Venez festoyer, guerroyer ou ... comploter en Orcanie !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chambre des Souverains: Mordred et Ophélia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amaryllis

avatar

Nombre de messages : 1847
Age : 27
Camp : Son clan
Classe sociale : Noblesse
Terre : Irlande (Dal Riada)
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Fille d'un chef scots

MessageSujet: Chambre des Souverains: Mordred et Ophélia   Lun 28 Avr - 16:35

Quel rêve étrange…

Ophélia, encore boulversée par ses songes nocturnes, se tourna sur le côté et constata avec effroi que Mordred avait dormi à ses côtés cette nuit-là… et il sommeillait encore. S’était-il couché longtemps après le soleil pour dormir encore, alors que celui-ci était déjà bien haut dans le ciel? Avait-il observé la danse des flammes, comme toutes ces autres nuits, alors qu’ils campaient dans la nature, faute de ne pouvoir revenir au château pendant quelques jours?
Son visage était dirigé vers la cheminé… et il avait pleuré. Ses joues étaient encore humides de ses larmes. Peut-être avait-il fermé l’œil peu après que le feu se soit éteint?
La reine ne put s’empêcher d’observer ce visage qu’elle n’avait pas vu depuis plusieurs mois. Il avait changé… ou peut-être était-ce les soucis et l’épuisement qui avaient modifiés son apparence? Le duvet qu’elle avait autrefois caressé avait été remplacé par une barbe naissante… brune et rousse, tout dépendamment de l’endroit où elle poussait. Des cernes se creusaient sous ses yeux, rivières où mers où se logeaient ses craintes. Ses traits avaient également changés… comme s’ils avaient prit de la maturité. L’homme qui les portaient en avait-il fait de même?
Qui aurait pu s’attendrir devant un homme? Ophélia n’aurait eu aucune difficulté avec un enfant… mais pas avec un homme! Tout deux avaient vieillis… tout deux s’étaient aimés. Et maintenant? Que subsistait-il de leur amour? Le temps les avait éloignés… les devoirs aussi. Cela les avait poussés dans les bras d’autres gens, d’autres croyances, d’autres chemins… Eux qui s’étaient connus dans les moindres détails étaient désormais devenus des étrangers… Et Mordred retenait celle qu’il avait aimée prisonnière dans ce château alors qu’elle tentait de le fuir…
La femme qu’était devenue la comtesse d’Aurey ne put s’empêcher d’enlacer son amant, passant un bras par-dessus-lui, sur sa poitrine et le serra contre elle. Leurs corps chaud, collé l’un contre l’autre, lui rappela ces bons matins qu’ils avaient partagés, avant que ne viennent leurs servantes respectifs pour la première toilette du matin.
Elle s’en trouva tout aussi bien qu’autrefois… et cette mélancolie lui remplit les yeux d’une amère mer. Sa gorge se noua, la laissant sans voix. Ses lèvres, mues par un magnétisme douloureux, se posèrent sur la peau du roy, à la naissance de son cou.
- J’ai étrangement rêvé, cette nuit, mon doulx ami… Je l’ai pris, à un moment, pour réalité. Et j’en étais terrifié.
Je me tenais debout sur le mur d’un rempart, sur l’unique façade d’un château que je devais défendre des envahisseurs… mais le vent, couleur d’eau, me giflait avec une telle violence que je ne pouvais me défendre de créatures et de soldats inexistants et devait trouver un parfait équilibre pour ne pas tomber…
Le sable m’entourait… et il faisait si chaud que rien ne pouvait prendre vie. Il n’y avait pas même de cactus… Rien…
En Avalon, on dit que chaque rêve dont on se souvient signifie quelque chose. Croyez-vous en cela?

Mais nulle réponse ne lui vint… Si Mordred dormait encore, celui-ci demeurait silencieux.

- J’ai beaucoup réfléchit, tant avant de vous quitter qu’après mon départ. J’ai été égoïste d’avoir cru que vous me trahissiez… et de vous en vouloir. Je ne réalisais pas encore pleinement que nous avions évolué dans deux sphères en tout point opposées et que cela allait nous séparer… à jamais.
J’ai longtemps cru en Dieu, bien que ma mère m’ait montré quelques tours de sorcellerie, qu’elle-même avait appris de sa mère… Mais vous m’avez éloigné de vous, en croyant bien faire. Ce qu’il devait arriver est arrivé… le bien a été fait, mais peut-être n’était-ce pas celui auquel nous nous attendions?!
Avalon et ses croyances ont eu raisons sur moi.
Le Dieu Chrétien et ses prêtres qui vous empêchent de penser par vous-mêmes vous ont convaincu qu’Il était le Seul et l’Unique en ce monde… ils ont fait de vous leurs marionnettes de pailles. Vous êtes à leur merci…

Ophélia rapprocha ses lèvres de l’oreille de Mordred et mordilla son lobe blanc avec affection.

- … en sommes-nous surpris? , poursuivit-elle en murmurant, toujours si près de l’oreille de son époux. Vous avez toujours été sous l’emprise de votre mère. Maintenant que la maladie ronge son corps, peu à peu, il n’y a plus personne pour vous guider. Mais pourquoi ne seriez-vous pas votre propre guide, mon amour? Pourquoi ne pas rejeter ces prêtres maudits qui profitent pleinement de vous, de votre confiance, de votre bonté et de votre hospitalité? Brûlez-les comme ils ont brûlés votre peuple… détruisez-les comme ils vous ont détruit… Chassez-les de nos terres pour qu’enfin notre royaume puisse connaître la paix et la réunification.
Laissons à chacun le droit de croire ce en quoi il souhaite croire… Gardez-moi à vos côtés… Ne me perdez pas… Ne me laissez pas prendre un navire et retourner en Avalon. Faites de ces terres un deuxième sanctuaire pour les païens… Et peut-être Vivianne consentira t’elle à nous rendre notre fils, votre héritier… Elle n’aura plus à craindre pour l’avenir de l’Orcanie… et dirigera son courroux contre votre oncle, le Haut Roy de Bretagnes?

Ophélia déposa un nouveau baiser sur le cou de son époux, en quête d’une réponse.

- J’ai peur, Mordred… Si peur… Qu’adviendra-t-il de moi lorsque vos prêtres apprendront que l’épouse du roy est l’une de ces femmes qu’ils disent issues du diable? Que diront-ils de nos enfants? Croiront-ils qu’ils ont été conçus dans le pêché? Les tueront-ils, eux aussi, comme tous ces bâtards qui naissent… et que l’ont croient issues de l’union des fées et de leur vilaine divinité?!
Je ne pourrai demeurer s’ils restent ici, dans notre demeure… sur nos terres. Je repartirai en Avalon avec Margot, qui veille si gentiment sur moi. Et si vous refusez… si vous m’empêchez de vous quitter… Votre vie n’aura jamais été un tel enfer…
Que choisissez-vous, mon doulx trésor?
Revenir en haut Aller en bas
Mordred d'Orcanie
Membre fondateur/administrateur en chef
avatar

Nombre de messages : 5040
Age : 1529
Camp : Orcanie!
Classe sociale : Tyran d'Orcanie et Dieu ( démon ? ) vivant !
Terre : l'enfer sur terre !
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Noblesse et Dieu incarné !

MessageSujet: Re: Chambre des Souverains: Mordred et Ophélia   Mar 29 Avr - 7:31

Il va sans dire, les douces caresses, les tendres baisers et les marques d'affection qu'Ophélia prodigua à son terrible époux ne manquèrent pas de l'enchanter, tandis qu'il émergeait d'un sommeil profond et sans rêve ... Mordred ouvrit les yeux et contempla sa reine sans dire un mot, se laissant dorloter avec une incroyable délectation, écoutant les paroles de sa moitié sans ciller ... Pourtant, les propos d'Ophélia le troublèrent et même l'irritèrent : certes Morgause et Florin avaient peut être par trop tendance a influer sur la politique d'Orcanie, mais tout souverain avait besoin d'être conseillé avant d'agir et de décider, seul ... De plus, Mordred avait l'impression d'avoir maintenu un certain équilibre entre le respect qu'il devait aux anciennes croyances et l'intérêt que suscitait en lui la puissance en devenir qu'était l'Eglise du Christ ... Peut être était il temps, au nom de l'unité du royaume, de recentrer tout les pouvoirs dans les mains des deux souverains et de maintenir les conseillers à leurs juste place ... De même ce seront désormais aux autorités religieuses, quels quelles soient, qui devront se soumettre à la primauté royale et non l'inverse ... Mordred et Ophélia régneront pleinement, côte à côte, pourvus des mêmes droits et obligations ... Chacun d'eux se fera le représentant des deux croyances d'Orcanie et ensemble, ils tâcheront de symboliser l'union de tout un peuple, pleinement réconcilié ... Et si Ophélia souhaitait que leurs enfants soient élevés dans la religion d'Avalon et bien soit, mais tout en sachant que ceux ci devront, un jour, être unis à des épouses chrétiennes, toujours dans le soucis de conserver cet équilibre, fragile, entre les tenants des anciennes croyances et les fidèles chrétiens ... Équilibre précaire sensé favoriser la paix et l'harmonie au sein du royaume ... Car si Mordred ne peut continuer a se mettre à dos Avalon, il ne pouvait non plus négliger le soutien de l'Eglise ... Quadrature du cercle dont était lui aussi confronté son oncle le haut roy ... Mais si, lui, son neveu, arrivait a établir cette délicate harmonie, l'Orcanie servirait alors d'exemple et son roy pourrait légitimement, le jour venu, revendiquer le trône de Bretagne ...

Tandis que Mordred mûrissait sa réponse, il n'avait cessé de caresser la délicate chevelure d'Ophélia ... Il la considéra en souriant puis se décida a lui exposer le fond de sa pensée ...



Vous êtes la Reine, Ophélia, vous n'avez rien à craindre et rien ni personne ne pourra nous séparer !

Désormais nous régnerons pleinement et totalement, ensemble et avant tout dans l'intérêt du royaume !

Vous pourrez afficher vos croyances, mais comprenez qu'ayant été baptisé, je ne puis renier ma foi !

Tout les croyants seront respectés à la condition de jurer fidélité à la couronne et au royaume !

J'ai pour devoir de faire régner l'harmonie en ces terres et non d'opposer mes sujets entre eux !

Et en cela vous pouvez m'aider et m'assister très chère !

Nous devons favoriser la paix et non attiser les rancoeurs !

L'unité du royaume en dépends et ainsi, l'avenir de nos enfants ...


Conclue t-il, avant d'embrasser sa douce amie ...

Bien sûr, il omit d'évoquer Avalon, sujet encore tabou pour le tyran, et espérait qu'Ophélia n'insisterait pas sur ce point ... Ici, le loup d'Orcanie se berçait d'illusions ...
Revenir en haut Aller en bas
http://legendofcamelot.forum2jeux.com/portal.htm
Amaryllis

avatar

Nombre de messages : 1847
Age : 27
Camp : Son clan
Classe sociale : Noblesse
Terre : Irlande (Dal Riada)
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Fille d'un chef scots

MessageSujet: Re: Chambre des Souverains: Mordred et Ophélia   Jeu 1 Mai - 13:00

Au premier contact du roy, les iris de l'Émeraude de Warminster disparurèrent derrière ses blanches paupières. Elle se laissa cajôler, emporté par la douceur (et la sincérité) de sa caresse.

Vous êtes la Reine, Ophélia, vous n'avez rien à craindre et rien ni personne ne pourra nous séparer !

Et pourtant, elle le craignait, en effet... Elle apréhendait déjà le retour de l'évêque, Nicolas Florin. Celui-ci avait disparut avant son arrivé... Où il était, elle n'en avait pas la moindre idée... Aucune rumeur à ce sujet n'était parvenue à ses oreilles, et elle s'était bien gardé de questionner quiconque sur cela! La reine craignait l'évêque...

Désormais nous régnerons pleinement et totalement, ensemble et avant tout dans l'intérêt du royaume !

Voilà bien tout ce qu'elle avait toujours souhaité. La raison était-elle revenue au tyran? Ou peut-être qu'une passade?

Vous pourrez afficher vos croyances, mais comprenez qu'ayant été baptisé, je ne puis renier ma foi !

Tout les croyants seront respectés à la condition de jurer fidélité à la couronne et au royaume !

Elle l'avait été, elle aussi... et pourtant, rien ne l'avait empêché de
préférer les croyances d'Avalon! Libre à chacun de croire ce qu'il
souhaitait! Aucun Dieu, ni aucune Déesse ne pouvait faire tomber la
foudre sur un individu!
Mais elle comprenait... et elle le lui pardonnait.

J'ai pour devoir de faire régner l'harmonie en ces terres et non d'opposer mes sujets entre eux !

Et en cela vous pouvez m'aider et m'assister très chère !

Nous devons favoriser la paix et non attiser les rancoeurs !

L'unité du royaume en dépends et ainsi, l'avenir de nos enfants ...


Certes! Voilà un beau discours! Et une résolution de fer! Ophélia était profondément touché par cette dévotion nouvelle ( ou qu'elle n'avait jamais perçu chez son époux ).

Ils échangèrent un long baiser, débordant de promesses. Ne subsistait plus, de ce long périple, que la jambe de la reine...
Il se retrouvait (enfin!)...

- Qu'il en soit ainsi... dit-elle simplement en posant sa tête sur l'épaule du roy. J'écrirai à la Dame du Lac pour lui annonçer votre décision... dès que vous aurez éloigner vos prêtres et repris le total contrôle sur l'Orcanie. En espèrant que celle-ci consente à nous rendre notre fils...
Revenir en haut Aller en bas
Mordred d'Orcanie
Membre fondateur/administrateur en chef
avatar

Nombre de messages : 5040
Age : 1529
Camp : Orcanie!
Classe sociale : Tyran d'Orcanie et Dieu ( démon ? ) vivant !
Terre : l'enfer sur terre !
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Noblesse et Dieu incarné !

MessageSujet: Re: Chambre des Souverains: Mordred et Ophélia   Ven 16 Mai - 16:52

Mordred se défaisit assez brusquement de la douce étreinte de sa mie, pour ensuite s'allonger paresseusement sur le dos, ses deux mains soutenant sa royale tête ... Puis il rétorqua, mi ironique, mi agacé :

Quant à moi, j'ose espérer que l'auguste dame du lac aura la lucidité de désavouer les méthodes de brigands de ses prêtresses ! Et évidemment, avant tout, en mettant fin à cette injustice, qui retient notre enfant loin de nous !

Qu'on se le dise : le tyran n'était pas disposé a oublier de sitôt cet épisode plutôt désagréable ... Il ferma les yeux, soupira bruyamment et ajouta, avec nonchalance :

Pour l'heure nous devons tout deux nous préparer aux audiences d'aujourd'hui ... J'ai ouï dire que moult nobles invités étaient récemment arrivés à Warminster ! Nous nous devons de les recevoir dignement et de leur faire le meilleur accueil !

Ainsi soit il : dorénavant les époux royaux régneront et gouverneront ensemble et devront assumer, de concert, leurs responsabilités ...
Revenir en haut Aller en bas
http://legendofcamelot.forum2jeux.com/portal.htm
Amaryllis

avatar

Nombre de messages : 1847
Age : 27
Camp : Son clan
Classe sociale : Noblesse
Terre : Irlande (Dal Riada)
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Fille d'un chef scots

MessageSujet: Re: Chambre des Souverains: Mordred et Ophélia   Sam 17 Mai - 14:00

Canon for three violins and cello - Bach

Ophélia fut brusquée... et blessée par le comportement sauvage de son époux. Pourquoi se défaisait-il de leur douce étreinte? Elle lui pardonnait son écartade... et voilà comment il la remerciait!

- Qu'il en soit selon vos désirs! souffla t'elle sèchement.

La reine fit appeler ses dames, afin de s'apprêter pour reçevoir ses invités. On l'aida à se relever et, ne pouvant marcher, s'appuya sur ses femmes de chambre pour se rendre l'autre côté d'un voile, diaphane, pour changer ses habits de nuit contre une ravissante robe d'apparat.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chambre des Souverains: Mordred et Ophélia   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chambre des Souverains: Mordred et Ophélia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un pot de Chambre, signé Jean Erich René
» Chambre des députés / Fin de Mandat / « Qu’ils partent », soutiennent la société
» Démission de la vice présidente de la Chambre de commerce
» La Chambre Basse veut voler au secours de la population et renvoyer Alexis
» A PLATEFORME ALTERNATIVE SEMBLE EMPÊCHER L'INITE DE CONTROLER LA CHAMBRE BASSE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: † Hors-jeu † :: Archives-
Sauter vers: