de lutins d’eau, qui possèdent quelques petits pouvoirs magiques, de petits tritons, et quelques êtres humains. Le dragon ne capture jamais les nymphes ni les lutins de larges rivières, qui sont beaucoup trop puissants. Les humains sont des poètes et des troubadours. On y trouve aussi l’épouse de ses rêves. La femme du dragon est sa maîtresse et son esclave et il vit entouré de demoiselles, de pages et de seigneurs. Quand le dragon garde ainsi les humains dans sa cave, il creuse une petite ouverture pour qu’ils puissent quitter et revenir aisément.

Le dragon de feu
(Draco flameus)


La plus rare des trois espèces est le Draco flameus. Il est extrêmement difficile à observer et à étudier puisque son habitat est inaccessible aux êtres humains. Ce dragon inconnu vit dans les volcans actifs et son entourage naturel sont les grandes rivières de laves et de fougueuses cavernes dans le ventre de la terre. Dans ce monde de feu et d’incandescentes pierres en fusion, demeure le Père-Dragon, et on y retrouve aussi sa cour. Les accouplements s’y font, des rituels qu’aucun humain n’a pu observer. Le jeune dragon passe son enfance dans cet entourage suffocant et sort seulement à sa pleine maturité pour y chasser brièvement. Créature nocturne, il ne sort donc que quand l’air est sec, par temps clair et que la noirceur règne. Il est enveloppé de flammes, créant une image de destruction. L’eau et l’humidité sont de grandes menaces depuis qu’elles peuvent causer la «corrosion des écailles», une maladie fatale.

Durant ses excursions dans le monde extérieur, le dragon de feu enflamme une vaste étendue de terre, brûlant tout sur son passage et dévore les charognes des animaux perdus dans les cendres. Il crache le feu de sa bouche ; ce feu est produit à partir d’une mixture de méthane et de phosphore qu’il fabrique et qu’il entrepose dans un second estomac. La mixture s’enflamme au contact de l’oxygène, quand il la crache de sa bouche. Sa nourriture favorite sont les hydrocarbures tels les huiles, (qu’il ingurgite en grande quantité). Il utilise d’ailleurs ces substances pour laver et faire briller son «armure» - une occupation qui prend plusieurs heures d’ailleurs. Il prend grand soin de chaque écaille et est toujours aux aguets pour quel que défaut suspect. Ce n’est pas une question de vanité ici, mais de maladie. La corrosion des écailles entraîne le détachement de l’écaille, laissant la peau sensible du dragon exposée et vulnérable, et ce pas seulement aux brûlures mortelles produites par la lave mais aussi à la déshydratation, résultat de l’énorme chaleur. Les écailles, qui recouvrent le corps entier, sont fait d’un alliage de métal et d’amiante. Elles possèdent beaucoup de couleur, du jaune or au rouge, bronze et noir et elles sont sa seule protection contre le feu. Sans cette armure, il est susceptible de brûler comme tout autre créature.

Apparemment, cette espèce était abondante dans les volcans de l’Islande et volaient aussi loin que de l’Irlande jusqu’au nord de la Bretagne. On dit aussi qu’une petite colonie de dragons de feu ont survécu en Sicile. D’un autre côté, il n’y a pas de preuve d’existence de cette espèce dans le Vésuve. Ce mystérieux mais fascinant animal a une large famille de serviteurs, principalement des salamandres et d’autres créatures inconnues.


Le dragon doré


Le plus vénéré des légendaires héros dragons est le dragon doré. Ses écailles et ses ailes ont la teinte de l’or, et bien qu’il n’appartienne à aucune des trois (3) grandes familles des éléments (terre, eau, feu) par nature, il se lie au trois. C’est le dragon qui possède la plus grande beauté. Il est unique, pur et parfait. Ni le feu, ni l’eau, ni l’air est étranger pour lui. Seulement un homme est son ami et trois chevaliers ont pu poser leurs yeux sur lui. Extrait du «Livre des dragon doré», livre sacré.

_________________
Y desataste un huracan. Fuego y furia de un volcan



Dernière édition par le Lun 10 Sep - 20:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://englandkingdom.forumactif.info
Anna
Princesse des Orcades
Princesse des Orcades
avatar

Nombre de messages : 1330
Age : 26
Camp : peu importe
Classe sociale : Princesse des Orcades
Terre : Orcades
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Princesse orcadienne.

MessageSujet: Re: Les Créatures du Folklore Breton   Sam 8 Sep - 16:43

Les Licornes:



Le symbole de la licorne et du pégase


La licorne est le symbole de la pureté,

de la force et de la beauté.

Le pégase, quand à lui, est symbole de liberté,

d'indépendance et de vitalité.

Tous les deux réunis forment un cheval magique,

remplit d'espoir et de gaité.

L'animal:

La licorne médiévale est un symbole de puissance, qu'exprime essentiellement sa corne, mais aussi de faste et de pureté. D'après une vieille légende de l'Inde, la licorne est douée d'un pouvoir magique. Sa corne sépare les eaux polluées, détecte les poisons et ne peut être touchée impunément que par une vierge Devenue au Moyen âge symbole de pureté, elle fut adoptée dans l'héraldique, et figure dans de nombreuses armes, celles les plus connues sont celles d'Angleterre. C'est un animal de bon augure. La licorne concourt à la justice royale, en frappant les coupables de sa corne.

La licorne symbolise aussi, avec sa corne unique au milieu du front, comme une flèche spirituelle, un rayon solaire ou l'épée de Dieu, la révélation divine, la pénétration du divin dans la créature. Elle combat contre l'éclipse de soleil qu'elle dévore.



Elle représente dans l'iconographie chrétienne la Vierge fécondée par l'Esprit Saint. Elle est le symbole de la fécondité spirituelle et aussi le symbole de la virginité physique. Elle était devenue au Moyen âge la représentation de l'incarnation du Verbe de Dieu dans le sein de la Vierge Marie. La licorne devient par extension la figuration du christ, en ce qu'il opère des miracles et se sacrifie pour les hommes.
Dans les conceptions médiévales de l'amour courtois, la licorne est douée du mystérieux pouvoir de déceler l'impur, voire même la moindre altération dans l'éclat du diamant.

Heraldique:


Cet animal fabuleux symbolise en héraldique chasteté, pureté, amour honnête. C'est en général l'emblème de ceux qui renoncent aux plaisirs ou fuient toutes sortes de vices.

Représenté comme un cheval au front portant une longue corne unique, ainsi qu'une barbiche sous la gueule, ses pieds ont des sabots d'animal sauvage, fourchus, comme le daim, le cerf ou la biche. On gardera à l'esprit que ce symbole est essentiellement christique, en rapport avec le sacrifice du fils et sa résurrection.

