Venez festoyer, guerroyer ou ... comploter en Orcanie !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 * Mordred le tyran ! *

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Mordred d'Orcanie
Membre fondateur/administrateur en chef
avatar

Nombre de messages : 5040
Age : 1529
Camp : Orcanie!
Classe sociale : Tyran d'Orcanie et Dieu ( démon ? ) vivant !
Terre : l'enfer sur terre !
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Noblesse et Dieu incarné !

MessageSujet: * Mordred le tyran ! *   Mer 2 Avr - 13:15

Mordred le tyran !




Préambule :






*Il eut été préférable que je ne naisse point, plutôt que de devenir l'instrument funeste d'une mère implacable et d'un destin qui me répugne autant qu'il me fascine ! ...
Je n'ai, pas plus que quiconque, choisis mon destin propre, on me l'a imposé, je ne cesse depuis de le subir ...
Plus qu'une certitude, une fatalité : je dois obéir à ma mère, comme elle-même se doit d'exécuter les commandements de la terrible prophétie ...
Être son fidèle exécutant, la lame acérée et enduite de poison, qui lui servira a transpercer le dos innocent de celui qu'elle maudit plus que tout ...

Pourquoi devrais je faire cela ? ...
Je ne sais ...

Ma mère ma élevée et éduquée dans le ressentiment et la haine de toutes choses et avant tout de ses ennemis réels ou supposés ...
Être l'ingrat qui mord la main bienveillante tendue, le scélérat qui étouffe le bienheureux dans son sommeil et le cancrelat qui déchire le sein qui l'a couvé, voilà ma destinée ...

Je n'ai d'ailleurs guère le choix : subir et infliger, voilà mon quotidien ...
Détruire et ... non pas triompher, mais détruire, faire couler ce liquide pourpre dont la vue me comble d'aise, et périr à mon tour, dans une fin tragique et inévitable : voilà mon destin ...
Faire basculer le "monde", le royaume et être précipité à mon tour dans un abîme sans fin ...

Être talonné sans cesse, par ma Némésis vengeresse, qui me contraint à harceler mes ennemis ou mes proies, et m'entraîne ainsi, nous entraînent, tous, dans une folle fuite en avant vers le plus profond des précipices ...
Voilà ma triste destinée ...

Alors si ma vie doit être une malédiction, tachons de nous gaver, avant l'issue fatale, de tout ce que la vie peut nous offrir de gratifiant, si besoin est à la pointe de l'épée : gloire, richesses, puissance, pouvoir, renommée ...

Si je dois rouler dans l'abîme, autant que cela soit habillé de pourpre et les poches pleines d'or ...
Et si je suis pris avant et supplicié, que l'on m'inflige donc le "châtiment de Crassus" : à qui ses ennemis Parthes firent couler de l'or fondu dans la bouche, en lui lançant :" rassasie toi de cet or dont tu es si avide ! " ...

Alors oui je suis prêt a précipiter ma fin pour accomplir mon destin, et traverser l'Histoire comme une étoile incandescente zébrant le ciel apaisé ...

Et si je ne puis être César, je serai Néron et si je ne puis construire avec grandeur, je détruirai avec passion ...

Mieux vaut être Judas que ne laisser aucune trace dans l'Histoire ...
Le symbole même de la répulsion qu'un pauvre hère inconnu ...

Et toutes les bassesses, les compromissions et les trahisons ne seront pas de trop pour mettre en oeuvre cette tragédie morbide que l'on me commande d'accomplir ...

Quand bien même Camelot et le royaume entier me voueraient ils aux gémonies ...

Ils peuvent me haïr, jamais ceux ci ne me détesteront comme je me hais moi même ! ...

Car, j'ai peur de mon ombre sinistre, je crache sur mon propre reflet dans le miroir, je raille ma propre voix ! ...

Je me hais ! ...


Et voilà pourquoi je réussirai ! ...

Détruire, m'auto détruire, pour faire périr et ... périr à mon tour, et ... dormir ... éternellement ...

Je suis las ....

D'être taraudé par cette vengeance qui m'habite depuis ma maudite naissance et me pousse a agir comme le serpent venimeux qui se terre sous la fleur innocente ...

Si je ne peux accéder aux cieux, j'irai me consumer dans les flammes des entrailles de la terre ! ...

Point de purgatoire pour Mordred lorsque celui ci aura accomplit sa "grande" et infâme destinée :

Faire payer aux Pendragon leur abject péché originel ...*

M .








CAMLANN … 519 …



Ce nom devait résonner dans le ciel en paix de Bretagne, tel un bruit de tonnerre, et annoncer le retour en des temps obscurs … La fin de l’ère arthurienne entraîna la désagrégation du royaume de Bretagne et l’essor des tribus dites « barbares » ( saxons et angles ), qui ne tardèrent pas a s’emparer de l’île toute entière … Ce fut donc la division des bretons qui devait sceller leur destin, leur perte, et celle de toute une civilisation … Et se faisant, mettre un terme au règne glorieux et lumineux du haut roy Arthur . Cette discorde interne, ce fléau, ce poison insidieux prit corps en la personne d’un démon à visage humain : Mordred d’Orcanie …


C’est lui, le neveu du haut roy, le chevalier de la table ronde, mais également et surtout le tyran d’Orcanie, le fils préféré de l’immonde Morgause ( qui avait jurée la perte de son demi frère ), qui devait provoquer la chute d’Arthur et l’échec de la résistance bretonne . Pour ce faire le félon entreprit de corrompre ou menacer nombre de vassaux du haut roy, déçus ou jaloux … L’âme humaine étant si vile et nauséabonde, parfois . De plus, afin de grossir ses rangs, et pour être assuré de l’emporter, Mordred n’hésita aucunement a contracter une alliance perfide avec les ennemis mortels du royaume : les saxons ! Aucunes traîtrises et aucunes compromissions ne paraissaient assez indignes au serpent d’Orcanie : dès lors que seules son ambition ( démesurée ) et sa haine ( infinie ), gouvernaient son esprit et animaient son action …

Alors qu’Arthur, et la plupart de ses chevaliers, guerroyaient sur le continent, contre les ennemis des alliés armoricains du haut roy; Mordred mobilisait ses troupes, ralliait les seigneurs félons et les armées saxonnes . Puis, ceci fait, tous, se ruèrent sur Camelot . Après une vaillante résistance, la cité tomba entre les mains du démon, qui ne tarda point a s’emparer de la reine Guenièvre … Alors les noces entre le tyran et l’épouse d’Arthur furent annoncées ( idée scélérate qui ne pouvait germer que dans l’esprit malade de l’orcanien ), l’union devant symboliser la nouvelle ère qui s’ouvrait . Fou de colère, Arthur rejoignit sans tarder la Bretagne, après avoir échappé à la terrible flotte saxonne, et prépara ses derniers partisans a affronter le pire des défis …

C’est dans la vaste plaine de Camlann, non loin des côtes, que se rencontrèrent les deux armées : l’une pléthorique et ivre de sang, celle de Mordred et ses alliés; et celle plus réduite, mais tout aussi déterminée, que constituaient les derniers fidèles du glorieux roy . Une fois encore, Arthur allait brandir bien haut Excalibur au nom d’une noble cause, et une fois de plus, ses dignes et loyaux chevaliers, sir Lancelot à leur tête, se battraient pour le triomphe de la Justice en ces terres ! Hélas, le sage Merlin n’était plus là pour aider utilement son vieil ami, tandis que Morgause, elle, était présente dans le camp de son fils . Cloîtrée dans sa tente personnelle, occupée qu’elle était a scander des formules occultes et malfaisantes … La sorcière entendait ainsi favoriser la victoire probable de son diabolique rejeton .

La bataille fatidique s’engagea au petit matin, alors qu’une tempête éclatait, tempête que nul n’avait prévu, mais qui réjouit grandement Mordred, qui y vit là, un signe du destin … C’est donc sous une pluie battante que les deux armées se chargèrent mutuellement … Les éclairs zébraient le ciel ténébreux et le tonnerre, qui ne cessait de gronder, couvrait les hurlements guerriers, le hennissement des montures, l’entrechoquement et le martèlement des armes, les râles de douleurs … La boue « engluait » combattants et chevaux, et la pluie d’orage n’arrivait qu’à grand peine a « laver » la terre déjà maculée de sang . Les deux cavaleries se heurtèrent l’une l’autre dans un fracas atroce ou le bruit des os brisés répondait aux cris déchirants des destriers . Les chevaliers qui ne mettaient pas promptement pied à terre étaient projetés au sol, puis allaient s’empaler sur une lance ennemie, ou étaient occis après un vain combat .Car la piétaille des deux armées ne tarda point a entourer la masse compacte des cavaliers, puis a fondre sur leurs adversaires respectifs … La mêlée devint alors confuse et la violence des combats s’intensifia, tandis qu’un épais brouillard s’abattait sur le champ de bataille . Aux prouesses des compagnons d’Arthur, les saxons et les partisans de Mordred opposaient leur sauvagerie sans bornes … Mais les fiers partisans du haut roy s’obstinaient a se battre avec l’énergie du désespoir, face à un ennemi supérieur en nombre . Aussi, chaque guerriers du Roy qui tombaient, réussissaient a entraîner plusieurs félons avec lui . Les grands chevaliers d’Arthur, les premiers, montrèrent l’exemple et réussirent longtemps a tenir en échec les soudards de l’Orcanien … Le Roy lui-même fit montre d’une témérité inouï , tel un lion lâché dans l’arène . Munis d’Excalibur, il semblait invincible et nul ne pouvait lui résister … Son perfide neveu, prit, lui aussi, part au combat, mais étroitement encadré par sa garde personnelle . Tout adversaire qui tentait de s’en prendre à Mordred était percé de plusieurs coups avant d’être lâchement achevé par le tyran … Après plusieurs heures de combats acharnés, quelques petits groupes ( épars ) de soldats royaux, commandés par les chevaliers survivants, continuaient, coûte que coûte a résister . Repoussant sans cesse leurs assaillants, dont le flux ne semblait ne jamais vouloir se tarir … La plaine était désormais jonchée de cadavres et de membres tranchés, alors que les pluies torrentielles charriaient les litres de sang répandu depuis le matin . Les anges n’en finissaient plus de verser leurs larmes d’amertume, à la vue de ce désolant spectacle … Tandis que les éléments se déchaînaient, à l’image des combattants, ivres d’exploits, de sang ou … d’argent . Les Dieux criaient leur colère à l’adresse de leurs créatures, sourdes et aveugles à leurs célestes signaux … Les guerriers étaient tout à leurs jeux, pris, enivrés, par leur propre folie meurtrière .
Pourtant, les trombes d’eaux et les rafales de vent qui assaillaient les belligérants depuis le début de la bataille, ne facilitaient guère la tâche des uns et des autres . La tempête « s’ingéniait « a faire cesser l’affrontement, en pure perte : le ciel était, ici, impuissant face à l’appétit de conquêtes et de gloire des guerriers …
Alors que les derniers partisans d’Arthur étaient sur le point de succomber, submergés sous le nombre et terrifiés par la barbarie de leurs ennemis, sir Lancelot prit la tête d’une poignée de cavaliers … Le brave chevalier, dont l’armure étincelante était couverte de sang et de boue, avait la ferme intention d’atteindre Mordred afin de l’abattre . Lorsqu’il vit fondre sur lui son pire adversaire, le tyran tressailli : ses hommes semblaient incapables de stopper l’avancée inexorable du meilleur des chevaliers … Une flèche mit fin à la charge de Lancelot : celui-ci chuta à terre, et le démon recouvra le sourire … Il savoura, ensuite, le trépas de son ennemi juré : occis, massacré par ses séides . Puis tout les autres chevaliers tombèrent un à un, transpercés de toutes parts et broyés sous la masse ennemie … Comme si l’âme de la résistance terrassée, la lutte devenait soudain, bien vaine et la mort, inévitable .


Dernière édition par Mordred d'Orcanie le Sam 14 Mar - 14:15, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://legendofcamelot.forum2jeux.com/portal.htm
Mordred d'Orcanie
Membre fondateur/administrateur en chef
avatar

Nombre de messages : 5040
Age : 1529
Camp : Orcanie!
Classe sociale : Tyran d'Orcanie et Dieu ( démon ? ) vivant !
Terre : l'enfer sur terre !
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Noblesse et Dieu incarné !

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Mer 2 Avr - 13:18

Les autres soldats royaux furent promptement tués ou capturés : Mordred et ses amis triomphaient, au prix de lourdes pertes … Une voix pourtant retentit, au milieu des rangs orcaniens et saxons : celle, impérieuse, d’Arthur :

« Mordred !! Vile canaille ! Ose venir m’affronter et achever ton œuvre !! «

Le haut roy se tenait, à présent, en face de son félon de neveu, encadré par quelques soldats, plus morts que vifs, et attendait fièrement la réaction du démon … Arthur, qui n’avait plus d’autres protections que sa côte de mailles, n’avait plus rien a perdre : si ce n’est son honneur . Le noble souverain était résigné et n’avait plus qu’un seul et unique espoir : qu’on le laisse périr les armes à la main … Dans un ultime combat en forme d’adieu à ce rêve, le sien, qui devint réalité et qui allait disparaître, tel un songe, un mirage … Dans les brumes de cette journée maudite !
Arthur brandit, alors, pour la dernière fois, l’épée de pouvoir, et soudain, la pluie cessa, puis les nuages s’écartèrent pour laisser filtrer les divins rayons du soleil … Ceux-ci vinrent frapper la lame d’Excalibur et la puissante épée se mit a étinceler . Les ennemis du Roy, les plus proches, en furent aveuglés et reculèrent, effrayés . Un vent de stupeur balaya les rangs coalisés et Mordred, lui-même, en fut fort troublé … L’effet que produisit ce phénomène étrange, cette curieuse coïncidence, retombé, l’un des lieutenants du tyran, sir Kadoudal, glissa à son maître :

« Laissez moi le privilège d’égorger ce pourceau, monseigneur ! «

Mais le roy d’Orcanie n’était pas disposé a se dérober devant son destin, et ce qu’il prenait pour une prophétie, favorable de surcroît : abattre, lui-même, Arthur et … ceindre sa couronne ! Mordred pensait devoir et pouvoir le faire : son oncle exécré n’était il plus, d’ailleurs, qu’une proie affaiblie et prête a subir son « châtiment » ? Son heure était venue et l’ignoble tyran voulait parachever son geste de rébellion, sa trahison, en achevant l’ours royal . L’orcanien considéra sa mère Morgause, qui se tenait non loin de lui, puis déclara, avec hauteur :

« Il me reviens, à moi seul, de mettre fin à l’agonie de … mon cher oncle ! «

( * ) Ce combat, ce duel, il devait le mener, il le fallait absolument : nul autre que lui ne devait occire ce parent qu’il « aima » passionnément haïr … Mordred sauta alors au bas de sa monture, on lui ôta sa cuirasse et son casque, puis ceci fait, l’orcanien tira enfin son épée, et … Se rua aussitôt sur son rival, espérant ainsi le surprendre et en finir au plus vite . Le tyran tenta d’atteindre Arthur au visage mais celui-ci bloqua la lame de son ennemi : le choc fut si violent que la pointe de l’épée du félon se brisa … Profitant de la surprise de son adversaire, le Roy infligea alors un puissant soufflet à celui-ci qui chuta à la renverse . Arthur désarma ensuite Mordred d’un coup de chausse, puis posa la pointe d’Excalibur sur sa gorge … Tandis que le tyran pestait contre lui-même, des archers orcaniens prenaient Arthur pour cible . Ce dernier déclara à l'assemblée :

« Je ne demande point votre clémence, mais vous supplie de rendre sa liberté à la Reine ! «

Il fixa ensuite son neveu et l’interrogea du regard . Mordred grimaça et fit mine d’acquiescer …

« Très bien ! La Reine pourra quitter Camelot pour le continent, mais ne devra point espérer demeurer en Bretagne ! « 

En signe d’acceptation, le haut roy remit son épée au fourreau, puis recula de quelques pas … Le tyran, lui, se redressa et .. . S’avança vers son oncle pour lui faire l’accolade . Interdit et réticent, Arthur ne broncha pas mais accueillit le geste ( de paix ? ) du félon avec froideur … Mordred était, lui, tout sourire .

« Maintenant, embrassons nous mon oncle ! Car les liens du sang … priment sur toutes choses! «

Mais lorsque le démon voulut lui faire un baiser, le Roy se méfia et tenta de le repousser : trop tard …

Mordred se saisit de la dague qu’il cachait dans son dos et porta un coup mortel à Arthur : ce dernier, effaré, vacilla . L’orcanien le fit ensuite basculer en arrière d’un violent coup de pied … Le Roy s’affala sur le sol et l’immonde tyran se retourna, triomphant, vers ses alliés …. Mal lui en prit : quand le félon se précipita sur son ennemi pour l’achever, celui-ci avait déjà reprit Excalibur en main, et Mordred alla "s’empaler" sur l’épée . Le cri déchirant de Morgause fut la dernière chose qu’entendit son fils préféré, avant de sombrer dans le néant … Arthur perdit lui aussi connaissance . ( * )

Aussitôt les derniers soldats royaux furent occis, et le corps inanimé du roy d’Orcanie fut transporté jusqu’au camp de base des coalisés . On lui dispensa des soins mais la blessure semblait trop grave … Les vainqueurs se désintéressèrent du cadavre d’Arthur et même d’Excalibur .

Le soir même, alors que les orcaniens dormaient profondément dans leurs tentes respectives, les saxons et quelques seigneurs bretons ( désormais habitués a trahir sans cesse ), décidèrent d’agir … Ceux-ci s’employèrent, sans l’ombre d’un remord, a égorger ou étouffer leurs anciens alliés dans leurs sommeils . Quelques uns réussirent a s’enfuir, d’autres furent capturés afin de servir d’esclaves … Les loups enragés se dévoraient allègrement entre eux ! Morgause, qui avait pressentit cette félonie, quitta le camp avant la tombée de la nuit avec une légère escorte et … son fils mourant .

A l’aube, alors qu’un soleil rouge sang illuminait le ciel de ses premiers rayons, Girflet, le fidèle écuyer d’Arthur, qui avait survécut, alla se recueillir auprès de la dépouille de son maître … Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il entendit le haut roy lui parler . Et avant d’expirer, Arthur demanda à Girflet de précipiter Excalibur dans le lac le plus proche … Celui-ci, après avoir pleuré de chaudes larmes, s’exécuta, non sans réticences . Quand il revint auprès du Roy, il constata avec stupeur que le corps n’était plus là, puis, en proie à un vif désarrois, l’écuyer porta son regard humide vers la mer … Ce qu’il vit le stupéfia, puis l’émerveilla : une frêle esquif s’éloignait du rivage . A son bord trois prêtresses d’Avalon, dont Morgane la fée, veillant sur la dépouille d’Arthur, « endormit » à jamais …


Peu de temps à la suite de Camlann, les saxons et leurs alliés angles s’emparèrent de la Bretagne toute entière … La reine Guenièvre put rejoindre le continent et le duc de Cornouailles se proclama roy des bretons . Ainsi le pays de Galles et la Cornouailles continuèrent a résister aux vainqueurs d’Arthur, de même que les peuples picte, au nord de l’île . Néanmoins, de nombreux bretons préférèrent s’exiler en Armorique, que de demeurer … Avalon, tomba définitivement dans l’oubli . L’Orcanie ne tarda guère, elle aussi, a être soumise par les saxons . Morgause et Agravain s’empressèrent donc d’aller se réfugier aux Orcades, mais ils n’étaient pas seuls : un mystérieux personnage les accompagnait … L’individu garda son identité secrète durant tout le voyage de Glastonbury à Kirkwall : la Reine et son fils présentant l’inconnu comme un ancien conseiller du tyran défunt … A leur arrivée aux Orcades, les trois orcaniens s’installèrent dans un monastère et firent preuve de la plus grande des discrétions ( même le roy Emerick ignorait qu'ils fussent présents en son royaume ) . Et pour cause, le secret qu’ils devaient garder était d’importance : Mordred avait survécut ( par miracle ) à ses blessures, et entendait rester caché le temps nécessaire avant … un éventuel ( hypothétique ? ) retour en Orcanie ...

Pour l’ex tyran honnit, une longue attente commençait … Propice à la méditation et … à l’introspection : l’épreuve de sa vie .



( Modifications, choix alternatifs : Arthur contre Mordred ) :



( * ) Après avoir hésité un instant, le Roy tendit la main à son neveu et celui-ci ne tarda point a s’en saisir . Une fois sur pieds, le tyran ne relâcha pas son emprise sur le bras de son oncle et de l’autre main alla chercher la dague qui se trouvait dans son dos … Et c’est en esquissant un odieux sourire que le démon frappa Arthur, au ventre : le blessant ainsi mortellement . Il bascula sur le sol, effaré, se sentant bel et bien condamné … ( * )


Ou encore :


* Mordred se précipita tel un dément enragé sur son oncle et tenta de lui porter un coup au visage … Arthur bloqua la lame du félon et le choc fut si violent que la pointe de l’épée du tyran se brisa . Profitant de la surprise de Mordred, le Roy s’empressa de lui infliger un puissant soufflet, l’envoyant ainsi au sol … L’orcanien ne tarda point a se redresser, ivre de rage, et chargea de nouveau son rival . S’ensuivit une série d’échanges ou Mordred tenta à plusieurs reprises d’atteindre son ennemi, du tranchant de son arme, tandis qu’Arthur se bornait a parer les coups de son adversaire … Le haut roy ne cessait de reculer devant le démon qui s’efforçait de l’accabler d’attaques aussi puissantes … qu’inopérantes . Arthur était loin d’être désemparé face à la virulence de son maudit neveu : son but était de l’épuiser avant de prendre l’avantage … D'ailleurs le félon ne cessait de fulminer, tandis que son oncle faisait preuve d'une parfaite maîtrise de soit ... Mais c’était compter sans la perfidie de son ennemi : Mordred, aussi, attendait le moment propice pour en finir ! Les deux combattants tentèrent soudain de se porter mutuellement le coup décisif : ils ne réussirent qu’a bloquer leurs attaques respectives … Et alors que les deux rivaux se neutralisaient en essayant de casser la garde de l’autre, dans un face à face dramatique, le tyran afficha un horrible rictus . Celui-ci alla chercher une dague dissimulée dans son dos et … frappa Arthur de toute ses forces, qui s’effondra, mortellement blessé . Etc … *


Dernière édition par Mordred d'Orcanie le Sam 14 Mar - 14:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://legendofcamelot.forum2jeux.com/portal.htm
Mordred d'Orcanie
Membre fondateur/administrateur en chef
avatar

Nombre de messages : 5040
Age : 1529
Camp : Orcanie!
Classe sociale : Tyran d'Orcanie et Dieu ( démon ? ) vivant !
Terre : l'enfer sur terre !
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Noblesse et Dieu incarné !

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Dim 17 Aoû - 18:45

Genèse :



La Bretagne des V et VI ème siècle de notre ère … Entre Histoire et légendes …

Entre la chute de l’empire romain d’occident et la conquête de l’île par les anglo-saxons, la future Grande Bretagne allait connaître une période aussi troublée que prometteuse : les âges obscurs, puis, le règne du haut roy Arthur …

Un époque de transition, un royaume en gestation, hésitant entre deux mondes, navigant entre deux univers … Qui voit s’éteindre la période romaine et émerger une ère nouvelle, en devenir …

Une Bretagne ou se mêlent la tradition ancestrale celtique et l’apport décisif du conquérant latin, ou « cohabitent » et s’affrontent plusieurs peuples ( celtes, pictes, scots, gallois, saxons, angles, jutes ), et deux religions antagonistes … Les adeptes de la grande déesse, encore majoritaires, tentant désespérément de contenir l’inéluctable expansion de la foi chrétienne …

Une terre en plein chaos qui vit émerger le seigneur Uther Pendragon, qui parvint, grâce à l’aide du mage Merlin, a unifier le royaume de Bretagne sous son autorité … Action qui fut compromise par la faute du roy Uther lui-même, ceci pour l’amour d’une femme, la duchesse Ygraine, épouse légitime du duc Gorlois de Tintagel.. Pour cette raison, l’impétueux souverain fit la guerre à son principal allié, et l’œuvre de Merlin fut anéantie … Mais c’est de cette union adultérine entre le roy et la duchesse que devait naître Arthur : l’élu .

Le jeune Arthur, qui en délivrant l’épée de pouvoir Excalibur, du rocher, fut proclamé souverain de Bretagne !

Merlin à ses côtés, le nouveau roy dû batailler de nombreuses années avant d’imposer sa légitimité et son autorité : tout d’abord contre les seigneurs bretons hostiles, puis en s'opposant aux barbares saxons … Dans cette lutte pour la pacification et l’unification du royaume, le haut roy fut secondé par de vaillants combattants : Lancelot, Kai, Bédivère, Gauvain, et bien d’autres … Tous formèrent par la suite la confrérie des chevaliers de la Table ronde,( avec pour siège Camelot la capitale royale ), les gardiens de la paix et de la Justice en ces terres …

La victoire acquise, le souverain se maria, avec la douce Guenièvre de Carmélide et inaugura ainsi un règne qui devait durer presque vingt ans …
Un règne glorieux qui apporta paix et prospérité à la Bretagne et à son peuple …
Arthur réussit a concilier païens et chrétiens, affermissant de ce fait son autorité …
Ceci en épousant la foi du Christ, tout en préservant le lien, si particulier, qui continuait à l’unir au sanctuaire d’Avalon …

Hélas c’est lorsque l’on croit le mal éradiqué que celui-ci resurgit soudainement …
En effet la magnifique mais impossible passion entre la Reine et le meilleur chevalier du royaume, sir Lancelot, sera la première fissure à venir lézarder l’édifice royal …
Le scandale sera très vite exploité par les ennemis d’Arthur, sa demi sœur Morgause en tout premier lieu, et viendra fragiliser l’assise d’un monarque toujours sans héritier …
La quête du Graal permettra aux chevaliers de sauver le royaume du malheur, ou du moins de repousser la funeste échéance … Quête ou s'illustrèrent Perceval et Gallad, le fils "rédempteur" de sir Lancelot ...

Car Morgause la sorcière ne désarme point et fait de son fils préféré et neveu du haut roy ( et … possible fils incestueux ? ) l’instrument de sa vengeance contre les Pendragon..
Le démon Mordred ( l'enfant de la haine ) apparaît et sera celui qui par sa perfidie sans limite, sonnera le glas de l’ère arthurienne .


Dernière édition par Mordred d'Orcanie le Ven 13 Mar - 14:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://legendofcamelot.forum2jeux.com/portal.htm
Amaryllis

avatar

Nombre de messages : 1847
Age : 27
Camp : Son clan
Classe sociale : Noblesse
Terre : Irlande (Dal Riada)
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Fille d'un chef scots

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Lun 18 Aoû - 8:01

Belle lecture, le matin en se levant.


Tu as une plume d'ange mon cher!
Je t'adore! Et je vénère ton talent!

Je t'aime Smile

Mille fois bravo, mon prince des mots Smile!
Revenir en haut Aller en bas
Elena
Duchesse de Carmarthenshire
avatar

Nombre de messages : 617
Age : 31
Camp : Mordred
Classe sociale : Duchesse
Terre : En Faire Baver à ce Kadou ! Pas vrai je l'aime !!
Date d'inscription : 29/07/2008

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Duchesse

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Lun 18 Aoû - 8:43

Ophé a écrit:
Tu as une plume d'ange mon cher

Je partage cet avis !

C'est digne des grands écrivains !!
Revenir en haut Aller en bas
Modératrice
Princesse d'Austrasie
avatar

Nombre de messages : 786
Age : 36
Camp : staff Orcanien
Classe sociale : aucune
Terre : aucune
Date d'inscription : 08/09/2007

Feuille de personnage
Religion: Athé
Statut Social:

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Lun 18 Aoû - 10:43

Superbe! A quand la suite ?
Revenir en haut Aller en bas
Mordred d'Orcanie
Membre fondateur/administrateur en chef
avatar

Nombre de messages : 5040
Age : 1529
Camp : Orcanie!
Classe sociale : Tyran d'Orcanie et Dieu ( démon ? ) vivant !
Terre : l'enfer sur terre !
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Noblesse et Dieu incarné !

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Lun 18 Aoû - 13:20

* Le tyran apparaît en grande tenue, alors qu'un orchestre joue l'air pour les feux d'artifices royaux de Haendel, des feux sont tirés et éclatent haut dans le ciel de Warminster illuminant ainsi le palais de milles lumières scintillantes : un signe du Roy et tout s'arrête ... king

Il exécute une révérence à son public ...*


Merci mes zamis !

Je ne suis que votre très humble serviteur ...


*Nouvelle révérence et s'en va ...

La musique retentit de plus belle ainsi que les grosses pétarades ^^ de lumières !*


sunny



( ps : Je bosse sur le tout début du récit Wink )

http://www.youtube.com/watch?v=nB7RwJasjmE drunken


Dernière édition par Mordred d'Orcanie le Mar 19 Aoû - 1:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://legendofcamelot.forum2jeux.com/portal.htm
Gwenaelle
Fille de Gauvain,nièce d'Agravain et de Mordred, Petite-fille de Morgause, Princesse d'Orcanie
avatar

Nombre de messages : 1226
Age : 25
Camp : Partout, même en arrière de vous ! LOL
Classe sociale : Fille de Gauvain. Princesse Rebelle
Terre : Faire vivre un enfer au tyran..Faire exploser le chateau de momo
Date d'inscription : 17/08/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Princesse Orcanienne & Rebelle. Adorable peste, Petite-fille de la reine Morgause. Lutin de Warminster. Petit lapin du roi D'Orcanie. Petite elfe de son nouveau grand-père Marth !

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Lun 18 Aoû - 14:07

Si un jour tu écris un livre, tu me l'envoie et le dédicace, a ma peste adorée !

Il écrit trop bien mon tontonchounet

_________________
Revenir en haut Aller en bas
sir Kadoudal
Conseiller Royal et Membre du Haut Conseil de la Couronne
avatar

Nombre de messages : 790
Age : 24
Camp : Orcanie!
Classe sociale : Noble
Terre : Celle de son roy et maître
Date d'inscription : 25/03/2008

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Conseiller royal

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Lun 18 Aoû - 17:33

N'empêche ...

Si on m'avais laissé occire ce ... pig pirat albino jocolor clown

D'Arthur !

L'histoire fut ^^ été différente !! study

Oui je sais avec des "si" on mets Camelot en bouteille ...

Bouteille ? ! Surprised


Vinaaaaaaaaaasseuuuuuuu !!!! cheers

glouglou

bon

:irish:



atchoum

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Nicolas Florin
Homme de Dieu
avatar

Nombre de messages : 618
Age : 29
Camp : Omniscient
Classe sociale : Flou, mais essentiel
Terre : Faire souffrir ... pour la bonne cause ^^ / Conquérir Rome et en devenir le Cesar!!!!!!
Date d'inscription : 09/04/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Prisonnier religieux

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Dim 28 Sep - 3:12

Alors momo à quand la suite ? study

Trop occupé a ... satisfaire Ophé ? ! Razz



Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Uther Pendragon
Roi d'Austrasie
avatar

Nombre de messages : 2961
Age : 26
Camp : Pendragon
Classe sociale : Roi de Bretagne
Terre : Bretagne
Date d'inscription : 24/07/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Roi de Bretagne

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Dim 28 Sep - 3:31

Moi pendant ce temps j'ai écrit trois tomes d'Atlantis, avancé dans Star Wars Earth (15 pages) et fais presque deux pages d'Atlantis 4.
(Total:101 pages)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
sir Kadoudal
Conseiller Royal et Membre du Haut Conseil de la Couronne
avatar

Nombre de messages : 790
Age : 24
Camp : Orcanie!
Classe sociale : Noble
Terre : Celle de son roy et maître
Date d'inscription : 25/03/2008

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Conseiller royal

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Dim 28 Sep - 3:32

Faut publier tout ça sur le forum marthou ! ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Uther Pendragon
Roi d'Austrasie
avatar

Nombre de messages : 2961
Age : 26
Camp : Pendragon
Classe sociale : Roi de Bretagne
Terre : Bretagne
Date d'inscription : 24/07/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Roi de Bretagne

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Dim 28 Sep - 3:33

J'ai mis des liens pour télé-charger Atlantis que j'ai mis au format PDF.
Par là:
http://orcanie.forumactif.com/annonces-f49/atlantis-t893.htm

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Mordred d'Orcanie
Membre fondateur/administrateur en chef
avatar

Nombre de messages : 5040
Age : 1529
Camp : Orcanie!
Classe sociale : Tyran d'Orcanie et Dieu ( démon ? ) vivant !
Terre : l'enfer sur terre !
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Noblesse et Dieu incarné !

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Mar 2 Déc - 19:40

Acte un, scène un :

Le bosquet de la Dame



Octobre 506, sur l'île de Bretagne, le bosquet de la Dame du lac, non loin de Camelot :

Mordred, Gwendydd, Avallach, des gardes, des prêtresses, des apprentis druides ...



Mordred :

Capitaine Ganelon ! Une journée de chevauchée nous sépare encore de Camelot !

Donnez leurs ordres à vos hommes, nous allons faire halte dans ce hameau !

Capitaine :

A vos ordres altesse ! *à ses hommes* : qu'on amène de l'eau et du bois pour le feu !

Sergent Gareth ! venez avec moi ! nous allons avisez ces gens de notre arrivée en ces lieux !

*alors que Mordred considère le bosquet en silence, que les orcaniens obéissent aux directives de leur supérieur, Ganelon et Gareth se dirigent vers la hutte principale du hameau, le capitaine frappe à la porte *

Capitaine :

Olah ! ouvrez !! son altesse Mordred, prince d'Orcanie, demande l'hospitalité !

Nos hommes ont besoin de victuailles ! nos montures de fourrages, ouvrez vite, ouvrez !

*Une voix très faible s'échappa de derrière la porte vermoulue, pour l'entendre, Ganelon colla une oreille contre la dite porte et ce qu'il entendit le stupéfia, impatient et passablement irrité, Mordred s'empressa, lui, de rejoindre les deux officiers*

Mordred :

Alors capitaine ? ! que faites vous ? vous jacassez au lieu de vous informez !

Me direz vous enfin ce qu'il en est ? ! ces paysans acceptent ils de nous aider ?

Capitaine :

Altesse ... Cette femme, qui prétends être la Dame du lac, exige de nous *déglutit*

Que nous cessions de profaner cet havre de paix et ... dit ne vouloir parler ... qu'à vous .

Mordred :

Ah ! l'impudente ! je vais lui prouver de quel bois se chauffe le prince d'Orcanie !

Ose t-elle donc me défier ?! par mes ancêtres ! elle va m'entendre je vous le dit !!

*Mordred tambourine contre la porte, une jeune femme rousse au regard pénétrant apparaît aussitôt et toise l'orcanien*

Mordred :

Bien le bon jour ma dame ! Je sollicite donc votre aide pour cette nuit,

Vivres, fourrages ou gîtes corrects, nous manquons de tout et cela suffit !

Pour ces services et autres désagréments, vous recevrez quelques écus d'Orcanie !

*avant de rétorquer, dame Gwendydd, porta un regard courroucé en direction des soudards qui venaient de profaner les arbres du bosquet sacré*

Gwendydd :

Prince ! la conduite de vos hommes, en ces lieux sacrés, ne vous honore pas !
Ces soldats ont commis un sacrilège ! n'ont ils donc aucune discipline ? ma foi !

Mordred :

Quoi ? ! Dame du lac ou pas, je vous défends formellement de m'interpeller ainsi !

Ou par ma foi, vous et vos gens, tout votre hameau, votre bétail même, auront des ennuis !

Gwendydd :

Malgré votre conduite et vos menaces, prince, je vous accueil volontiers,

Mais cessez ce petit jeu je vous prie, et renvoyez les fautifs ou vous souhaiterez !

Mordred :

*ah ! la bougresse est à la fois fière, avenante et inflexible, j'ai trouvé à qui parler*

Bien ! impérieuse prêtresse ... je peux bien concéder ceci, puisque vous m'aidez !

Gwendydd :

C'est là sages paroles ! digne des Pendragon ! Prince Mordred, soyez donc le bienvenu !

Que vos hommes s'installent, mes gens vont les guider, suivez moi, vous devez être fourbu !

Mordred :

Oui da, ma dame ! le voyage fut court mais harassant ! je vous approuve !

Veuillez excuser mon emportement ! car toujours ce genre de chevauché m'éprouve !


Dernière édition par Mordred d'Orcanie le Jeu 4 Juin - 22:40, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://legendofcamelot.forum2jeux.com/portal.htm
Mordred d'Orcanie
Membre fondateur/administrateur en chef
avatar

Nombre de messages : 5040
Age : 1529
Camp : Orcanie!
Classe sociale : Tyran d'Orcanie et Dieu ( démon ? ) vivant !
Terre : l'enfer sur terre !
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Noblesse et Dieu incarné !

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Dim 15 Fév - 14:53

Acte un, scène deux :

Le héros du Gwynedd






Gwendydd, Mordred, Avallach roy du Gwynedd



Survient alors un noble seigneur, d'allure rustique, il interpelle ainsi la Dame et le prince d'Orcanie :

Avallach

Bien le bon jour ! Vous me voyez navré de vous indisposez ainsi nobles sujets d'Arthur,

J'ai pour nom Avallach Ap Elphin, pour titre roy du Gwynedd, et je viens en ami, soyez en sûrs !

Mordred

*Quel est ce bougre aux allures d'hommes des bois ou de bûcherons ?
Ah ça ! Qui se croit il pour m'interrompre ainsi, ce ruffian ? Ce fanfaron !*

Gwendydd

Bienvenue à vous, noble seigneur de Galles ! Ne vous excusez point, c'est inutile .

La Déesse et ses servantes ne choisissent pas leurs hôtes : vanité est chose futile ...

Avallach

Ah, qu'ouïe je donc ? Vous seriez dame Gwendyyd la grande prêtresse ?

Quel hasard ! Et quel honneur, que de vous rencontrez ! *il considère Mordred* ainsi que ... votre altesse ...

Mordred

*Il rit sous cape, puis ...*

Je suis le prince Mordred d'Orcanie ! Moi et mes hommes faisons halte dans ce hameau ...

Sa grandeur ayant décidée de nous aider, avant que nous reprenions notre chemin, vers Camelot !

Gwendydd

Voilà qui est bien ! Les présentations sont faites et nous sommes en bonne compagnie ...

Vous êtes tout deux conviés au grand banquet de ce soir : nous célébrons la lune pleine, cette nuit !

Avallach

Mes respects prince Mordred ! Nous pourrons donc nous entretenir, ce soir, au banquet !

Il me faut, avant, aller prévenir mon escorte ... Et je remercie sa grandeur pour ses bienfaits !

Il salue ses deux interlocuteurs puis s'en va ...

Mordred

*Fi ! Si sa conversation est aussi "intéressante" que son allure ... Ah mais quel ennuie !*

Ma Dame ... Je vais également me retirer, dans la chambre que vous m'aurez choisie ...

Gwendydd

Je vous en prie, prince Mordred : une prêtresse va vous conduire et vous guider,

Vous oublierez votre fatigue, et moi vos errements autour de la table des festivités !



Mordred s'incline, un sourire ambiguë peint sur les lèvres, avant de se retirer . La Dame le considère s'éloigner, un moment, puis regagne l'intérieur de sa maisonnée ...


Mordred

*Cette gueuse de sorcière aux grands airs, me déplaît, décidément, souverainement ...

Mais je doit faire halte ici, cette nuit, et ... sur la situation à Camelot, j'ai besoin de ... renseignements !*

Une prêtresse le conduit vers la chambre qui lui est destiné


Dernière édition par Mordred d'Orcanie le Sam 14 Mar - 18:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://legendofcamelot.forum2jeux.com/portal.htm
Uther Pendragon
Roi d'Austrasie
avatar

Nombre de messages : 2961
Age : 26
Camp : Pendragon
Classe sociale : Roi de Bretagne
Terre : Bretagne
Date d'inscription : 24/07/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Roi de Bretagne

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Dim 15 Fév - 15:41

Tu penseras à le mettre sur le blog Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Mordred d'Orcanie
Membre fondateur/administrateur en chef
avatar

Nombre de messages : 5040
Age : 1529
Camp : Orcanie!
Classe sociale : Tyran d'Orcanie et Dieu ( démon ? ) vivant !
Terre : l'enfer sur terre !
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Noblesse et Dieu incarné !

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Jeu 19 Fév - 12:17

Chapitre un :



Au sein de l’un des nombreux cloîtres des Orcades, ayant fleurit depuis ces dernières années, au nord de la Bretagne … Après la première prière du jour, alors que les enfants de choeur entonnaient leur dernier chant, et que les volutes d’encens se dissipaient lentement … Un petit groupe de moines se retirait, sans se hâter, en direction de leurs cellules … Avec leurs robes de bure, leurs capuchons relevées et leur démarche nonchalante, les hommes de Dieu ressemblaient à de vagues fantômes … Impression amplifiée par la pénombre régnant en ces lieux, car faiblement éclairés par les quelques cierges et bougies disposés ça et là … Le bruit des pas , que répercutait à l’infinie les voûtes de l’édifice, succéda bientôt aux douces voix des jeunes angelots … Puis le carillon retentit, annonçant la fin de la messe du matin : les moines se hâtèrent alors de rejoindre leurs chambrées … Et c’est l’un après l’autre qu’ils pénétrèrent dans le quartier des cellules … Chaque frères réintégrant sa chambre sans mots dires, comme s’il s’eut agit de moines aphones … ( ou : d’êtres privés de l’usage de la parole ? ) Le dernier de la file regarda les autres s’éloigner, puis poussa, à son tour, la porte de sa cellule …

Cellule de taille plus que réduite qui ne comprenait qu’un lit inconfortable, une petite table, une chaise bancale et … une sorte d’étagère ou reposaient quelques livres poussiéreux . Le moine s’approcha du petit bureau, puis ralluma la bougie qui trônait sur celui-ci : une très faible lueur jaunâtre illumina alors les lieux . L’individu releva son capuchon, découvrant ainsi son visage …
C’était un homme encore jeune, quoi que prématurément vieillit par les épreuves et flétrit par la faute d’une existence, sans doute, marquée par bien trop d’excès . Il arborait une légère barbe de trois jours … Néanmoins lorsque celui-ci se laissait aller a esquisser un demi sourire, l’aspect, encore, angélique de ses traits, reprenaient « vie » … Il était de haute taille et svelte, voir malingre, et ses yeux pers étincelants, de même que sa toison tirant sur le roux donnaient un on ne savait quoi de … démoniaque à ce pourtant charmant personnage ( saint personnage ? )

Le jeune moine s’installa à son petit bureau et s’empressa de se saisir d’une feuille de parchemin, puis d’une plume d’oie … Il affectait une gravité qui laissait deviner toute l’importance des mots qui allaient être tracés sur cette page encore vierge . Et après avoir poussé un profond soupir, et considéré un instant le crucifix, cloué dans le mur, qui lui faisait face … entreprit de commencer la rédaction de ce qui fut son ancienne existence . Cet amas foisonnant de moult souvenirs, qu’ il aurait préféré enfouir au plus profond de lui-même, réduire à néant, mais, qui ne cessait de le hanter et de s’imposer à lui .


« Je suis celui qui causa la perte de son suzerain et maître, le haut roy Arthur …
Je suis celui qui provoqua la ruine de son règne …
Je suis celui qui condamna la Bretagne aux affres de la division et la livra ainsi aux barbares .

Tout cela au nom de la vengeance, d’une ambition démesurée, et … d’une folie criminelle insensée .

Je me suis fourvoyé, j’ai perdu mon propre royaume et enfin … brisé le rêve de mon oncle en livrant notre île à la servitude .

Je voulu tout conquérir, tout posséder, tout contrôler et désormais … je ne règne plus que sur une ridicule petite chambrée, je me pris pour un dieu et finalement … Je ne suis plus rien, sinon un pauvre hère, humble parmi les humbles et … seul, tellement et terriblement seul …

Je suis … celui qui fit trembler la Bretagne toute entière …

Je suis celui qui n’est plus que la risée du nouveau peuple d’Albion …

Je suis celui dont tous oublieront le nom avant même son trépas …

Je suis … Mordred Pendragon, ancien roy d’Orcanie et … le pire tyran qui soit, ou qui fut .

Et je m’en repends amèrement et sincèrement …

Devant Dieu, tout puissant, les Hommes et … ceux qui liront, peut être, un jour, ces quelques lignes .

La vie d’un ange déchu. «


Dernière édition par Mordred d'Orcanie le Sam 14 Mar - 2:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://legendofcamelot.forum2jeux.com/portal.htm
Sigurd de Balrun

avatar

Nombre de messages : 21
Age : 477
Camp : Royaumes du Nord
Classe sociale : Guerrier Nordique - Chef de guerre
Terre : Norvège
Date d'inscription : 15/02/2009

Feuille de personnage
Religion:
Statut Social:

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Jeu 19 Fév - 13:52

Tu as vraiment beaucoup d'imagination pour relater ainsi la rencontre de ces deux seigneurs Smile
Revenir en haut Aller en bas
Mordred d'Orcanie
Membre fondateur/administrateur en chef
avatar

Nombre de messages : 5040
Age : 1529
Camp : Orcanie!
Classe sociale : Tyran d'Orcanie et Dieu ( démon ? ) vivant !
Terre : l'enfer sur terre !
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Noblesse et Dieu incarné !

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Jeu 19 Fév - 14:25

J'espère avoir été fidèle au jeu de la créatrice d'Avallach Wink

Un bon souvenir de rp non ? Mon tout premier avec Mordred ...

C'était en octobre 2006 !

*tite larme d'émotion*


La scène 3 à venir : le banquet !!! ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://legendofcamelot.forum2jeux.com/portal.htm
Mordred d'Orcanie
Membre fondateur/administrateur en chef
avatar

Nombre de messages : 5040
Age : 1529
Camp : Orcanie!
Classe sociale : Tyran d'Orcanie et Dieu ( démon ? ) vivant !
Terre : l'enfer sur terre !
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Noblesse et Dieu incarné !

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Lun 2 Mar - 23:57

*Acte un, scène trois*


*Le grand banquet*






( Gwendydd, Mordred, Avallach, Gwyddion le vieux druide, des prêtresses, des soldats, des apprentis druides, des servantes et autres petits pages )

*Alors que la nuit viens de tomber, les invités de la Dame du Lac s'apprêtent a pénétrer dans le réfectoire du bosquet ... Autour de la grande table de réception les servantes ne ménagent pas leur peine : Gwendydd supervise elle même les préparatifs . Alors que les prêtresses des lieux font bon accueil aux hôtes de leur maîtresse : outre Mordred et le roy du Gwynedd, le vieux druide Gwyddion, d'Avalon, et une escorte de guerriers druides apparaissent à la vue de tous . D'ailleurs, le patriarche sans âge est prié de faire son entrée dans la salle, avant tout les autres convives : voyant cela, le prince d'Orcanie, encadré par ses deux officiers, peste dans ses dents .*


Mordred :

Outrage ! Pourquoi ce vieillard sénile aurait il la préséance sur moi, prince d'Orcanie ?!

De par son statut ? Son âge ? Je suis moi de sang noble et royal ! La sorcière m'injurie !!

*Tout en vitupérant et gesticulant, Mordred ne vois pas le jeune page qu'il vient heurter brutalement*

Mordred :

Petit sot ! Sale mioche !! Pourquoi viens tu te fourrer dans mes jambes, toi ?!

Si tu étais à moi je te ferai subir un sort ! Déguerpis sans tarder, maudit cancrelat !

*Sur ces entre-faits, la Dame est apparut et accueil ainsi ses invités*

Gwendydd :

Au nom de la grande Déesse, soyez tous les bienvenues en ces lieux sacrés !

Vos altesses et vos gens, mes amis d'Avalon, approchez : venez vous installez !

*Avallach et Mordred s'inclinent de concert et suivent leur hôte à l'intérieur de la grande salle ... Tous prennent place atour d'une monumentale tablée sur laquelle moult plats savoureux et boissons onctueuses ont été disposés . Le prince prends la parole :*

Mordred :

Qu'il me soit permis de remercier et féliciter grandement et chaudement son auguste grandeur !

Puis de me tourner vers sire Avallach, afin de solliciter le récit de son périple, sans fausse pudeur .

Avallach :

Merci votre altesse ! C'est avec joie et infiniment d'honneur que je vous exposerai la raison de ma présence ici ...

Mais avant je rendrai, moi aussi, hommage à notre hôte : digne servante de la Déesse créatrice de toutes vies !

Gwendydd :

Altesses ! Vous recevoir en qualité d'invités est pour moi un grand honneur et un plaisir immense,

Et je suis moi même fort impatiente d'entendre le récit de notre ami des Galles, comme tous ici je pense .

Avallach :

Je suis, en vérité, un souverain sans royaume : car par la faute d'un parent indigne et félon,

Je dus fuir le Gwynedd avec la plupart de mes gens, chassés et traqués par ses alliés saxons !

Nous nous sommes alors réfugiés dans les vastes forêts de nos contrées ou depuis nous subsistons ...

Mais désormais bien décidé a faire valoir mes droits, j'escompte aller quérir l'aide du sir Pendragon !

Mordred :

* Il m'intéresse ce bougre là ! Car en l'aidant dans son entreprise, je travaillerais à ma propre gloire ! Divine aubaine !

Sa vengeance favorisera mon ascension, et sa victoire sera aussi mienne, et tous, le verrons comme telle ! *

Gwendydd :

Votre récit, fort édifiant, me touche énormément ... Espérons que le haut roy saura vous rendre Justice !

Pour ma part je suis toute disposée a vous soutenir auprès d'Arthur ! Seigneur considérez moi à votre service !

Mordred :

J'en serai également ! Étant presque chevalier : la paix et la Justice me tiennent déjà à coeur, autant de devoirs sacrés !

Votre combat sera le mien, seigneur, notre victoire celle de la Bretagne, notre gloire celle d'Arthur : mon oncle adoré !

Avallach :

Je ne sais que dire, sinon, que sir Arthur est bien le souverain des sujets les plus braves de cette île : Albion !

Au nom de mon peuple : je vous remercie grandement ! Bientôt la foudre divine frappera ces maudits saxons !

Gwendydd :

Prions la grande et noble Déesse afin que la lumière originelle chasse les ténèbres du Gwynedd, votre terre !

Tout conflit est chose innommable : j'irai à Camelot prêcher la paix, vous altesses, préparez la guerre ...

Mordred :

Buvons à cette noble cause qui ne peut échouer ! Buvons au triomphe de la Raison ou de celui des armes !

* Oui, je bois à votre victoire mais surtout ... A ma propre renommée, et pour les saxons : sang et larmes ! *



( Le banquet se poursuit dans la joie, la concorde et l'allégresse .
Le lendemain, la Dame et Avallach font route, ensemble, vers Camelot, alors que Mordred se dirige, lui, en direction de son manoir breton ... Pour y retrouver Morgause et Morgane . )


Dernière édition par Mordred d'Orcanie le Sam 14 Mar - 19:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://legendofcamelot.forum2jeux.com/portal.htm
Mordred d'Orcanie
Membre fondateur/administrateur en chef
avatar

Nombre de messages : 5040
Age : 1529
Camp : Orcanie!
Classe sociale : Tyran d'Orcanie et Dieu ( démon ? ) vivant !
Terre : l'enfer sur terre !
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Noblesse et Dieu incarné !

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Mer 11 Mar - 3:31

L'enfance du tyran



" Je suis né au château de Warminster, capitale royale de l'Orcanie, haut lieu de tout les complots, de toutes les cabales ... Rude pays, se complaisant admirablement dans l'ombre portée sur lui par la grandiose Bretagne, dont Camelot constitue le phare étincelant .

Le premier château de Warminster fut construit par les notables romains d'Orcanie qui peuplaient encore notre royaume, il y a de cela ... plus d'un siècle .

C'était une simple place forte militaire destinée a protéger les dignitaire et leurs gens des incursions, incessantes, de hordes barbares venues de Galles ...

Et lorsque les romains quittèrent l'île, le seigneur Warwick, père du roy Loth, pris possession du château . Et, celui ci, grâce à une partie du trésor des anciens maîtres d'Orcanie, ( oubliée par les fuyards ), constitua une armée nombreuse, renforça les défenses de la place forte avant ... de soumettre les autres chefs de clans du pays !

Warwick devint alors roy d'Orcanie et son fils aîné, le jeune Loth, proclamé héritier de la couronne ...

Par la suite, le roy Loth fit agrandir le château, ce qui permis à de nombreux paysans de venir s'installer dans la petite cité de Warminster, qui elle même, prospéra d'autant plus .

Mon père, Loth ( roy guerrier ) fut l'un des multiples prétendants à la charge de haut roy avant que sir Uther ne soit proclamé . Puis il servit, bon gré, mal gré le souverain, avant, ensuite, de se rallier très vite à son fils illégitime : Arthur, l'élu, mon oncle ...

Jeune roy que Loth ne cessera jamais d'admirer et de servir plus que loyalement . Ce qui ne fut jamais du goût de ma mère, Morgause de Cornouailles, duchesse de Tintagel et apprentie prêtresse d'Avalon ...

Celle qui méprisa plus que tout cette brute d'Uther qui osa causer la perte de son père, le duc Gorlois, avant de lui ravir sa femme : la très belle et fière dame Ygerne .
Uther qui la maria, quasiment de force, à ce rustre de Loth, et à qui, pourtant, elle offrit de nombreux enfants ... Haine profonde et implacable que ma chère mère reporta ensuite, pleinement, sur mon oncle Arthur .

Après Gauvain, le valeureux, Agravain ( qui devait, un jour, se faire prêtre ), et avant la naissance de Gareth, qui deviendra également chevalier de la Table ronde ( à l'image de notre aîné ), je vu le jour ... Le 13 ème jour du moi de juin, un vendredi, de l'an de grâce 489 .

Naissance dans la douleur, douleur et souffrances atroces qui faillirent emporter ma pauvre mère et ... mettre fin à mon existence, à l'aube même de ma vie ...

Et c'est justement, très certainement et incontestablement, de cette épreuve, surmontée ensemble, que naquit, et que se forgea ce lien si particulier, si fort, si tenace ... indescriptible et surtout ... indestructible entre nous deux !

Dès lors je devins son fils préféré, tant chéris et tant couvé de mille soins et couverts de mille attentions ... Tandis que Loth n'avait d'yeux que pour son héritier présomptif, Gauvain, et que le pauvre Agravain était rejeté de toute part, car jugé trop sensible, trop différent, et confié aux bons soins de nos nourrices, puis, plus tard, de nos précepteurs ... Chrétiens .

Puis alors que notre aîné faisait très tôt montre de qualités physiques fort précoces, et qu'Agravain brillait déjà lors des études dont nous gratifiait notre très savant et sévère précepteur ... Loth, me jugeant piètre "guerrier" ( mais peut on l'être à 10 ans ?! ), et d'une intelligence fort moyenne ( comment ne pas souffrir de la comparaison avec ce bon Agravain ? ), me délaissa complètement, me qualifiant ( à demi mot )d'inutile !

Ce fut donc ma mère, si dévouée, si aimante, si brillante et flamboyante ... qui m'éleva, m'éduqua et me forma, bref, fit ce que je suis . M'appris à être fier de moi même, et de ne jamais, jamais douter !

Si Morgause représentait l'autorité bienveillante mais également l'exigence, une exigence parfois rugueuse, toujours rigoureuse, ma tante Morgane ( seconde fille d'Ygerne et Gorlois ), était sans doute ma parente la plus compréhensive et ... fantasque .

Si ma mère m'appris à être intransigeant avec l'ennemi, diplomate avec nos alliés et chaleureux avec mes proches ... La prêtresse d'Avalon me transmis sa joie de vivre, pleinement, intensément, son enthousiasme, son naturel, quasi enfantin, sa fantaisie ainsi que ... sa douce et incomparable folie ( ? )

Si la première partie de mes journées étaient consacrée à l'étude puis aux exercices physiques, le reste du temps je pouvais aller retrouver mes frères ... Gauvain s'amusait alors a nous défier au combat à l'épée de bois et ... nous battait sans coup férir . Ou encore, nous nous moquions ( fraternellement ), moi et Gauvain, de notre trop subtile ( à nos yeux ) frère Agravain ...

Mais je préférai, et de loin, me promener, à dos de cheval, dans l'immense forêt de Warminster, en compagnie de ma si fascinante et envoûtante tante Morgane ... Agravain nous accompagnait, parfois, alors que notre aîné allait sans cesse s'entraîner, à l'air de joute, bientôt rejoint, en cela, par notre cadet, le très jeune et impétueux Gareth ...

Ainsi donc, Morgane et moi, nous parcourions en tout sens les moindres recoins de ce magnifique écrin verdâtre qui entourait et enserrait la grande cité de Warminster . Nous nous lassions jamais de chevaucher sur ces longues étendues riches ou stériles, peuplées ou désertées, belles ou ... inquiétantes .

Et durant ces longues et régulières promenades, Morgane me narrait les mythes et légendes qu'on lui avait elle même enseignée, notamment en Avalon, mais également les récits entourant la glorieuse histoire de la Bretagne ! Ou il était question de Vortigern, d'Ambrosius, de Merlin, d'Uther Pendragon, d'Ygerne et de Gorlois, des héritiers de l'hypothétique Atlantide, les prêtresses et les druides d'Avalon ... De combats épiques et d'exploits merveilleux, de désordres et d'harmonie, du déchaînement des passions ou ... des bienfaits véhiculés par la sagesse des anciens, puis de leurs successeurs ...

Je me passionnais également et sans retenue pour le destin du haut roy, mon oncle Arthur, et pour les aventures de ses preux chevaliers ... Mais Morgane ne pouvait s'empêcher de se moquer des grands airs de son petit frère, et évidemment, de se gausser cruellement de son épouse, la très chrétienne et pourtant légère reyne Guenièvre .

Si ma tante modéra mon admiration pour Arthur, ma mère, en ne cessant de le déprécier et de dépeindre mon père Loth ( que je détestais cordialement ), en meilleur allié du haut roy, acheva d'exacerber ma méfiance grandissante envers mon oncle ...

Tout en ne cessant pas de flatter mon ombrageuse fierté et mon ambition naturelle ( développées afin de compenser mon manque de confiance et ... de masquer mes frayeurs les plus enfouies ), ceci en m'invitant, à toute force, à croire en mon Destin ... En faisant de moi l'héritier "naturel" de la couronne d'Orcanie, puisque Gauvain semblait insensible à l'attrait du pouvoir, et qu'Agravain, lui, sombrait dans le mysticisme le plus rigoureux . Pour Morgause il n'y avait guère de doute : je devais régner, un jour, sur ces terres ! Même si, au regard du mépris que me vouait toujours mon père, cette éventualité me paraissait bien illusoire .

Comment ne pas dès lors comprendre l'état d'esprit qui fut le mien lorsqu'il s'est agit de choisir entre mon père exécré et ma si aimante et bien aimée mère ...

J'avais 17 ans cette année là, en l'an 506, lorsque mon existence bascula et avec celle ci, le destin de tout un royaume .

Gauvain et moi même assistions notre père durant une campagne militaire menée contre des hordes de brigands particulièrement retors, à la frontière du royaume, tout près de la Cornouailles, lorsque celui ci fut alerté par l'un de ses espions ... Selon lui, sa femme, rongée par la haine et le ressentiment à son endroit, complotait contre lui et s'apprêtait a mettre de sombres projets a exécution ... Aidée en cela par ses conseillers et confidents . Loth, fou de rage, confia son armée au sir Talbot ( son ami et seigneur de guerre ) et au prince Gauvain, puis rejoignit Warminster, en n'oubliant pas de m'emmener avec lui ... Car j'étais moi aussi plus que suspect, à ses yeux de tyran !

Aussitôt rentré, je fus cloîtré dans mes appartements, alors que Loth ne tarda guère a frapper les prétendus félons : les conseillers de Morgause lui étant le plus hostiles furent mis aux cachots, voir exécutés ... Pourtant les deux confidents les plus proches de la reyne se trouvèrent étrangement épargnés : Amone Berem ( être insignifiant selon Loth ) et le sir Kadoudal, que le roy respectait, malgré tout . La vipère ( surnom que lui donnait son époux ), fut, elle, expédiée au couvent, pour une durée indéterminé ...

Le lendemain, Loth fit préparer un grand banquet en l'honneur du représentant d'Arthur en Orcanie . Des festivités aux allures de triomphe : celui remporté sur Morgause et ses partisans ... Le haut roy respirait, tandis que son vassal perdait toute autonomie, véritable .

De plus, mon père m'ordonna de prendre le chemin de Camelot, afin d'y commencer ma formation de chevalier : je parti alors sans attendre, fuyant ainsi le banquet de la honte . Le coeur en miettes ...

Quelques jours plus tard, alors que je m'apprêtais a atteindre le château du haut roy, je recevais une missive de ma mère ( ? ) ... Dans celle ci elle m'informait de la mort de son époux ( tombé, foudroyé ) lors de ce fameux banquet sensé célébrer sa victoire . Et me communiquait quelques instructions a suivre absolument, une fois installé à Camelot ... Elle était sur le chemin du retour et ... Agravain venait d'être couronné roy . En à peine une semaine, une situation plus que défavorable tournait en notre faveur et ... La roue du Destin propulsait Morgause du couvent ... au trône d'Orcanie !
Car, de fait, c'est elle qui régnerait et donc gouvernerait, avec la poigne de fer et l'habilité que tous lui reconnaissait ...

L'an 1 d'un pouvoir purement personnel, qui me sera transmis moins d'un an plus tard .

Pour l'heure je reprenais la route, heureux, fier et triomphant, et surtout, surtout, pourvu d'un nouveau sentiment, exaltant, terrifiant, destructeur, qui ne cessera jamais plus de croître en moi et ... de tout absorber et corrompre : l'arrogance !"


Dernière édition par Mordred d'Orcanie le Dim 17 Mai - 12:18, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://legendofcamelot.forum2jeux.com/portal.htm
Morgause
Reine d'Orcanie
Reine d'Orcanie
avatar

Nombre de messages : 1324
Age : 28
Camp : Orcanie
Classe sociale : Reine d'Orcanie
Terre : Orcanie
Date d'inscription : 09/04/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Reine d'Orcanie

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Mer 11 Mar - 8:17

voilà qui frôle la psychanalyse... mais c'est bien écrite et à mettre en exergue sur le site, à mon avis...
Revenir en haut Aller en bas
Dame Viviane

avatar

Nombre de messages : 15
Age : 29
Camp : Avalon
Classe sociale : grande prêtresse
Terre : Bretagne
Date d'inscription : 11/03/2009

Feuille de personnage
Religion: Païen
Statut Social: Petite noblesse, élève ( maîtresse ? ) de Merlin, puis prêtresse et grande prêtresse d'Avalon

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Mer 11 Mar - 22:32

En effet !

Édifiant ...


Pauvre Momo ! love
Revenir en haut Aller en bas
Uther Pendragon
Roi d'Austrasie
avatar

Nombre de messages : 2961
Age : 26
Camp : Pendragon
Classe sociale : Roi de Bretagne
Terre : Bretagne
Date d'inscription : 24/07/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Roi de Bretagne

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Jeu 12 Mar - 13:05

Au secourS une sorcière!

*Se cache dans les jupons de sa femme^^*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Mordred d'Orcanie
Membre fondateur/administrateur en chef
avatar

Nombre de messages : 5040
Age : 1529
Camp : Orcanie!
Classe sociale : Tyran d'Orcanie et Dieu ( démon ? ) vivant !
Terre : l'enfer sur terre !
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Noblesse et Dieu incarné !

MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   Lun 16 Mar - 3:19

Acte 2, scène une

Querelles intestines





Le manoir de Mordred en Bretagne

Mordred, un sergent, Morgane, Morgause, des soldats, des suivantes, des pages

Le prince d'Orcanie arrive en son manoir : Morgane est déjà là mais n'est pas venue accueillir son neveu ... Le convoi de Morgause ne tarde pas a survenir peu après, mais la prêtresse ne daigne toujours point se montrer : colère de Mordred qui assigne sa tante ... dans ses appartements . Un bien étrange "bras de fer" s'engage alors .


*Mordred met pied à terre et un sergent s'adresse à lui*


Sergent :

Bienvenue votre altesse ! Nous sommes tous, ici, honorés par votre présence !

Nous vous prions de croire en notre loyauté, nous attendons vos ordres et sentences !

Mordred

Épargnez moi vos flatteries sergent et dites moi plutôt ou en sont les préparatifs,

Nous nous devons d'accueillir dignement la reyne Morgause ma mère, *espèce de sous fifre*

La duchesse dame Morgane doit être déjà présente si je ne m'abuse,

Mais ... Ou reste t-elle tudieu ? Que fait elle ? Mais réponds triple buse !

Sergent

Nous sommes prêts a recevoir comme il se doit la reyne, mais pour ce qui est de la duchesse ...

La dame Morgane est en effet ici depuis ce matin même, mais ... votre Altesse ...

Mordred

Mais ? ... Refuse de venir m'accueillir et même ... rendre hommage à ma mère !

Ah ! L'abominable vouivre !! Je saurai la mater moi, cette harpie, cette mégère !!

Montez la voir et dites lui de descendre sans rechigner ! Dans son intérêt !

Si elle refuse, pour une raison ou une autre : qu'on la confine dans sa chambrée !

*Le sergent s'incline et disparaît, laissant le prince à ses accès d'énervement*

Mordred

Sorcière du diable ! Quand bien même devrais je la traîner par la chevelure,

Elle rendra, dès ce soir, un hommage digne de Morgause, digne de sa stature !

*Tandis que Mordred vitupère tout haut en effectuant les cents pas, Morgane, à l'étage, se délecte du spectacle qui s'offre à elle*

Morgane

Mordred, jeune prince, petit tyran ... Je te ferai "bouillir", mon cher et beau neveu,

Afin que tu saches qui je suis : non un pion, mais une pièce maîtresse, par mes dieux !

*Un soldat accourt et se plante devant son maître*

Soldat

Votre altesse ! Un cavalier vient d'arriver : le convoi de la reyne sera bientôt ici !

Sur le chemin du manoir rien ne les a retardé, durant le trajet, rien depuis l'Orcanie .

*Mordred acquiesce, l'air sombre, puis va rejoindre la petite troupe occupée a se positionner en prévision de l'arrivée imminente de Morgause*
Revenir en haut Aller en bas
http://legendofcamelot.forum2jeux.com/portal.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: * Mordred le tyran ! *   

Revenir en haut Aller en bas
 
* Mordred le tyran ! *
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» La fuite du tyran
» Les mémoires d'un tyran
» Pourquoi Napoleon 1er est considéré comme un tyran ?
» Mordred L. Melkor, le nouveau nom de la mort vivant à vos coté...[terminer]
» LAUREN-ROSE ? l'amour est un tyran qui n'épargne personne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: † Hors-jeu † :: Personnages :: Archives-
Sauter vers: