Venez festoyer, guerroyer ou ... comploter en Orcanie !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez | 
 

 Objets Mythiques et symboles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anna
Princesse des Orcades
Princesse des Orcades


Nombre de messages: 1330
Age: 23
Camp: peu importe
Classe sociale: Princesse des Orcades
Terre: Orcades
Date d'inscription: 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Princesse orcadienne.

MessageSujet: Objets Mythiques et symboles   Lun 10 Sep - 19:11

Excalibur:



Excalibur , nom de l'épée d'Arthur . Le mot est une déformation de Caledfoulch ou Kaledfoulc'h ou kaletfwlch qui signifierait "dur éclair" ou "dure foudre" appellation qui conviendrait parfaitement à une épée magique . Il faut la comparer au Gai Bolga , "arme secrète" de Cuchulainn et à Caladbolg , l'épée magique des Tuatha de Danna. Dans le cycle arthurien , Excalibur est l'épée de souveraineté et de puissance confiée à Arthur . Ce n'est pas l'épée fichée dans la pierre et que retire le jeune Arthur lorsqu'on cherche un successeur à Uuther Pendragon , mais une autre épée , venue de l'autre monde et remise à Arthur par la Dame du Lac , la fée Viviane . L'épée brillait du feu de trente torches , éblouissant ses ennemis . Le fourreau précieux empêchait le sang de couler sur les champ de bataille , mais Arthur confia imprudemment ce talisman à sa demi-soeur la fée Morgane. Elle s'empressa d'en faire un double , qu'elle remit à Arthur tandis qu'elle donna l'original à son amant , Accolon .

Après la bataille de Camlann , Arthur demanda au chevalier Girflet de lancer Excalibur dans un étang ,car elle ne doit pas tomber en n'importe quelles mains . Or , une main sort de l'eau ,saisit l'épée , la brandit trois fois et disparaît avec elle : l'épée magique de souveraineté a été rendue à la Dame du Lac .

Le Graal:




Le mot provient de l'occitan gradal, aujourd'hui grazal. Il apparaît pour la première fois, à la fin du XIIe siècle, dans le Perceval de Chrétien de Troyes, et c'est un nom commun. Chez Chrétien, c'est un vase, chez les continuateurs de Chrétien, une écuelle ou une coupe, dans la version cistercienne, un calice, chez Wolfram von Eschenbach, une pierre, dans la version galloise archaïque, un plateau portant une tête coupée. L'objet a été largement christianisé, mais son origine celtique païenne n'est pas douteuse.

Il a comme modèle, aussi bien en Irlande qu'au Pays de Galles, les chaudrons de résurrection, d'abondance et d'inspiration, des écuelles inépuisables, des fontaines de santé. De multiples interprétations ont été données au cours des siècles à cet objet mystérieux qu'on a rapproché de l'Évangile de Nicodème. La version orthodoxe en fait un vase d'émeraude, taille dans la même pierre qui ornait le front de Satan avant sa descente aux Enfers dans lequel Joseph d'Arimathie aurait recueilli le sang du Christ au moment de la mise au tombeau, mais les courants chrétiens marginaux lui ont donné bien d'autres significations. Dans l'optique proprement celtique, le Graal est un symbole de puissance et de totalité lié aux idées d'abondance, de connaissance et d'immortalité, et le rituel décrit à propos du Graal relève des antiques cérémonies d'intronisation royale, probablement pour mettre en valeur le concept d'une royauté idéale et universelle incarnant sur terre l'archétype du divin.

D'ailleurs l'une des formes du mot dans les textes du moyen âge, la forme " sangréal ", est significative par son ambiguïté. Selon la césure opérée dans le mot, on peut y voir aussi bien le " Saint Graal ", conforme à la légende de Joseph d'Arimathie, que le " Sang Real " ( Sang Royal ), indication d'une lignée réelle et initiatique. Tous les textes relatifs au Graal insiste sur l'importance d'une lignée prédestinée à la garde du Graal, c'est à dire matrilinéaire : Perceval est le fils de la soeur du Roi Pêcheur. Plus qu'un objet, le Graal serait le symbole de la transmission de secrets initiatiques de génération en génération.

La pierre de Fal





Le mythe

La pierre de Fàl qui confirme par son " cri " la royauté de quiconque y pose les pieds, s'en approche ou s'y assois.



La réalité

Cette pierre de Fâl n’est autre que la pierre de Scone des Écossais et cette Pierre de la Destinée serait une représentation de l’ancienne pierre de Fal ou Phal apportée par le druide Morfessa de l’île de Falias. Ce mégalithe de grès rouge pesant 200 kg fut volée aux Écossais par les Anglais au Moyen-Âge et placée dans la Tour de Londres. Elle leur fut subtilisée dans les années 1960 par des Écossais indépendantistes malgré son poids. Récupérée par la police, elle fut scellée pour éviter un nouvel “exploit” de ce genre. Mais, le gouvernement britannique a enfin accepté en 1996 de restituer à l’Écosse cette Pierre de la Destinée qui fut un temps scellée sous le siège du trône du couronnement britannique. Elle est finalement revenue dans la salle du trône du château d’Edimbourg où elle avait servi de 826 à 1296 au couronnement des rois d’Écosse.

_________________
Y desataste un huracan. Fuego y furia de un volcan

Revenir en haut Aller en bas
http://englandkingdom.forumactif.info
 

Objets Mythiques et symboles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Créatures mythiques et légendaires
» 10 - Les symboles
» RP: Les symboles perdus
» Symboles et signe
» Les symboles TeamSpeak

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: -