La Licorne, un animal MYTHIQUE.


La licorne était considérée au moyen-age comme une créature "double", ambigue. Sauvage, féroce si elle est attaquée, elle se prend parfois au piège de l'amour. De nombreux psautiers et manuscrits médiévaux décrivent le moyen le plus sûr pour capturer cette créature. Avant, tout, elle est attirée par les vierges, qui seules, reussissent à les amadouer.

La licorne ne se laisse pas capturer vivante sans une farouche résistance. C'est pourquoi les chasseurs, dès que celle-ci est calmée par la vierge, s'en emparent, mais le plus souvent dans l'iconographie médievale, la tuent. Ceci fait référence au christ sur la croix, dont le flanc fut percé par la lance des soldats

La Licorne, un animal, fantastique !!


Cette bête a tant de témerité, elle est si agressive et si hardie, qu'elle s'attaque à l'éléphant; c'est le plus redoudable des animaux qui existent au monde."

"La licorne a le sabot si dur et si tranchant qu'elle peut parfaitement se battre contre l'éléphant; et l'ongle de son sabot est si aigu que , quoi que ce soit qu'elle en frappe, il n'est rien qu'elle ne puisse percer ou fendre."

Pégase


Fils de Poséidon, dieu de la mer et de la Gorgone Méduse, Pégase est un cheval mythique. Découvert par Bellérophon, dont il devient le coursier, ce cheval ailé est capable de galoper à travers le ciel. Créature impossible à capturer, Bellérophon, prince de Corinthe, suivit les conseils d'un devin afin de dompter le cheval Pégase : il passa une nuit dans le temple de la déesse Athéna. Pendant qu'il dormait, la déesse lui apparut avec une bride en or et lui dit qu'elle lui permettrait d'attraper Pégase. Quand il se réveilla, Bellérophon trouva la bride en or et put ainsi capturer et dompter le cheval ailé. Pégase se révéla ensuite d'un grand secours pour Bellérophon, lorsqu'il affronta les Amazones et la Chimère. Mais Bellérophon fut perdu par son propre orgueil : alors qu'il cherchait à s'envoler vers l'Olympe pour se joindre aux dieux, le cheval le jeta à terre, laissant Bellérophon errer comme un malheureux et haï par les dieux ; le cheval ailé devint une constellation. Pégase trouva refuge dans les stalles olympiennes et fut chargé par Zeus de lui apporter sa foudre et ses éclairs.

D'autres chevaux parcourent la voûte céleste, tels ceux qui tirent le char solaire, mais ils sont dépourvus d'ailes, si bien qu'ils ne peuvent se détourner de leur parcours et que leur conduite est malaisée, comme le découvre à ses dépens, Phaéton.

La nature de Pégase est multiple : terrestre par sa forme, aérienne par ses ailes, aquatique par son père qui lui transmet une relation particulière aux eaux (né aux sources de l'Océan, Pégase fait surgir l'eau d'un coup de sabot) et monstrueuse par sa mère et sa naissance (il naît du sang jaillissant du coup tranché de la Gorgone lorsque Persée lui coupa la tête). Par sa capacité à faire jaillir les sources (peu après sa naissance, il frappa le sol du mont Hèlikon et fit surgir la source Hippocrène ; elle devint sacrée pour les Muses et une source d'inspiration poétique), comme par le fait qu'il transporte la foudre et le tonnerre de Zeus, Pégase partage les représentations associées aux chevaux blancs, chevaux de majesté. Symboliquement, il incarne la sublimation des désirs et la maîtrise de l'imagination. C'est sur son dos que Bellérophon triomphe de la Chimère et vainc les Amazones. C'est lui que les poètes célèbrent ou appellent de leurs voeux


_________________
Y desataste un huracan. Fuego y furia de un volcan

Revenir en haut Aller en bas
http://englandkingdom.forumactif.info
Anna
Princesse des Orcades
Princesse des Orcades
avatar

Nombre de messages : 1330
Age : 26
Camp : peu importe
Classe sociale : Princesse des Orcades
Terre : Orcades
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Princesse orcadienne.

MessageSujet: Re: Les Créatures du Folklore Breton   Sam 8 Sep - 19:45


_________________
Y desataste un huracan. Fuego y furia de un volcan



Dernière édition par le Lun 10 Sep - 22:07, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://englandkingdom.forumactif.info
Anna
Princesse des Orcades
Princesse des Orcades
avatar

Nombre de messages : 1330
Age : 26
Camp : peu importe
Classe sociale : Princesse des Orcades
Terre : Orcades
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Princesse orcadienne.

MessageSujet: Re: Les Créatures du Folklore Breton   Dim 9 Sep - 21:31

Pour Faire plaisir à momo


L'abominable Homme des Neige(Big foot)

Mystérieux et insaisissable, le yeti serait une créature hybride, entre l’homme et l’animal, observée dans les hautes forêts de l’Himalaya. Figure traditionnelle tibétaine popularisée sous le nom “d’abominable homme des neiges”, également connu sous le nom de big foot (nord des États-Unis), ou encore Sasquatch (Canada, Indiens Salish), homme sauvage légendaire des montagnes.

Description
Plus grands, plus forts, plus poilus que les individus urbanisés, ils seraient solitaires, dangereux, ressemblant plus à un ours ou un gorille qu'à un homme. D'un point de vue ethnologique, le personnage de l'homme des bois ou de l'homme des montagnes figure dans la plupart des mythes ou folklores du monde.
L’étymologie de yeti viendrait d’un dialecte tibétain, désignant sous le terme de “méti” un grand ours brun, vivant isolé dans les contreforts de l’Himalaya. Le yeti mesurerait selon les observateurs entre 1,50 et 3,75 m et pèserait entre 250 et 450 kg. Bipède pour la marche, quadrupède pour la course, omnivore et velu, il serait doté d’une force physique supérieure à celle d’un homme.
Certains récits de sherpas distinguent trois types de yetis, ressemblant à un ours bleu, à un gibbon ou à un être simiesque inconnu. On lui attribue par anthropomorphisme un caractère tantôt timide et inoffensif, tantôt agressif.


En Amérique du Nord une créature comparable est dénommée “bigfoot”, eu égard à la taille exceptionnelle de ses empreintes, ou “sasquatch” pour les Indiens. On la retrouve dans le Caucase sous le nom “d’alma” ou “almasty”, à Sumatra sous celui “d’orang-pendek”, mais aussi en Chine, en Australie ou en Afrique sous diverses dénominations.

Une grande famille:

Le yéti a des cousins tout aussi légendaires que lui. Son plus proche parent est le sasquatch, qui vit en Amérique du Nord. Il se dissimule dans les montagnes qui longent l'océan Pacifique, de la Colombie-Britannique à la californie. On a photographié beaucoup plus de pistes de sasquatch que de traces de yéti. En 1884, à Yale, en colombie-Britannique, des gens travaillant dans un train ont prétendu avoir capturé un sasquatch et l'ont baptisé Jacko. Quand le convoi est arrivé à destination, Jacko avait disparu sans laisser de trace.... En 1924, un chercheur d"or affirme ¸etre tombé nez à nez avec toute une famille de sasquatchs. La même année, des mineurs de l'État du Washington ont dit qu'ils avaient abattu un mais que malheureusement, il était tombé au bas d'une falaise; son corps n'a jamais été retrouvé. D'autres témoignanges vont dans le même sens, mais aucun n'a pu être confirmé.

Le mystère persiste:

Les attestations recueillies au fil des années quant à l'existence du yéti et des creéatures s'y apparentant se comptent par centaines. En fait, elles sont si nombreuses qu'il est difficile de croire qu'il s'agit dans tous les cas des canulars ou d'hallucinations. Il auraut fallu une gigantesque organisation de farceurs pour réussir à faire tant de fausses empreintes un peu partout sur la planète.

Il nous faut admette que certaines des pistes attribuées au yéti ou à ses cousins ont peut-être été laissées par des créatures que nous ne connaissons pas encore. Il n'est pas impossible que quelques gigantopithèques, ancêtre de l'homme moderne aient survécu jusqu'à aujourd'hui. Cette hypothèse ne repose cependant sur aucune preuve solide. Bref, rien ne permet pour le moment de confirmer scientifiquement que le yéti existe, mais fermer définitivement la porte à cette possibilité équivaudrait à refuser d'en apprendre davantage sur les origines de notre espèce

[En gros baba n'est pas un Bigfoot d'accord momo]

[Le prochain qui pollue les fiches je le rammasse]

_________________
Y desataste un huracan. Fuego y furia de un volcan

Revenir en haut Aller en bas
http://englandkingdom.forumactif.info
Anna
Princesse des Orcades
Princesse des Orcades
avatar

Nombre de messages : 1330
Age : 26
Camp : peu importe
Classe sociale : Princesse des Orcades
Terre : Orcades
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Princesse orcadienne.

MessageSujet: Re: Les Créatures du Folklore Breton   Dim 9 Sep - 22:18

Les fées:


Une des constantes de l'expérience religieuse est la croyance en un monde d'êtres invisibles, bons ou mauvais, animant l'univers dont ils subliment les forces et les énergies. Les hommes ont peuplé la terre d'une multitude de créatures mythiques: anges, esprits, fées, nymphes, sirènes, centaures.

Pour la plupart d'entre nous, les Fées sont des personnages effrontés, malicieux et parfois menaçants qui habitent les légendes populaires et les contes pour enfants. Elles sont ces bonnes marraines qui se penchaient sur le berceau des bambins pour les combler de dons.

Traditionnellement, les fées sont plutôt bénéfiques aux hommes mais certains récits imaginaires font état de fées qui enlevaient les plus jolis bébés dans leur berceau pour les remplacer par des bébés plus laids ou des enfants substituts. Au Moyen Age, on laissait souvent mourir les bébés laids ou souffrants car on croyait qu'ils étaient des enfants substituts.

Nous oublions souvent que les Fées sont avant tout d'authentiques divinités de la nature qui veillent à l'équilibre écologique de notre planète.




Les Fées et les Elémentaux (gnomes, lutins, farfadets, ondines, sylphes...) ont été aperçus par de nombreuses personnes douées de clairvoyance. Les Esprits de la nature ont fourni pas mal de preuves de leur existence aux hommes. Comme les Anges, les les Fées peuvent se faire ressentir et percevoir par chacun d'entre nous.


Fées célebres




- Melusine-

La Fée Mélusine est souvent représentée assise sur le bord d'une source, d'une cascade, d'un bassin dans lesquels elle agite sa queue de poisson ou, selon certains, de serpent.

Qualifiée de nymphe par Paracelse, de magicienne ou de démon marin selon certains théologiens, Mélusine serait la fille d'un roi et d'une fée.

Son corps magnifique, chanté par les poètes, correspond aux plus sévères critères de beauté féminine. Même si ses jambes disparaissent au profit d'une queue de poisson ou de serpent, Mélusine reste une très très belle femme.



La légende de la fée Mélusine remonte au 14ième siècle. Melusine signifie merveille ou brouillard de la mer.

Une histoire moyennageuse met en scène un seigneur qui en se promenant le long d'une rivière fait la rencontre d'une belle jeune femme, en tombe follement amoureux et lui demande de l'épouser sur le champ. La dame accepte à une seule condition, qu'il ne cherche jamais à la voir nue. D'autres légendes disent que l'interdiction portait sur la fait qu'il ne pouvait la voir le samedi. Quoi qu'il en soit, bien que fort triste de cet interdit, le Seigneur consent et les mois, les années passent ainsi, sans qu'il ne déroge à sa promesse.

Mélusine donne huit fils à son époux. Mais le roi se sent frustré de ne pas pouvoir contempler le corps entier de celle qu'il aime. IL pense devenir complètement fou d'autant que certains lui affirment que son épouse a un amant. Un jour, n'y tenant plus, il décide de la regarder en secret, pendant qu'elle prend son bain. Il la découvre alors, magnifique, peignant sa longue chevelure mais aperçoit avec stupeur, qu'en guise de jambes, elle arbore une énorme queue de serpent ! Surprise dans sa baignage, Mélusine se métamorphose en reptile ailé et s'envole par la fenêtre.

Mélusine fait partie des personnages fabuleux des romans de chevalerie. Elle est l'aiëule légendaire de la maison de Lusignan. Toutes les fois que la mort menace un descendant de cette maison, Mélusine, en deuil, fait son apparition sur la grande tour du château. La Fée Mélusine est représentée sur les armoiries de deux grandes maison du Poitou et et du Dauphiné.


- Morgane -



La Fée Morgane fait partie de la légende arthurienne. Elle est grande, possède de longs cheveux noirs nattés. Elle est étrange, un peu sauvage et hallucinée comme son Maître, Merlin. Ses vêtements sont de préférences verts, blancs ou noirs.

Morgane est la fille du roi Gorloes de Cornouailles, Seigneur de Tintagel. Elle est aussi la demi-soeur du fameux roi Arthur. A la mort de son père, elle est élevée par son beau-père, Uter Pendragon. Morgane est très savante, dans les sciences médicales, en astronomie et en magie, enseignée par Merlin.

Morgane suit Arthur et sa femme Guenièvre dans leur ville de Camelot. Là, tous les beaux et preux chevaliers n'ont d'yeux que pour Guenièvre. Morgane doit se contenter de ceux qui sont blessés qu'elle recueille et soigne par son art.

Un jour cependant, elle recontre Guyomar, séduisant en diable. Il est le cousin de Guenièvre. Les deux jeunes gens tombent éperduement amoureux l'un de l'autre. Ils se voient souvent en secret. mais Gurnièvre surprend les amants et les sépare. Trahie, déchirée, La Fée Morgane va dès lors détester Guenièvre toute sa vie durant et demander vengeance

Viviane -


La Fée Viviane est mince, juvénile. Elle a le front légèrement bombé, le nez un peu retroussé, la bouche petite et de grands yeux. Elle possède une longue chevelure blonde et frisée et un corps menu et délicat..

Elle habite un chateau de cristal construit par Merlin en une nuit, sous les étangs de Comper. Elle est toujours présente dans la forêt de Brocéliande.

Viviane est la fée qui jadis avait enlevé Lancelot à sa mère et qui l'avait élevé, selon la coutume des fées pour être Chevalier-Fé.

- Interprétation des Rêves de Fées -





Avant tout, il convient d'analyser le contexte général et l'ambiance visuelle du songe. La couleur dominante de la Fée et des alentours est très importante:

Blanc: pureté, chasteté, naïveté, candeur...
Noir: transformation, quelque chose que l'on perd ou qui devient "autre", séparation...
Rouge: vaillance, combat, sexe, chair, passion, amour, un brin de folie dans l'air...
Orange: joie, vitalité, renaissance, expansion, mouvement ...
Jaune: apparenté à la couleur or, dynamisme, énergie, aura, soleil, lumière, Dieu, le Christ...
Vert: espoir, nature, guérison...
Rose: coeur, amour, tendresse, douceur...
Bleu: spiritualité, ciel, pérennité, pureté, éveil, Marie...
Mauve: spiritualité, ascension, élévation, transcendance, illumination...
Tous les symboles reliés à la Fée peuvent vous servir d'indications pour interpréter vos songes.

Faites de Beaux Rêves !

_________________
Y desataste un huracan. Fuego y furia de un volcan



Dernière édition par le Mar 11 Sep - 16:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://englandkingdom.forumactif.info
Agravain
Prince d'Orcanie et jeune prêtre
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 32
Camp : Orcanie, Warminster, le château royal, mes appartements, mon lit ... ^^
Classe sociale : Ex roi d\'Orcanie et Prince d\'Orcanie, membre du conseil ...
Terre : Boaf ! ... prendre le thé avec des peluches...
Date d'inscription : 25/07/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social:

MessageSujet: Re: Les Créatures du Folklore Breton   Dim 9 Sep - 23:22

Mirci toi aussi ! Surprised

aaaaaaah ! affraid

l'idiot ! anna va me ramasser now !! ninja

moman j'ai peur !! affraid
Revenir en haut Aller en bas
Anna
Princesse des Orcades
Princesse des Orcades
avatar

Nombre de messages : 1330
Age : 26
Camp : peu importe
Classe sociale : Princesse des Orcades
Terre : Orcades
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Princesse orcadienne.

MessageSujet: Re: Les Créatures du Folklore Breton   Lun 10 Sep - 8:40

Tu n'es pas un exception !!!

Espece de ...

* L'accroche par l'oreille et le met dehors*

La prochaine fois que tu recidives, je vais te faire souffrir Agravain

_________________
Y desataste un huracan. Fuego y furia de un volcan

Revenir en haut Aller en bas
http://englandkingdom.forumactif.info
Anna
Princesse des Orcades
Princesse des Orcades
avatar

Nombre de messages : 1330
Age : 26
Camp : peu importe
Classe sociale : Princesse des Orcades
Terre : Orcades
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Princesse orcadienne.

MessageSujet: Re: Les Créatures du Folklore Breton   Lun 10 Sep - 19:07

Les Nymphes:


Les Nymphes sont tout d’abord exclusivement des divinités ou des esprits féminins, aucune Nymphe n’est du sexe masculin. Elles sont les filles des Dieux Grecs, selon certains récits, les premières Nymphes qui virent le jour furent les Océanides, nymphes des eaux terrestre souterraines, mais l’arbre généalogique des Dieux montrent que ce sont les Méliades, nymphes des frênes, qui seraient les Premières Nymphes, nées du sang d’Ouranos, le Dieu du Ciel et du sang de Gaïa, la Terre-Mére, mais peu de documents permettent d’approuver cette explication. Les points communs de toutes les Nymphes sont le fait qu’elles sont toutes d’une grande beauté et qu’elles vivent pour protéger un élément de la nature, souvent la Mer et les Forêts, elles prédisent aussi l’avenir (Homère, L’Iliade). On compte Sept types de Nymphes (trois selon Homère dans l’Iliade) que nous allons voir plus bas.


Les Océanides et les Naïades

a) Les Océanides

Les Océanides sont, dans la mythologie grecques, les Nymphes des eaux terrestres et souterraines ainsi que les Mères de plusieurs Dieux, ainsi que les Néréides, Nymphe des Mers. Filles du Titan Océan et de la Titanide Téthys, elles sont aux nombres de trois milles :

Et, en effet, il y a trois mille filles rapides d'Océan dispersées sur la terre et dans les lacs profonds, et qui habitent de toutes parts, illustre race de Déesses. (Hésiode, la Théogonie)

Les Océanides ont récemment été considérées comme étant des Nymphes grâce aux écrits d’Hésiode, qui construisit l’arbre généalogique des Dieux Grecs, rival d’Homère qui considérait les Océanides comme étant des êtres divins et non comme des Nymphes.

Plusieurs Océanides jouèrent un rôle important dans la généalogie divine, elles comptent comme des divinités primordiales dans le Panthéon grec. Les plus célèbres sont :

Métis, première épouse de Zeus avec qui elle aura Athéna (Métis se fera dévorer par Zeus et Athéna naîtra en sortant de la tête de Zeus, adulte et armée)
Doris unie au Dieu Marin Nérée enfantera les Néréides, nymphes de la Mer
Electre avec le Dieu Marin Thaumas mettra au monde Iris, personnification de l’Arc-En-Ciel ainsi que les Harpies
Perséis de sa liaison avec Hélios, le Soleil, donnera naissance à la magicienne Circé et à Pasiphaé
Clyméné (ou Asia) conçoit avec le Titan Japet, Atlas qui porte sur ses épaules la voûte céleste, ainsi que Prométhée sauveur de l’humanité qui se liera lui aussi avec une Océanide du nom de Pleioné qui donnera naissance aux Pléiades
l’Océanides Philyra est la mère du Centaure Chiron qu’elle eu avec Cronos
Dioné avec Zeus donnera Aphrodite, déesse de l’Amour
Otrèré de sa liaison avec Arès, Dieu de la Guerre mettra au monde Penthésilée, reine des Amazones
Les Océanides sont en quelque sorte les déesses des Nymphes.



b) Les Naïades
Les Naïades sont les Nymphes des Ruisseaux, des Fleuves, des Sources et des Fontaines. Filles de Zeus, d’Océan et de différents dieux des Fleuves, elles sont mortelles comme les Hamadryades. On dit que ce serait elles qui donneraient les pouvoirs curatifs de certaines eaux thermales. Ces Nymphes sont décrites comme étant des belles jeunes femmes ayant un don pour la musique et la danse. Sur le plan divin elles ont peu d’influence. Elles peuvent aussi frapper de maladie et de folie toute créature (qu’elle soit humaine, divine ou monstrueuse) souillant leur eaux ou simplement pour les avoir regardées un instant.
Elles sont des Nymphes narcissiques et très protectrices de leur beauté.

2) Les Dryades et les Hamadryades
a) Les Dryades

Les Dryades sont les Nymphes des Arbres et des Forêts. Selon certains dires, elles seraient les filles d’Artémis, la déesse de la Chasse, des Animaux, de la Fécondité et de la Nature (ainsi que des Moissons et Protectrice des Jeunes Femmes) ou de Dionysos, Dieu du Vin, de la Vigne et de la Végétation ou encore de Zeus (selon Homère dans l’Iliade).

Chaque Dryade nait en même temps qu’un arbre qu’elle doit garder, elle vit soit auprès de lui, soit à l’intérieur de celui-ci (dans ce cas là elles deviennent des Hamadryades, Nymphes protectrices des Arbres).
Elles ne sont pas immortelles, elles meurent lorsque l’arbre qu’elles protègent est abattu par un être vivant ou divin (Homme, Dieu, Monstre).
Pour protéger les Dryades de la Mort et de la mortalité, les Dieux Majeurs et Mineurs du Panthéon Grec, punissaient quiconque tentait d’abattre un arbre ou qui a abattu un arbre protégé par une Dryade, soit en le transformant en arbre ou en le tuant.

La plus célèbres Dryade est Eurydice, femme d’Orphée, premier poète qui pour faire revenir Eurydice dans le monde des vivants (elle mourut d’une morsure de serpent) ira dans les Enfers et réussira à convaincre Hadès de ramener sa bien aimée à la surface. Le Dieu des Morts accepta à une condition, qu’Orphée ne regarde pas Eurydice tant qu’ils n'étaient pas revenus à la surface, malheureusement, quand Orphée mit pied sur le monde des vivants, il se retourna pour contempler Eurydice qui était toujours dans les Enfers, il rompit ainsi la promesse fait à Hadès, la Nymphe disparut dans les Enfers pour toujours.



b) Les Hamadryades
Les Hamadryades sont les Nymphes protectrices des Arbres. Ces Nymphes ne naissent pas Hamadryades mais elles le deviennent car à leur naissance elles sont toutes des Dryades, ensuite leur transformation se fait dans le choix qu’elles font de vivre dans l’arbre qu’elles protégent ou de vivre à côté de celui-ci. Si elles vivent à l’intérieur de l’arbre elles deviennent alors des Hamadryades.

Elles ne sont pas immortelles mais peuvent vivre plusieurs milliers d’années, si leur arbre meurt ou est abattu, elles meurent avec celui-ci. Dans la hiérarchie des Nymphes elles ne sont pas très importantes, même si leur rôle est important, il est similaire à celui des Dryades, c’est pour ça que le nom Dryade est employé pour définir toutes les Nymphes vivant dans les forêts.

La plus célèbre Hamadryade est Chrysopélée qui vivait en Arcadie dans un chêne menacé d’être emporter par un torrent. Elle demanda alors l’aide d’Arcas, roi d’Arcadie qui était en train de chasser dans la forêt où résidait la Nymphe. Il décida d’aider la Nymphe en construisant une digue, sauvant ainsi l’arbre et la Nymphe.
Chrysopélée se maria avec Arcas et eu deux garçons : Elatos et Aphidas.

3) Les Oréades et les Néréides
a) Les Oréades
Les Oréades sont les Nymphes des Montagnes et des Grottes, ce sont des Nymphes de divinité mineure. Du fait qu’elles protégent les montagnes et les grottes, rares sont les personnes qui ont put en approcher une. Nourricière de Zeus, elles l’élevèrent toute son enfance. Elles sont au troisième niveau de la hiérarchie nymphique.

La plus connue de ces Nymphes est Echo qui par ses bavardages incessants capte l’attention d’Héra afin de protéger les liaisons que Zeus entretient avec d’autres nymphes. Découvrant un jour le subterfuge, Héra, pour se venger, condamne Écho à ne plus pouvoir parler que pour répéter les derniers mots qu’elle a entendus.

Privée de la capacité de s’exprimer, Echo tombe un jour amoureuse du beau Narcisse. Elle le suit partout dans la forêt, mais ne peut lui déclarer son amour. Un jour qu’il s’y trouve seul et qu’il lui semble sentir une présence à ses côtés, il s’adresse à elle. Écho ne peut bien sûr que répéter ses dernières paroles, mais finit par sortir des arbres, les bras tendus vers le jeune homme. Celui-ci la repousse et s’enfuit. Désespérée, Écho se réfugie au fond des bois, où elle dépérit de chagrin jusqu’à ce que bientôt il ne reste d’elle que la voix.

b) Les Néréides
Les Néréides sont les Nymphes de la Mer réputées pour leur grande beauté, parfois considérées comme l’incarnation des Vagues. Elles sont les filles du dieu marin Nérée, le vieillard de la mer, et de l’Océanide Doris. Elles sont au nombre de cinquante

de l’irréprochable Nérée naquirent cinquante filles habiles aux irréprochables travaux (Hésiode, Théogonie)

excepté dans la tradition orphique, qui en compte quatre-vingt. Elles vivent au fond des flots, dans un palais sous-marin empli de lumière, mais montent parfois à la surface, où elles jouent parmi les vagues en compagnie de tritons ou chevauchent des dauphins

Nymphes de Nérée, aux beaux visages, chastes, pleines de santé, qui aimez les eaux profondes et suivez les chemins humides, et qui […] vous réjouissez à la surface des eaux, joyeuses autour des Tritons et des Dieux aux formes de bêtes que nourrit la mer (anonyme, Hymnes orphiques)

Divinités « aux beaux visages » selon Hésiode, les Néréides prennent ombrage des offenses relatives à leur beauté. Ainsi, quand Cassiopée se vante de sa beauté et de celle de sa fille Andromède qui surpasse, selon elle, celle des Néréides, celles-ci se plaignent à Poséidon. Le dieu de la Mer envoie alors un monstre marin ravager les côtes éthiopiennes pour punir les présomptueuses mortelles.

4) Les Méliades, Nymphes célèbres et Fausses Nymphes
a) Les Méliades

Les Méliades sont les Nymphes des frênes.



Très peu connues, elles sont au quatrième niveau de la hiérarchie nymphique.



Ce sont, selon Hésiode, les filles de Gaïa et d’Ouranos, fécondée par les gouttes de sang des parties génitales d’Ouranos.



Ce sont les premières Nymphes à voir le jour.

_________________
Y desataste un huracan. Fuego y furia de un volcan

Revenir en haut Aller en bas
http://englandkingdom.forumactif.info
Anna
Princesse des Orcades
Princesse des Orcades
avatar

Nombre de messages : 1330
Age : 26
Camp : peu importe
Classe sociale : Princesse des Orcades
Terre : Orcades
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Princesse orcadienne.

MessageSujet: Re: Les Créatures du Folklore Breton   Lun 10 Sep - 20:43

Les Chimères:




Dans la mythologie grec, Chimère est le produit difforme du monstre Échidna et de Typhon. Elle a la tête d'un lion et, ou d'une chèvre et la queue d'un dragon. Élevée par Amisodarès, roi de Carie, elle terrorisait tous les lieux d'alentour, vomissant des flammes et dévorant tous les êtres humains qui avaient le malheur de se trouver sur son chemin. Comme il craignait que le monstre ne s'attaquât à ses sujets, le roi de Lycie demanda à Bellérophon de le délivrer d'un tel fléau. Celui-ci, monté sur le cheval Pégase, perça la Chimère de flèches plombées, dont le métal fondit à l'ardeur des feux qu'elle émettait : elle fut, de la sorte, brûlée à mort.


Localisation
La première mention de la chimère apparaît au livre VI de l'Iliade d'Homère.
La chimère est le produit difforme du monstre Echidna (femme serpent, engendré par Gaia et Pontons ou selon la légende par Chrysaor et Callihrée. Elle a donné naissance à des créatures fabuleuses comme la Chimère mais aussi les Cerbères, le Sphinx, les harpyes, l'hydre de l'Erne.) Et de Typhon (fils de Gaia, monstre effrayant au corps couvert d'écailles et dont les 100 gueules vomissaient du feu).

Description de la chimère
La chimère était aussi effroyable que ses nombreux frères et sœurs, elle possédait la tète d'un lion, le milieu d'une chèvre et l'arrière-train d'un serpent ou d'un dragon selon les écrits. D'autre la décrivent avec 3 têtes, une de lion, une de chèvre sortant de son dos et une de serpent à sa queue, ou bien les 3 devant. Cet être était énorme, vomissant du feu, elle terrorisait les habitants et dévorait tous les êtres humains qu'elle pouvait rencontrer. Elle fut élevée par le roi de Carie.

Chimère en bronze datant de 400 Av JC du Musée archéologique de Florence

La mise a mort
Sa réputation fit craindre au roi de Lycie pour la vie de ses sujets, ainsi demanda t-il à Bellérophon de le débarrasser de cette créature. (Celui-ci avait réussi à dompter pégase, le cheval ailé né du sans de méduse lorsqu'elle eu la tête tranchée par Persée, grâce à des brides magiques offertes par Athéna).

Monté sur Pégase, il transperça l'animal de ses flèches, que par ruse il avait enduites de plomb. Lorsque la chimère, pour se défendre cracha des flammes, il pointa ses flèches dans la gueule de la chimère et elle fut tuée par le plomb brûlant qui coula dans sa gorge. Tout porte à croire qu'elle était unique en son espèce, car la seule recensée est celle tuée par le héros grec.

Le paradoxe de la chimère
Pourtant paradoxalement, ce monstre hideux et redouté est devenu le symbole de l'irréalisable, de l'impossible, et le rêve souhaité mais hors d'atteinte que pour nous sont les chimères. "Quelles sont douces à caresser ces chimères ! Nous ne pouvons y résister. Mais, ce faisant, notre main n'effleure que l'absence et le vide. Ce pourquoi sans doute, Banville a écrit : Rien ne nous attire mieux que les sourires décevant de nos chimères".


Héraldie Violence des éléments naturels, confusion

_________________
Y desataste un huracan. Fuego y furia de un volcan

Revenir en haut Aller en bas
http://englandkingdom.forumactif.info
Gwenaelle
Fille de Gauvain,nièce d'Agravain et de Mordred, Petite-fille de Morgause, Princesse d'Orcanie
avatar

Nombre de messages : 1226
Age : 25
Camp : Partout, même en arrière de vous ! LOL
Classe sociale : Fille de Gauvain. Princesse Rebelle
Terre : Faire vivre un enfer au tyran..Faire exploser le chateau de momo
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Princesse Orcanienne & Rebelle. Adorable peste, Petite-fille de la reine Morgause. Lutin de Warminster. Petit lapin du roi D'Orcanie. Petite elfe de son nouveau grand-père Marth !

MessageSujet: Re: Les Créatures du Folklore Breton   Lun 10 Sep - 21:36

Les lutins


Compagnons familiers et espiègles des veillées au coin du feu, hôtes invisibles et parfois redoutables qui hantent caves et greniers, forêts et montagnes, ces petites créatures ont de tout temps vécu en secret parmi nous.

Tous ces petits êtres sont très facétieux et se réjouissent des frayeurs et des torts qu'ils font subir aux hommes. Ils sont pourtant généralement inoffensifs et peuvent être très serviables et dévoués si on sait se montrer généreux et reconnaissant envers eux.

Parmi leurs dignes représentants, je vais ici m'attacher aux plus célèbres, selon leur habitat.


Le lutin ou nuton est une créature légendaire de petite taille, issue du folklore français (lutin) et du folklore wallon (nuton). Il apparaît dès le Moyen Âge dans la littérature, et devient à l'époque moderne un personnage de la fantastique. Ces êtres ont une petite taille, et sont communément espiègles et facétieux, bienfaisants ou bien malfaisants.

Dans la langue française, lutin est également un terme générique pour désigner toutes les créatures « féeriques » de petite taille.


D'allure gracile, ces représentants du Petit Peuple n'hésitent pas à rendre service aux humains ; ce sont les lutins dits domestiques. D'après la tradition, certaines chaumières avaient leur propre lutin. Celui-ci aidait les servantes et surveillait la cuisson, il consolait les enfants tristes et prenait soin des animaux. Mais il ne fallait pas manquer de respect à son égard, au risque de le perdre à jamais ou bien qu'il jouât les plus vilains tours.

D'autres lutins vivent au sein de la nature : lutins des forêts, des collines, des champs, des lacs, des souterrains, des pays gelés. Plus farouches, ils ont un aspect et un goût vestimentaire qui rappellent l'endroit où ils vivent. Par exemple, les lutins des forêts ont parfois la barbe verte comme la mousse, une peau d'écorce, des colliers de petits fruits. Une jeune feuille de rhubarbe sauvage leur sert de chapeau...

D'autres noms servent à désigner les lutins : lupins, lubins, luprons, luitons, ludions, letiens, nutons. Les femmes lutins sont généralement appelées lutines et lupronnes

Attention : si ils aiment être récompensés pour leurs menus services, ils seraient très vexés de recevoir des habits neufs et ne reviendraient plus.

Ils vivent surtout en France dont ils affectionnent les forêts d'ifs, les talus, les pierres levées. ils s'aventurent parfois (quoique rarement) jusque dans les greniers, les maisons ou les jardins.

Très actifs, ils ne tiennent pas en place et quand ils ne travaillent pas, ils s'amusent beaucoup et se reposent rarement. Espiègles, farceurs, parfois voleurs, ils sont aussi de courageux travailleurs. s'ils vivent très longtemps, ils ne sont pas immortels et peuvent succomber de mort violente, accidentelle, ou de chagrin.

Leur chapeau leur permet de prendre l'apparence de leur choix.


Edit Rajout:

Il reste que le plus beau lutin est celui de Warminster

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Anna
Princesse des Orcades
Princesse des Orcades
avatar

Nombre de messages : 1330
Age : 26
Camp : peu importe
Classe sociale : Princesse des Orcades
Terre : Orcades
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Princesse orcadienne.

MessageSujet: Re: Les Créatures du Folklore Breton   Lun 10 Sep - 22:05

LES DAMES BLANCHES

Le familier des bois retourne à l’éther. Chaque brin d’herbe est un monde, tout sentier un moyen d’accès aux cités miragineuses. Il cherche la Parisette , l’herbe d’oubli, le chant d’un cor l’appelant au sommeil des Elfes. Une fois le temps cueilli, rangé sous son mouchoir, il peut s’installer et attendre. Lentement le ciel bleuissant qui le coiffe se fait plus automnal. La précision des feuilles s’efface au profit des essences, ne laissant sur l’orée qu’une idée de forêt.



Les bruits crépusculaires sont devenus des messages. « L’être rêvant dans la nuit trouve le merveilleux tissu du temps qui se repose. » Il abandonne son livre et se confie aux songes efflorescents. Une posée sur la cime d’un arbre capte sa raison, l’isole de la terre, l’évapore, tirant vers elle les ramures de lierre d’une filiation aérienne. L’astre brillant s’entoure d’un peu de larmes. »On entendra la musique des sphères quand l’imagination sera établie dans son rôle vivant comme guide de la vie humaine. »Le rituel est simple, l’ombre régnante a dématérialisé tout repère pour accueillir l’Invité aux dimensions de l’âme. L’aura d’une luciole, d’un papillon de nuit, de prunelles de bête allume la voie lactée des mousses. Dessus l’étang s’élèvent des mouvements d’air qui ont vécu jadis, un lambeau de brume se détache et s’envole pour vêtir une âme. Une Dame Blanche se forme en suspens puis glisse sur un reflet en se multipliant…

Ce sont les créatures alchimiques de la matière imaginaire et de l’esprit imaginant. Comme le martin-pêcheur est la fulgurante fusion du ciel, de l’eau et d’un éclat solaire, elles sont les alliances subtiles des émanations de la forêt, des soupirs de l’eau et des vapeurs humaines. Saluées par le chant des grenouilles, elles remontent le long des autels creux des chênes séculaires, des fontaines sacrées où bruissent encore les échos d’anciennes prières. Accrochées aux fuseaux des rayons, elles s’étirent des limbes de pénitence, d’une roche sanglante, d’un songe. A la garde-robe des Fées, elles empruntent des voiles de peine ou des souliers dansants et, l’espace d’un minuit, font et refont les gestes d’une histoire secrète et enfouie dont se souvient la mémoire d’un hibou.

Les dames blanches, ou grises se matérialisent toujours au même endroit. Elles tirent leur nom de leur vêtement ou de la lumière qui émane d'elles. Leur identité et la raison pour laquelle elles se montrent sont souvent connues des personnes qui les voient fréquemment. Les traits légendaires ou susceptibles d'être "tirés" vers le légendaire se perçoivent clairement. L'apparition se manifeste vers minuit, heure propice aux fantômes. Les lieux d'apparition sont situés près de croisements de routes et de ponts, endroits traditionnellement choisis par les créatures surnaturelles pour se manifester (ces lieux symbolisent un "passage" entre l'Ici-bas et l'Au-delà); enfin, la "femme en blanc" correspond à une figure classique d'être fantastique du folklore européen".

On dit qu'en France, on pourrait les apercevoir. Gares- à vous ...

_________________
Y desataste un huracan. Fuego y furia de un volcan

Revenir en haut Aller en bas
http://englandkingdom.forumactif.info
Anna
Princesse des Orcades
Princesse des Orcades
avatar

Nombre de messages : 1330
Age : 26
Camp : peu importe
Classe sociale : Princesse des Orcades
Terre : Orcades
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Princesse orcadienne.

MessageSujet: Re: Les Créatures du Folklore Breton   Mar 9 Oct - 16:18

Les Centaures


Les Centaures sont des êtres monstrueux, à moitié hommes et à moitié chevaux. Ils ont le buste d'un homme, et parfois même des jambes d'hommes, mais l'arrière de leur corps, à partir du buste, est celui d'un cheval, et, au moins à l'époque classique, ils ont quatre pattes de cheval, et deux bras d'homme.

Ils vivent dans la montagne et les forêts, se nourrissent de chair crue, et ont des moeurs fort brutaux. Généralement, on admettait que les Centaures étaient nés des amours d'Ixion et d'une nuée, à laquelle Zeus avait donné la forme d'Héra, et qu'il avait envoyée à Ixion pour voir si celui-ci oserait accomplir ses amours sacrilèges. Toutefois, deux Centaures, différents en caractère des autres, Chiron et Pholos, avaient une origine différente. Chiron était né des amours de Philyra et de Cronos ; Pholos, lui, est fils de Silène et d'une nymphe des frênes (une Méliade). Chiron et Pholos n'ont pas le caractère sauvage de leurs congénères ; ils sont hospitaliers, bienfaisants, aiment les hommes, et ne recourent pas à la violence.

Les Centaures interviennent dans plusieurs mythes. Ils luttent à plusieurs reprises contre Héraclès. En allant chasser le sang1ier d'Erymanthe, Héraclès arriva chez Pholos. Ce Pholos accueillit bien le héros, lui servit des viandes cuites, se réservant de ne manger lui-même que des viandes crues, et, comme Hêraclès demandait du vin, Pholos lui répondit qu'il en avait bien une jarre, mais qu'il n'osait pas l'ouvrir, car elle appartenait en commun à tous les Centaures. C'était un présent de Dionysos, qui la leur avait confiée en leur recommandant de ne l'entamer que quand ils auraient Héraclès comme hôte. Celui-ci dit à Pholos d'ouvrir la jarre et de ne pas avoir peur. Bientôt, l'odeur du vin attire les Centaures de la montagne, qui viennent, armés de rochers et de sapins, pour assaillir la caverne. Les deux premiers Centaures qui osèrent entrer, Anchios et Agrios, sont assommés à coups de torches par Héraclès. Quant aux autres, il les poursuivit à coups de flèches jusqu'au cap Malée, où ils se réfugièrent, auprès de Chiron, qui, chassé de Thessalie par les Lapithes, habitait là.

Les Centaures se groupèrent autour de Chiron, et Héraclès tira une flèche, qui perça le bras de l'un d'eux, appelé Elatos. Puis la flèche blessa Chiron au genou. Héraclès essaya de panser la blessure qu'il avait faite involontairement au bon Centaure, mais rien n'y fit : Chiron continua de souffrir, au point qu'il désira être mortel (car il était né immortel). Prométhée consentit à se charger du fardeau de son immortalité, et Chiron mourut. Les Centaures luttèrent aussi contre les Lapithes, un peuple de Thessalie conduit par Pirithoos et Thésée, son ami. Pirithoos avait invité les Centaures, qui se trouvaient ses parents, à son festin de noces. Mais les Centaures n'avaient pas coutume de boire du vin, et ils se trouvèrent rapidement ivres. L'un d'eux, Eurytos (ou Eurytion) essaya de violer Hippodamie, la fiancée de Pirithoos. Ce fut bientôt une mêlée générale, et un grand massacre de part et d'autre. Finalement, les Lapithes eurent la victoire et contraignirent les Centaures à quitter la Thessalie. Un ou plusieurs Centaures apparaissent encore dans des légendes d'enlèvement : Eurytion essaie d'enlever Mnésimachè à Héraclès, son fiancé. Ensuite, Nessos, au passage de la rivière, tente de violer Déjanire. Hylaeos et Rhoecos, qui essaient de violer la vierge Atalante. La légende connaît des Centauresses, qui sont les femelles des Centaures, et vivent avec eux dans les montagnes. Sur le modèle des Centaures, il existe des représentations d'autres êtres, de nature mixte, par exemple des Icthyocentaures, à demi hommes et à demi poissons.

_________________
Y desataste un huracan. Fuego y furia de un volcan

Revenir en haut Aller en bas
http://englandkingdom.forumactif.info
Anna
Princesse des Orcades
Princesse des Orcades
avatar

Nombre de messages : 1330
Age : 26
Camp : peu importe
Classe sociale : Princesse des Orcades
Terre : Orcades
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Princesse orcadienne.

MessageSujet: Re: Les Créatures du Folklore Breton   Mer 16 Juil - 11:16

L’Ankou :

:faucheuse: :faucheuse:


L’ Ankou, est la mort personnifiée. Il est représenté sous la forme d’un homme grand et maigre aux cheveux longs et blancs ou d’un squelette. Vêtu de noir ou d’un linceul, il porte un feutre noir à larges bords sous lequel brillent deux chandelles en guise d’yeux. Il arbore également une faux à tranchant en dehors qu’il lance en avant pour frapper ses victimes et qu’il aiguise avec un os humain. Debout sur sa charrette à deux chevaux dont le grincement des essieux est le pire des présages, il sillonne les campagnes en faisant pivoter sa tête à sa guise autour de sa colonne vertébrale. Ainsi, rien ne lui échappe et malheur à qui se trouve sur la route du funeste convoi !
En effet, dans certaines légendes l’Ankou tue sans faucher réellement, le simple fait de l’approcher, de l’entendre passer ou à plus forte raison d’échanger des paroles avec lui suffisent à causer la mort de la personne en question ou de l’un de ses proches.
C’est le triste sort de Fanch ar Floc'h, ce talentueux forgeron qui absorbé par son ouvrage travailla le soir de Noël jusqu’après l’heure sainte de minuit à qui l’Ankou rendit alors visite pour faire réparer sa faux. L’homme accomplit cette tâche sans se douter de l’identité de son hôte et mourut à l’aurore.
Une légende raconte également comment un jeune homme trop curieux, ayant reconnu le célèbre grincement des essieux de la charrette de l’Ankou, décida de l’observer sans se faire voir en se cachant dans une touffe de noisettes. Le convoi s’arrêta soudain et l’un des compagnons de l’Ankou s’approcha de la cachette afin de couper de quoi remplacer la cheville brisée de l’un des essieux. Se croyant tout d’abord perdu le jeune homme fut vite soulagé de voir l’Ankou s’éloigner sans remarquer sa présence… le lendemain on l’enterrait.
L’Ankou est effectivement accompagné de deux hommes qui l’aident dans sa mission, l’un tient la bride du cheval de devant, l’autre ouvre les barrières pour faciliter son passage et dispose sur la charrette les cadavres de victimes fauchées. Des pierres lestent la charrette afin de la faire grincer et que l’on l’entende ainsi venir, lorsqu’un malheureux est fauché, quelques pierres sont déchargées. Pour cette raison, on dit que lors de veillées mortuaires on entend parfois un bruit de caillasse ; c’est l’âme du défunt qui remplace une partie du lest sur la charrette de l’Ankou.
On dit que pour chaque paroisse, le dernier mort de l’année devient l’Ankou de l’année suivante. Le jour, il est également présent à travers les sculptures à son effigie qui ornent les ossuaires, ainsi il rappelle toujours aux hommes la fin à laquelle aucun ne peut se soustraire. Et ces mots gravés sur la pierre de nous mettre en garde " La mort, le jugement, l’enfer froid : quand l’homme y pense, il doit trembler

_________________
Y desataste un huracan. Fuego y furia de un volcan

Revenir en haut Aller en bas
http://englandkingdom.forumactif.info
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Créatures du Folklore Breton   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Créatures du Folklore Breton
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Légendes et créatures
» Créatures rares et nommés - Monts Brumeux
» Gypsi épagneul breton de 5 ans (dpt 86) ADOPTE
» Créatures rares et nommés - Ered Luyn
» dictionnaire breton

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: † Hors-jeu † :: Règles-
Sauter vers: