Venez festoyer, guerroyer ou ... comploter en Orcanie !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'histoire de Morgause

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mordred d'Orcanie
Membre fondateur/administrateur en chef
avatar

Nombre de messages : 5040
Age : 1529
Camp : Orcanie!
Classe sociale : Tyran d'Orcanie et Dieu ( démon ? ) vivant !
Terre : l'enfer sur terre !
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Noblesse et Dieu incarné !

MessageSujet: L'histoire de Morgause   Mer 11 Déc - 22:15

Morgause, acte un, la déchirure.
**An de grâce 480...

Sur l'île de Bretagne, ou règne le haut roy Uther pendragon.
Souverain brave et vaillant, mais aussi brutal qu'emporté...
Qui vient de défaire son vassal récalcitrant le sir Gorlois, duc de Cornouailles.
Car, prenant prétexte de son indocilité à son égard, qu'il qualifiait de félonie ouverte, le bouillant Uther avait envahit le domaine de son voisin...
Après un long siège, devant Tintagel, l'armée royale écrasa les troupes de Gorlois, qui tentaient une sortie audacieuse, et s'empara de la cité, prétendument imprenable.
Mais alors que ses hommes affrontaient les braves soldats de Cornouailles...Et que Gorlois perdait la vie... Uther ordonnait à son conseiller, le mage Merlin, de lui permettre d'accéder sans encombres au château du duc.Afin, in fine, de pouvoir retrouver la très belle (et fière) duchesse Ygerne (ou Ygraine), dans ses appartements.
La duchesse : ou la véritable et obscure raison du conflit entre le roy et son vassal!
Objet du désir et obsession de l'inconstant sir Uther...
Qui, sous l'apparence de son rival put accéder à la chambre d'Ygerne, et..."abuser" la noble dame.
Plusieurs semaines plus tard, nous retrouvons la fille aînée de feu le duc, toujours inconsolable, meurtrie par la douleur, et, déjà, ravagée par la plus puissante des haine, inexpiable...
A genoux devant la dépouille de son père, encore "exposé" en la chapelle du palais.
Pleurant toutes les larmes amères de son corps frêle, mais se jurant bien, une fois le deuil accomplis, d'affermir son coeur encore "fragile" afin...de perpétrer, un jour, sa juste et terrible vengeance...
Morgause de Cornouailles, rappelée d'Avalon, à l'aube de ses onze printemps, et désormais convertie à la foi du Christ...*(alors que sa soeur cadette, Morgane, demeurait sur l'île sacrée, afin de devenir apprentie prêtresse).*
Prie en silence, à genoux, aux pieds du cercueil de Gorlois, un chapelet dans ses mains jointes...
Elle prie...en son fort intérieur, son être le plus profond, de cesser de saigner, de s'endurcir, et enfin, de forger la ferme volonté, la froide détermination, qui lui permettront, le moment venu, de se faire justice.
Des cloches se mettent à sonner...**

Morgause

Ô mon cher et noble père! que ton esprit ne s'attarde point en ce lieu, désormais, maudit...
Ou cette ombre d'âme humaine, ce roy félon, hante le siège de ton pouvoir évanouit.
Et toi mon coeur, vide toi de ce fluide inutile, et emplis toi plutôt de la lave vengeresse...
qui envahit, peu à peu, mon corps gracile en ébullition, faisant de moi une farouche déesse!
Celle qui dut être la divinité de la compassion et du pardon, sera alors celle de la haine et de la dissimulation!
Afin d'endormir le vil serpent en le flattant d'une main habile, avant de l'étrangler de l'autre, à la moindre occasion!
Ô mon esprit encore vierge de toute vile pensée! permet moi de tromper l'ennemi tant honnie!
Et toi mon âme sans tâche! soit le réceptacle et la matrice de ma sourde mais cruelle envie!
Ô Dieu! ou...ton contraire! *elle se signe* fais de moi l'instrument docile et implacable, sans pitié, meurtrier...
De ton indicible colère, de ton divin courroux ou...de ta maléfique revanche sur Uther le roy damné!

**entre Ygerne**

Ygerne

Morgause...toujours à veiller notre pauvre et très cher Gorlois.
alors que vous tardez, encore, à plier le genoux devant notre roy!

Morgause

Ma mère...il me fallait bien prier votre époux défunt, pendant que vous prépariez vos noces futures.
avec notre vainqueur, votre conquérant et souverain...de ce deuil, sacré, je ne puis en avoir cure!

Ygerne

Ma fille, ma chère petite! ta tristesse est la mienne! mais je me dois, aussi, de songer à l'avenir!
qui prend forme...en mon sein, à l'image de cet être divin, ton frère...si de Merlin il faut croire les dires.

Morgause

Alors que ce prochain jour béni efface la triste réalité présente! et illumine mon âme torturée...
Afin que la joie et la gaieté rejaillissent de nouveau dans ce lieux noir et lugubre qu'est désormais ma psyché.
*Ma langue est une vile traîtresse infâme, et indigne de mon (fort) esprit détruit...qui ne cesse de se modifier.
je l'arracherais moi même, si je n'eus besoin de cette félonne pour tromper et corrompre, au nom...de ma destinée!*

**Ygerne s'agenouille, à son tour, et rejoint sa fille dans ses muettes "prières"**
Revenir en haut Aller en bas
http://legendofcamelot.forum2jeux.com/portal.htm
sir Kadoudal
Conseiller Royal et Membre du Haut Conseil de la Couronne
avatar

Nombre de messages : 790
Age : 24
Camp : Orcanie!
Classe sociale : Noble
Terre : Celle de son roy et maître
Date d'inscription : 25/03/2008

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Conseiller royal

MessageSujet: Re: L'histoire de Morgause   Mer 11 Déc - 22:45

Morgause, acte deux, la rencontre.
**Hiver 484...

La cour d'Uther s'est établie à Tintagel. Bientôt, le haut roy partira, de nouveau, en campagne contre les envahisseurs saxons, qui ne cessent de gagner du terrain, depuis les côtes Est de l'île...
Mais avant, et pour ce faire, le souverain doit renforcer et récompenser la loyauté de ses plus fidèles vassaux. Dont le roy Loth d'Orcanie, un vaillant guerrier, à qui Uther a décidé d'offrir la main de sa "fille" Morgause.
Celle ci étant l'aînée des deux soeurs, et Morgane se trouvant, déjà, en Avalon.
Convoquée par le haut souverain, la jeune et fière Morgause ne peut que s'incliner et accepter son destin...
Elle ressort de cet entretien humiliée, bouleversée, mais plus déterminée, que jamais, à faire "payer" le tyran le moment venu.
Elle n'a que quinze ans, mais son corps, voluptueux, est déjà celui d'une femme belle et épanouie...
Sa dignité naturelle impose le respect, sa grande beauté sidère et émeut...
Sa chevelure, flamboyante, incandescente, brûlante...embrase tout sur son chemin.
Son regard impérieux et fixe, foudroie ou ensorcelle, mais ne laisse jamais indifférent...
Sur son passage tous s'incline ou s'écarte.
En mouvement, c'est une amazone en campagne...
A l'arrêt, un félin prêt à l'assaut.
Loth est déjà assuré de...pénétrer la "forteresse Morgause"...
Mais jamais il ne parviendra à la conquérir, réellement.
Si elle s'offre à quelqu'un...elle le fera de sa propre initiative...à celui qui l'aura mérité, le plus.
Ce jour là, le destin est, décidément, en marche...
Dans le grand escalier reliant la salle du trône aux appartements royaux...
Morgause croise la route d'un jeune homme aux allures de chevalier errant.
A l'endroit le plus étroit du passage, les deux corps se rencontrent, s'effleurent...
La ferme et opulente poitrine de la princesse entre en contact avec le torse musculeux de l'inconnu.
Le bougre en rougit presque, la demoiselle, elle, s'en amuse et considère, sans vergogne le beau sir...
Le sir Geoffroy de Kadoudal, jeune chevalier, de seize ans à peine, servant dans la cavalerie royale.**

Kadoudal

Ma dame...Altesse...je suis confus, veuillez excuser...le rustre soldat, que je suis.
La maladresse et le hasard, seuls, m'ont contraint à ce mouvement...j'en suis fort...mari.

Morgause

Allons! noble guerrier...vos humbles excuses ne sont point celles d'un soudard ivrogne et intéressé...
Mais bien d'un homme prévenant et sans doute...très brave! de votre bonne foi, je ne puis me méfier.

Kadoudal

Altesse...je suis plus qu'honoré de vous rencontrez. comme je le suis de servir le très haut roy!
Je ne puis que respecter la "fille" du glorieux Uther...qui soumis, de hautes luttes, Albion à ses lois!

Morgause

Que de verve dans votre ferveur! insufflé par de courageux poumons...et résonnant dans un torse si...puissant!
*léger sourire"

Si vos gestes sont aussi forts et convaincants que vos mots...messire...vous êtes le guerrier de l'ost le plus méritant!

**Le divin sourire de la belle n'en finit plus de s'élargir, et Kadoudal incline la tête en signe de remerciement...ses yeux se mettent donc à fixer..."l'objet" de "l'incident"...puis remontent aussi vite, pour croiser le perçant regard de Morgause...
Qui se rapproche du messire...imperceptiblement.**

Kadoudal

Je sers vaillamment la couronne bretonne! voilà mon seul mérite...et mon insigne fierté!
La famille royale toute entière est ma "maîtresse"! je combat pour elle, c'est mon devoir sacré!

Morgause

Vous m'impressionnez...messire...et tout ce qui m'impressionne, sachez le, me séduit...
Fier, vaillant, volontaire...que tous les hommes du roy ne soient point comme vous? mon...ami.

Kadoudal

Le seigneur Loth...n'a point d'égal au combat! vous devez être heureuse et impatiente de le rencontrer!
C'est un guerrier puissant et un souverain magnanime! il vous plaira, j'en suis plus que persuadé...

Morgause

Ah! si seulement je le connaissais déjà...car, comment apprécier, par avance, un si "parfait" inconnu?
Mais peut être, messire...pourriez vous combler mon ignorance...lors d'une visite...impromptue?!

Kadoudal

Je serai fier et honoré, très heureux...de vous servir, altesse! de cette façon, comme...d'une toute autre.
Je me tiens donc à votre entière disposition...fidèle soldat que je suis. votre dévoué et très obligé...hôte.

Morgause

J'en suis alors ravie! il me fera un réel plaisir d'ouïr, de nouveau, votre voix si...prenante.
Ne faites point attendre davantage notre roy...à tantôt, messire, que très courte soit...cette attente.

**La princesse donne sa main à baiser, puis le chevalier rejoint les appartements d'Uther...
Le soir même, la veille de l'arrivée du sir Loth au château...
Kadoudal rejoint Morgause dans sa chambre et les deux...ne tardent guère à "s'aimer"...passionnément, ardemment, follement.
Durant de très longues et chaudes heures...qui devaient rester graver, fort longtemps, en la mémoire des désormais amants.**

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Loth d'Orcanie

avatar

Nombre de messages : 39
Age : 40
Camp : Orcanie
Classe sociale : Noblesse/Royauté
Terre : La sienne...
Date d'inscription : 04/12/2009

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Roi

MessageSujet: Re: L'histoire de Morgause   Jeu 12 Déc - 0:15

Morgause, acte trois, les amants

**Par l'entremise du roy Uther, Morgause parvint à convaincre son futur époux, Loth d'Orcanie, que le sir Kadoudal pourrait s'avérer être un élément très prometteur, pour son armée, encore fort réduite...
Aussi, le jeune chevalier est il lui aussi du voyage, lorsque le désormais couple royal pris le chemin de Warminster, cité capitale du royaume, en pleine expansion.
Avant même les noces, Morgause avait apprît à mépriser le sir Loth, homme aussi arrogant, outrancier que violent...
Les multiples infidélités du roy achevèrent d'édifier la jeune femme sur celui à qui elle devait, pourtant, respect et obéissance.
Kadoudal, très vite devenu un officier fort méritant et en vu, dans la cavalerie royale...semblait le seul réel soutien de la souveraine, esseulée au sein d'une cour hostile et hypocrite...
La plupart du temps délaissée par son ivrogne d'époux...mis à part les nuits ou, comme l'intéressé le proclamait lui même, "le roy était disposé à enfanter"...Morgause ne se privait donc nullement de convoquer son champion en ses appartements, lorsque Loth venait à s'absenter du château...Pour participer à quelques campagnes militaires, parties de chasse, ou autres réunions, à Camelot, autour de la fameuse Table ronde.
Au fil des années, plusieurs pages ou servantes trépassèrent d'une façon brutale et suspecte, pour que ce sulfureux secret ne s'ébruite jamais...
D'autres furent achetés, et d'autres encore...eurent l'honneur de goûter aux plaisirs (suivant leurs sexes) que Morgause, ou Kadoudal ne réservaient qu'à une seule personne, d'ordinaire...
Même si la reyne, mue par une sorte de désir malsain, ne dédaignait point..."acquérir" les anciennes conquêtes de Loth, (par "vengeance" davantage que par goût), qui se trouvait être, très souvent, ses propres suivantes...
Un mépris aussi puissant que réciproque ne tarda guère à s'installer et à s'amplifier entre les deux têtes couronnées...
Si bien que les apparences ne suffisaient point toujours afin que soit dissimulée cette haine sans nom et partagée.
Et ce, malgré la naissance de deux enfants : le prince Gauvain, puis son cadet, Agravain...
Dont Loth était bien décidé à éloigner, au plus vite, de toute influence maternelle.
Fin 488, Morgause apprend qu'elle porte en elle un nouvel héritier...
Le roy séjourne à Camelot, et seul Kadoudal, fidèle parmi les fidèles, se trouve alors aux côtés de la jeune souveraine...
Morose mais déterminée, celle ci entend bien faire de cet enfant à naître...son protégé et...son prince, à elle seule!**

( Sur sa couche, Morgause, étendue près de Kadoudal, sa tête, à la chevelure incandescente, posée contre le torse nu du désormais capitaine de sa garde...Converse avec celui ci, et tout deux se prennent à rêver(?) d'un avenir, et d'une Orcanie...sans Loth. )

Kadoudal

Ah! l'occasion et les moyens nécessaires...et je ferai avec délectation disparaître ce ruffian!
Ce roy sans tenue ni dignité! qui ose vous toucher...pour vous battre ou...pire encore! le mécréant!

Morgause

Apaisez vous mon ami...je suis devenue insensible à...tout les "coups" de cet époux si fanfaron.
Nous devrons être patients...Loth ne contente plus son peuple, comme il n'a jamais satisfait sa reyne...
Mais est encore soutenu par les vieux dignitaires du royaume, et surtout protégé, et aidé par le Pendragon!

Kadoudal

Attendre...que l'ignoble corruption de cette cour de pourceaux ne les infectent eux même et ne les perdent enfin!
Avant de pouvoir porter le coup fatal à ce chien de Loth, et faire s'écrouler ses rêves de gloire! et faire cesser votre cauchemar sans fin!

Morgause

Vous serez les bras de cette revanche, comme j'en serai...l'esprit.
Mais il nous faudra également, et surtout...un nouveau roy! mon bel ami.
Cet enfant, cet ange vengeur, que je porte en moi! sera notre champion, je vous le dit!

Kadoudal

Sa succession assurée, avec votre aîné et son cadet...Loth vous confiera votre enfant, sans rechigner!
Et alors! enfantez un nouveau mâle, un loup, un prédateur! dans ce sens, vous l'éduquerez.

Morgause

Je l'éduquerai, le couvrirai d'affection, alimenterai son ambition...à notre cause il sera convertis!
Alors vous le formerez aux armes et au combat...vous en ferez un conquérant et...notre messie!

Kadoudal

Oui! ô ma reyne...je vous aime, vous admire, vous vénère! un tel génie, dans un corps si...parfait.
Loth ne se doute point, le sot, quelle ennemie il ignore en vous! il le saura, un jour, ce paltoquet!

Morgause

Et en ce si beau et glorieux jour, mon aimé...vous essuierez votre sainte lame sur le manteau flétrie du tyran!
Tandis que je présenterai mon fils, mon César...au bon peuple d'Orcanie! qui verra en lui son espoir...le plus grand.

**Les deux amants s'embrassent, s'enlacent, puis...s'abandonnent, l'un à l'autre, dans une terrible et violente étreinte passionnée...
Enflammée, désespérée...
Énième union-fusion d'une alliance (qu'ils espèrent) féconde.**
Revenir en haut Aller en bas
sir Kadoudal
Conseiller Royal et Membre du Haut Conseil de la Couronne
avatar

Nombre de messages : 790
Age : 24
Camp : Orcanie!
Classe sociale : Noble
Terre : Celle de son roy et maître
Date d'inscription : 25/03/2008

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Conseiller royal

MessageSujet: Re: L'histoire de Morgause   Jeu 12 Déc - 0:51

Morgause, acte quatre, naissance du tyran

**Dans la nuit du 12 au 13 juin, de l'an de grâce 489...après plusieurs semaines de douleurs lancinantes...La reyne d'Orcanie va être délivrée de ses souffrances inouïes.
A ses côtés médecins et servantes s'affairent...
Et Kadoudal veille la femme qu'il vénère, du regard, non loin de la couche royale.
Le roy Loth, lui, n'en a cure...
Il a festoyé toute la nuit, en "l'honneur" de l'enfant à naître, puis...a été rejoindre ses maîtresses, du moment, en ville.
Le reste de la cour, elle, retient son souffle, prie ou espère...une issue heureuse, ou l'inverse, selon les allégeances, les positionnements des uns et des autres.
Alors que Morgause pousse les premiers cris annonciateurs de sa libération, ou de son trépas...
Un éclair déchire le ciel tourmenté de cette nuit sans lune...
Et un puissant orage éclate soudain, dont le fracas, pourtant tonitruant, peine à couvrir complètement les râles de la reyne.
Un combat, une lutte sans merci s'engage, entre celle que l'on nomme, déjà, la louve d'Orcanie, et le Destin, ou...vieille femme la Mort!
Telle une amazone farouche elle se battrait, croiserait le fer et l'emporterait, afin que le fruit de ses entrailles ne lui soit point ravit...
Son enfant, son bien, son fils, elle n'en doutait pas un instant...
Naîtrait et elle le chérirait...
Son prince, son futur souverain, son Dieu! ( ndla : là, je me fait plaisir! :p)
La lionne de Tintagel :p est fiévreuse, presque à l'agonie, semble t-il et déjà, elle commence à "délirer". **

Morgause

*Ô Dieux tout puissant! donnez moi la force de surmonter cette épreuve, celle de ma vie!
Repoussez les démons des enfers! retenez la faux de la Mort! et venez moi en aide! je vous en prie!

Car je me bat, je combat et j'affronte, seule, le Destin cruel et ses soldats...qui m'entourent et me donnent l'assaut!
Telle une meute de vils charognards! ils veulent m'extirper le trésor que je recèle en mon sein! n'en laisser que les os!

Je leur résisterai! je me défendrai, avec acharnement! je ne plierai pas face à ces monstres hideux et puants!
Avec mes mains, avec mes ongles, je me battrai! avec ma bouche, avec mes dents je les repousserai! ces mécréants!

De ma mâchoire avide de leur sang, je les égorgerai, les ferai périr mille et mille fois, dans la tourmente!
Je ne suis plus femme, mais louve, lionne! et c'est en bête fauve que je préserverai cet être divin, dès sa naissance!

Mon sort m'importe peu! que ces perfides ennemis me transpercent et me démembrent...je m'offre à eux!
Qu'ils me saignent puis me dévorent! je leur crache à la face! je me ris de ces larves, de ces ignobles gueux!

Mon enfant, ma chair (noble) et mon sang (pure), doit être et sera protégé! il naîtra! il vivra! tel un mâle Athéna, sort tout casqué de mon ventre!
Tu seras un guerrier mon fils! un roy! un phoenix! mon ange! mon déjà si adoré...Mordred! ta vie sera un combat et je t'offre ta première victoire!
Mon aimé, mon tendre! ( j'ai trouvé que ça! :p)*

**Alors que tous observent, muets, la reyne se débattre, les traits déformés et les yeux révulsés, telle une damnée aux enfers...
Et que chacun s'attend au pire...pressens le pire.
Morgause pousse un long et terrifiant hurlement (de louve? :p), son cri ultime, avant la réponse, en écho, d'un faible mais vivace vagissement!
Celui du prince Mordred que l'on extirpe, enfin, du sein de sa mère, qui sombre, alors, dans l'inconscience.
Elle et l'enfant vivront, survivront de cette bataille commune, qui s'achève en triomphe, en revanche? sur le Destin, la mort et même...Dieu, lui aussi, s'il s'était "opposé" à cette venue au monde!
Le tonnerre, à l'extérieur, n'est plus qu'un sourd et lointain roulement, qui s'achève, puis meurt...lentement.
Les flots enragés et écumants se sont fracassés sur le rocher Pendragon...
La forteresse Morgause (sic Isabelle/Laura ) venait de l'emporter, de très haute lutte.**

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Mordred d'Orcanie
Membre fondateur/administrateur en chef
avatar

Nombre de messages : 5040
Age : 1529
Camp : Orcanie!
Classe sociale : Tyran d'Orcanie et Dieu ( démon ? ) vivant !
Terre : l'enfer sur terre !
Date d'inscription : 27/03/2007

Feuille de personnage
Religion: Chrétien
Statut Social: Noblesse et Dieu incarné !

MessageSujet: Re: L'histoire de Morgause   Jeu 12 Déc - 1:34

Morgause, acte cinq, le destin d'un prince.

**Pendant que Loth se trouve en campagne, aux quatre coins de la Bretagne, ou fête ses victoires, une fois rentré à Warminster...avec ses hommes (lors de grands banquets)...puis avec ses maîtresses.
Morgause prends sur elle et s'organise...
Tisse très lentement, mais sûrement, sa toile, ou plutôt sa sphère d'influence, "personnelle".
Sans relâche et sans jamais faiblir.
Avec les restes de la fortune de Gorlois, qui fut considérable, ou ses propres fonds, la reyne achète la loyauté et la fidélité de plusieurs conseillers du haut roy...ou même de son époux.
Elle prend langue avec les déçus de la cour, ou les sujets les moins fiables d'Arthur...Complète leur maigre pension, ou, "s'offre" à certains d'entre eux.
Afin d'attiser les tensions entre le vassal et le suzerain...
Afin de constituer une véritable cour parallèle, prête à agir, le moment opportun, à sa demande.
Le très dévoué Kadoudal est la pièce maîtresse de ce dispositif, bientôt tentaculaire, avec ses deniers et ses amitiés...
Le réseau morgausien s'étend très vite à l'extérieur de l'île de Bretagne...
Les comploteurs et leurs alliés nouent des relations avec le roy des Francs, le saint père, et même le Basileus de Byzance...
Promettant, à tous, la fin des relations entre l'Orcanie et Avalon, l'extension de la foi chrétienne, et enfin, le soutien du royaume (en cas de conflits) une fois Loth déposé.
Par opportunisme, par haine de son époux et d'Arthur, et pense t-elle, pour le bien du futur héritier et finalement de l'Orcanie...Morgause prends résolument et ardemment le complet contre pied de la politique d'équilibre de la Bretagne.
Avec conviction, et au nom de ses propres intérêts...
Le trône de Loth ainsi "travaillé" de l'intérieur, et ébréché de l'extérieur, ne manquerait donc pas...de s'écrouler en temps voulut.
Car il faut un royaume, une armée, de l'argent et des alliés, à l'âme du complot, afin de pouvoir, plus tard, nuire à Arthur, puis réduire Camelot la magnifique...
Dans l'attente de ce "grand jour" (grand soir?:p)...
En cette journée fort ensoleillée de juin...le 13 de ce mois, de l'année 499...
Morgause entraîne son tendre fils tant aimé, Mordred, vers le temple de Mélusine, refuge de sa soeur Morgane, lorsque celle ci séjourne en Orcanie.
Havre de paix et de douceur, au sein de l'impénétrable forêt de Warminster, jouxtant le lac sacré ou aurait élue, jadis, domicile la très ambiguë sirène dite...Mélusine.
C'est dans ces lieux empreints de spiritualité et de magie(?), -ou les forces de la nature se dévoilent à qui veut bien les apercevoir...
(Bien loin de la cité capitale royale, ville bruyante et déjà surpeuplée.)
Ou se joue cet épisode crucial. Ce jour du dixième anniversaire du prince favoris de la reyne...
Ou celui ci, Mordred, a rendez vous avec son destin, encore non accomplis...
Les visions et les images, mouvantes, obscures, imprécises d'un avenir incertain et tourmenté...
Que souhaite lui dévoiler Morgane, à la demande de sa soeur aînée.
C'est donc une prêtresse en transe, soumise aux effets d'une drogue inconnue du "profane", la dame d'Avalon et seconde de la fée Viviane...qui accueille son neveu par des paroles bien étranges.
Morgause semble certaine de son fait, mais son fils, sceptique et interloqué, écoute la voix de la prophétesse, interdit.**

Morgane

Ô prince d'Orcanie, écoutes et entends le récit de ton destin, proche et lointain!
L'histoire de ta vie, de ton règne, de tes défaites, de tes succès, de la chute et de ta fin!

Entends et écoutes! comprends et apprends! retiens et souviens toi...méfies toi...rappel toi toujours...avec raison,
De la force du désir des Hommes, du déchaînement des passions, de leur appétit, de leur amour...de la gloire et de la destruction!

Une bataille même gagnée, peut annoncer...la débâcle! la hache alliée devenir, alors, la faux qui te tuera!
Méfie toi de tes faux amis et ne brave point tes supposés ennemis! use de ta fougue ardente à bon escient, mon roy!

L'amour, l'autre nom de la guerre...tu trompera et sera trompé, tu aimera et sera aimé, par les même êtres, parfois,
Mais quand l'insulaire sera passée, et que l'émeraude sera brisée...l'immaculée colombe, bénie de Dieu, t'apparaîtra...

Tu seras trahis, haïe et traqué! mais n'inflige point à autrui, et surtout...à l'ours couronné, ce que d'autre t'aurons réservé! ô mon roy!
La vipère aimante n'en est pas moins néfaste et perfide...il y a d'autre meilleur guide. ne te détruis point comme d'autres le feront...pour toi.

**De plus en plus véhémente, au fil de son propre récit...Morgane finit par se taire, brusquement, puis s'affaisse, dans un siège, pour perdre connaissance...
Morgause se précipite alors vers Mordred, et l'empêche de s'approcher de sa tante...comme pour lui signifier que ce geste bienveillant est inutile...que la prêtresse ne court aucun danger...elle resserre son étreinte sur son fils, aussi sidéré qu'apeuré. et l'embrasse, comme...pour le féliciter, le célébrer, tel un ange, descendu des cieux :**

Morgause

Ô Mordred! mon doux, mon tendre! mon enfant, mon prince, mon Dieu! tu seras roy!
Tu régnera, tu gouvernera ces terres! tu vaincra! tu pacifiera! tout sera, un jour, à toi!

Mordred

Mais...qui est donc cette insulaire, qui ne fera que passer...dans ma vie?
Et comment peut on briser une émeraude? et...une colombe? qu'est ce que...cela signifie?

**Pour toute réponse, à l'embarras du prince, Morgause l'embrasse et le cajole davantage...
Enfin, l'espoir est là! et doit encore se construire et s'établir...
Sa vengeance s'accomplira, son fils régnera et...la Bretagne entière tremblera sur ses bases, avant...de céder, et de s'offrir à ses bras(?)!
Morgause est heureuse, fière et exaltée...
Une larme s'écoule lentement, paresseusement, sur sa joue encore fraîche...
La première depuis...fort longtemps.
Elle s'égoutte sur son cou si parfait, avant de dévier vers une épaule d'albâtre, étincelante...
Une ultime lueur est émise, puis...s'éteint.
Son enfant-roy contre son coeur...
Morgause pleurs...
Non pour exprimer son chagrin ou ses peurs...
Mais bien pour célébrer, par avance, la glorieuse heure...
Du triomphe annoncé, croit elle, de son fils et prince...
Son sauveur.**
Revenir en haut Aller en bas
http://legendofcamelot.forum2jeux.com/portal.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'histoire de Morgause   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'histoire de Morgause
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: † Hors-jeu † :: Personnages :: Archives-
Sauter vers: